Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Le Nigeria se prépare à éviter une pénurie de semences de niébé GM lors de la prochaine campagne

24 Novembre 2021 Publié dans #OGM, #Afrique

Le Nigeria se prépare à éviter une pénurie de semences de niébé GM lors de la prochaine campagne

 

Nkechi Isaac*

 

 

Image : Les semences de niébé GM développées par l'Institut de Recherche Agricole sont vendues par des entreprises semencières nigérianes. Photo : Joseph Opoku Gakpo

 

 

Ma note : Dix tonnes de semences devaient permettre de couvrir quelque 400 hectares (à 25 kg/ha). Bien évidemment, le facteur limitant a été la disponibilité en semences de base. Mais il est urgent pour le Nigeria (et d'autres pays africains) d'organiser une véritable filière des variétés et des semences.

 

 

Après que la demande de semences de niébé génétiquement modifié et résistant aux foreurs de gousses (PBR – pod borer resistant) du Nigeria a largement dépassé l'offre, les scientifiques du secteur public qui ont développé la culture se démènent pour s'assurer qu'ils en ont suffisamment pour la prochaine campagne.

 

Le Nigeria, qui a approuvé le niébé génétiquement modifié en 2019, avait prévu de vendre environ 10 tonnes de semences améliorées par le biais d'entreprises indigènes pour la campagne de 2021. Mais les développeurs de semences et les producteurs sous contrat n'ont pu produire que 3 tonnes, décevant de nombreux agriculteurs qui voulaient semer la variété résistante aux insectes.

 

Parmi eux, M. Mallam Abubakar Haliru, agriculteur de l'État de Kaduna, qui a participé aux essais en champ de la culture résistante aux insectes mais n'a pas pu obtenir de semences cette année. Cependant, un ami qui souhaitait cultiver la variété GM après avoir vu à quel point elle poussait bien dans la ferme de M. Haliru a pu obtenir des semences après s'être rendu à l'Institut de Recherche Agricole (IRA), qui a développé la culture.

 

M. Haliru a déclaré que lui et beaucoup d'autres personnes auraient aimé utiliser les semences cette année, n'était la pénurie. « Tous ceux qui ont vu le niébé dans ma ferme pendant les essais s'y sont intéressés », a-t-il déclaré.

 

 

Quelle est la cause de la pénurie ?

 

Le professeur Mohammed Ishiyaku, directeur exécutif de l'IAR, a déclaré que de nombreux agriculteurs engagés comme sous-traitants n'ont pas respecté leur contrat et ont mal géré la production, ce qui a entraîné des quantités de semences certifiées plus faibles que prévu.

 

La production de semences est supervisée par les partenaires du projet de niébé PBR, dont l'IAR, la Fondation Africaine pour la Technologie Agricole (AATF), l'Agence Nationale de Développement des Biotechnologies (NABDA) et d'autres. M. Ishiyaku a déclaré que la pénurie fait partie du processus d'apprentissage alors que l'institut, ses partenaires et les entreprises semencières nigérianes développent des systèmes de production et de distribution de semences GM.

 

M. Issoufou Kollo, représentant régional de l'AATF pour l'Afrique de l'Ouest, a déclaré que les agriculteurs qui ont entendu parler de l'amélioration de la vigueur de la culture lors des essais sur le terrain ont rapidement demandé des semences, ce qui a provoqué l'épuisement des stocks bien avant la saison des semis.

 

« Les entreprises ont vendu toutes les semences de niébé PBR disponibles, mais les agriculteurs continuent d'appeler et d'en demander », a-t-il déclaré. « Nous n'avons aucune semence commerciale disponible actuellement ».

 

Les semences sont très demandées parce que les agriculteurs ont vu les énormes avantages économiques du niébé PBR, a-t-il dit, y compris des rendements de plus de 2,9 tonnes par hectare et une réduction de l'utilisation de coûteux pesticides de huit traitements par campagne à seulement deux.

 

 

L'agriculteur nigérian Alhaji Ali Tsalaha Hayinsambo montre quelques-unes de ses graines de niébé génétiquement modifié. Photo : Joseph Opoku Gakpo

 

 

Planifier et semer à l'avance

 

M. Ishiyaku a révélé que les développeurs de l'IAR ont déjà commencé les préparatifs pour augmenter la production et ont 12 tonnes de semences prêtes pour les agriculteurs qui veulent cultiver la PBR lors de la prochaine campagne.

 

« Nous avons cultivé six hectares à présent », a-t-il déclaré. « Nous estimons une récolte d'environ 12 tonnes. Nous avons également mis en place des contrôles pour nous assurer que les producteurs sous contrat ne représentent qu'une fraction du système de production de semences. Nous avons cultivé six hectares, donc s'ils sont complétés par des producteurs sous contrat fiables, nous finirons par obtenir beaucoup plus. »

 

Il est également prévu d'augmenter le nombre d'entreprises locales qui vendront les semences GM certifiées.

 

« Nous avons fait appel à trois entreprises de semences lors de la dernière saison », explique-t-il. « Elles ont été sélectionnées sur la base de leur personnel, de leurs infrastructures – qui comprennent une installation de nettoyage des semences, la taille de l'exploitation et leur historique dans le domaine des semences – ,de la marque et de la situation géographique, en plus de quelques autres conditions préalables. Nous avons également examiné leur assurance qualité et leur capacité de production. C'est ce que nous avons utilisé pour les sélectionner.

 

« Toutefois, nous devons augmenter le nombre de sociétés de semences lors de la prochaine campagne, bien que la portée des trois sociétés que nous avons actuellement soit très large. Nous devons tout de même ajouter d'autres entreprises de semences pour couvrir le sud », a-t-il ajouté.

 

M. Benjamin Ameh Abraham, responsable des semences chez Maina Seed Ltd, a déclaré que la société avait déjà mis en terre plus de 80 kilogrammes de semences de base de niébé GM sur quatre hectares afin de répondre à la forte demande prévue pour la prochaine campagne.

 

Les autres mesures prises comprennent la formation de 20 agents de certification des semences du Conseil National des Semences Agricoles (NASC) du Nigeria et de 15 techniciens de sociétés semencières sur la production de semences, les techniques d'échantillonnage et la certification.

 

La formation vise à renforcer les capacités des participants afin de les rendre compétents pour participer à la multiplication et à la certification des semences et s'assurer qu'ils livrent le produit tel que développé par les chercheurs, a déclaré M. Ishiyaku.

 

______________

 

* Source : Nigeria gears up to prevent GMO cowpea seed shortage next planting season - Alliance for Science (cornell.edu)

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article