Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Cher consommateur, ce n'est que le début !

3 Novembre 2021 Publié dans #Willi l'Agriculteur, #économie, #Alimentation

Cher consommateur, ce n'est que le début !

 

Willi l'agriculteur*

 

 

Chers clients, nous augmenterons nos prix prochainement. Merci de votre compréhension.

 

 

Cher citoyen, cher consommateur,

 

Il est temps que nous, les agriculteurs allemands, vous disions la vérité. Vous pouvez vous plaindre en ce moment que l'alimentation est devenue plus chère. Ici le petit pain boule de 10 centimes, là la bouteille de bière, de 15 centimes. Si vous ne l'avez pas encore remarqué vous-même, cela fait au moins plusieurs semaines que les journaux alarmistes en parlent. Mais ce que vous payez actuellement à la caisse est une véritable aubaine. Parce qu'une augmentation massive des prix vous attend juste au coin de la rue.

 

 

Pourquoi l'alimentation va certainement devenir plus chère

 

Actuellement, les prix à la production des principales cultures arables ont augmenté pour atteindre le double, voire le triple du prix par rapport à l'année dernière. Il faut savoir que dans un passé plus lointain, les agriculteurs ont connu des prix « élevés » similaires il y a une dizaine d'années. Toutefois, ces prix ne sont pas (encore) perceptibles sur le marché pour vous, cher citoyen, cher consommateur, car de nombreux transformateurs de nos matières premières ont encore d'anciens contrats et, par conséquent, paient encore les « anciens » prix et ont acheté aux « anciens » prix. Mais cela ne durera que quelques mois de plus, puis les nouveaux prix s'appliqueront, que les transformateurs répercuteront bien sûr sur leurs prix. À vous, cher citoyen, cher consommateur.

 

 

Les intrants coûteux réduisent leur utilisation

 

À première vue, la hausse des prix est réjouissante pour nous, agriculteurs. Mais seulement à première vue, car certains fabricants d'engrais ont déjà arrêté leur production (en raison des prix extrêmement élevés du gaz dans toute l'Europe, dont certains ont quadruplé), ce qui signifie que non seulement les prix des engrais ont explosé, mais que l'on peut supposer qu'il y aura effectivement moins d'engrais minéraux disponibles l'année prochaine. Déjà, de nombreux agriculteurs n'ont aucune certitude quant à l'obtention des quantités d'engrais qu'ils souhaitent et dont ils ont besoin. La possibilité de passer aux engrais organiques (lisier, fumier, etc.) n'est que théorique, car ces dernières années, ils étaient déjà épandus dans les champs. La situation est aggravée par le fait qu'actuellement, les éleveurs se retirent massivement de la production en raison de revenus historiquement bas, ce qui signifie que la quantité d'engrais organiques va certainement diminuer. Moins de fumier, moins de bétail, moins de viande, tel est depuis quelques années votre objectif et votre souhait, cher citoyen, cher consommateur. Toutefois, je ne suis pas certain que vous ayez été informé des « effets secondaires », qui vont maintenant vous frapper de plein fouet.

 

 

Baisse des rendements – hausse des prix

 

Comme indiqué plus haut, nous, les agriculteurs, utiliserons certainement moins d'engrais au cours de la campagne 2022, car les prix sont élevés et les quantités sont limitées. Cela peut être une bonne chose, mais la joie ne durera pas longtemps, car la réduction de la fertilisation entraînera une baisse des rendements et – dans le cas des céréales panifiables – des qualités insuffisantes pour la boulangerie. La diminution des quantités entraîne inévitablement une hausse des prix. Des prix encore plus élevés. Certainement en 2023.

 

 

Davantage de terres pour la conservation de la nature et la protection de l'environnement

 

La société attend de nous, agriculteurs, que nous fassions plus pour la conservation de la nature et la protection de l'environnement et donc que nous retirions des terres de la production et ne les utilisions pas pour la production alimentaire. L'idée est de réduire la surface de production d'environ 10 %. C'est ce qui a été convenu dans la nouvelle politique agricole au niveau fédéral et dans la stratégie européenne « Farm to Fork ». Parallèlement à une réduction des intrants (engrais, pesticides) prescrite par la loi, la production diminue à nouveau. La diminution des quantités entraîne inévitablement une hausse des prix. Des prix encore plus élevés. Ce sera probablement encore plus cher pour vous, cher citoyen, cher consommateur, en 2024.

 

 

Conclusion

 

Nous, agriculteurs, réduirons notre utilisation d'intrants au cours de l'année à venir et produirons donc inévitablement moins. (Si la météo joue le jeu ; ce sera encore moins si elle est défavorable). Comme les conditions-cadres actuelles s'appliquent à tous les agriculteurs du monde, il ne sera guère possible non plus d'importer les quantités manquantes. Nous ne mourrons pas de faim en Allemagne car le commerce alimentaire achètera tout simplement la nourriture des pays pauvres pour vous, cher citoyen, cher consommateur, sans aucun scrupule. Mais même dans ce cas, la nourriture pourrait devenir rare et très chère pour vous. Non seulement en 2022, mais aussi dans les années suivantes.

 

 

Quelle sera l'ampleur de l'augmentation des prix ?

 

« Une prévision est difficile, surtout lorsqu'elle concerne l'avenir ». Mon avis personnel  : globalement, le panier pourrait devenir deux fois plus cher.

 

Nous, vos agriculteurs, voulions simplement vous le dire maintenant pour que vous ne vous étonniez pas plus tard.

 

____________

 

 

 

 

* Source : Lieber Verbraucher, das ist erst der Anfang! - Bauer Willi

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article