Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

La production alimentaire génère plus d'un tiers des émissions de gaz à effet de serre d'origine humaine. Un nouveau cadre permet de déterminer la part des cultures, des pays et des régions.

8 Octobre 2021 Publié dans #Divers

La production alimentaire génère plus d'un tiers des émissions de gaz à effet de serre d'origine humaine. Un nouveau cadre permet de déterminer la part des cultures, des pays et des régions.

 

Xiaoming Xu et Atul Jain*

 

 

Image : Bétail dans un parc d'engraissement à La Salle, Utah. Photo : Shutterstock/Joseph Sohm

 

 

Cet article est aussi approximatif que péremptoire. Ben oui, la Chine « émet » plus de gaz à effet de serre liés à la production alimentaire que le Vatican... Il illustre à notre sens les ravages que peut produire une « recherche » que l'on supposera ici simplement approximative. Et il mérite d'être au moins parcouru pour prendre la mesure des problèmes que pose ce genre de littérature.

 

 

Produire suffisamment de nourriture pour une population mondiale croissante est un défi mondial urgent. Et il est compliqué par le fait que le changement climatique réchauffe la Terre et rend l'agriculture plus difficile dans de nombreux endroits.

 

La production alimentaire contribue fortement au changement climatique, il est donc essentiel de pouvoir mesurer avec précision les émissions de gaz à effet de serre du secteur alimentaire. Dans une nouvelle étude, nous montrons que le système alimentaire génère environ 35 % du total des émissions mondiales de gaz à effet de serre d'origine humaine [ma note : selon ce document du GIEC, c'est entre 21 et 37 % – admirez la marge d'erreur ; voir aussi cet article de la FAO].

 

Si l'on décompose cette part, la production d'aliments d'origine animale – viande, volaille et produits laitiers, y compris les cultures destinées à nourrir le bétail et les pâturages – représente 57 % des émissions liées au système alimentaire. La production d'aliments d'origine végétale destinés à la consommation humaine représente 29 % des émissions. Les autres 14 % des émissions agricoles proviennent de produits qui ne sont pas utilisés pour l'alimentation humaine ou animale, comme le coton et le caoutchouc.

 

Nous sommes des scientifiques de l'atmosphère qui étudions les effets de l'agriculture et d'autres activités humaines sur le climat de la Terre. Il est bien connu que la production d'aliments d'origine animale génère plus d'émissions de gaz à effet de serre que celle d'aliments d'origine végétale. C'est pourquoi l'adoption d'un régime alimentaire plus végétal est reconnue comme une option pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et le changement climatique.

 

Mais pour quantifier l'impact potentiel d'un tel changement, nous avons constaté qu'il était nécessaire de disposer de meilleurs outils pour estimer les émissions des différents aliments d'origine végétale et animale, avec plus de détails sur la façon dont les émissions sont calculées et couvrant tous les sous-secteurs liés à l'alimentation, tels que le changement d'affectation des terres et les actions au-delà de la ferme.

 

 

Schéma reproduit de The Conversation. Il me semble, par exemple, que l'urée relâche du CO2 qui a été préalablement fixé...

 

 

Les méthodes actuelles reposent sur des données éparses et des représentations simplifiées de nombreux facteurs clés, tels que les émissions liées à la gestion des terres agricoles. Elles ne traitent pas les différents sous-secteurs de manière cohérente et ne calculent pas les émissions liées à la production de nombreux produits spécifiques.

 

Pour combler ces lacunes, nous avons mis au point un cadre complet qui combine la modélisation et diverses bases de données. Il nous permet d'estimer les émissions mondiales annuelles moyennes de gaz à effet de serre (dioxyde de carbone, méthane et oxyde nitreux) provenant de la production et de la consommation d'aliments d'origine végétale et animale. Actuellement, notre étude couvre les années 2007-2013. Voici quelques-uns des enseignements qu'elle offre, en utilisant des données qui représentent une moyenne de ces années.

 

 

Gaz à effet de serre provenant de la production alimentaire

 

Nous avons examiné quatre grands sous-secteurs d'émissions provenant de la production alimentaire d'origine végétale et animale. Dans l'ensemble, nous avons calculé que le système alimentaire produit des émissions équivalentes à environ 17,3 milliards de tonnes métriques (17,318 téragrammes) de dioxyde de carbone par an.

 

Le changement d'affectation des sols – le défrichement des forêts pour la construction d'exploitations agricoles et d'élevages, qui réduit le stockage du carbone dans les arbres et les sols – représente 29 % des émissions totales de gaz à effet de serre de la production alimentaire. Un autre 38 % provient des activités de gestion des terres agricoles, comme le labourage des champs, qui réduit le stockage du carbone dans le sol, et le traitement des cultures avec des engrais azotés. Les agriculteurs utilisent également beaucoup de combustibles fossiles pour faire fonctionner leurs tracteurs et leurs moissonneuses.

L'élevage du bétail génère 21 % des émissions de gaz à effet de serre liées à la production alimentaire. Cela comprend le méthane roté par les animaux au pâturage, ainsi que le méthane et l'oxyde nitreux libérés par les effluents d'élevage. Les 11 % restants proviennent d'activités qui se déroulent en dehors de la ferme, comme l'exploitation minière, la fabrication et le transport d'engrais et de pesticides, ainsi que l'utilisation d'énergie dans la transformation des aliments.

 

 

Quels aliments génèrent le plus d'émissions de gaz à effet de serre ?

 

Notre cadre permet de comparer l'impact des différents produits alimentaires et des régions productrices sur le climat de la Terre.

 

Parmi les aliments d'origine animale, le bœuf est celui qui contribue le plus au changement climatique. Il génère 25 % des émissions alimentaires totales, suivi du lait de vache (8 %) et du porc (7 %)

 

Parmi les aliments d'origine végétale, c'est le riz qui contribue le plus au changement climatique, produisant 12 % des émissions totales de gaz à effet de serre du secteur alimentaire, suivi du blé (5 %) et de la canne à sucre (2 %). Le riz se distingue par le fait qu'il peut pousser dans l'eau, de sorte que de nombreux agriculteurs inondent leurs champs pour tuer les mauvaises herbes, créant ainsi des conditions idéales pour certaines bactéries qui émettent du méthane.

 

Cela explique en partie pourquoi l'Asie du Sud et du Sud-Est est la région qui produit le plus d'émissions liées à la production alimentaire, soit 23 % du total mondial. Cette région est le seul endroit où les émissions d'origine végétale sont plus importantes que celles d'origine animale. L'Amérique du Sud est le deuxième émetteur, avec 20 %, et présente les plus grandes émissions liées à l'alimentation d'origine animale, ce qui reflète la prédominance de l'élevage dans cette région.

 

Parmi les pays individuels, la Chine, l'Inde et l'Indonésie sont ceux qui produisent le plus d'émissions liées à la production d'aliments d'origine végétale, contribuant respectivement à 7 %, 4 % et 2 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre liées à l'alimentation. Les pays dont les émissions liées à la production d'aliments d'origine animale sont les plus importantes sont la Chine (8 %), le Brésil (6 %), les États-Unis (5 %) et l'Inde (4 %).

 

 

Comment la production alimentaire affecte l'utilisation des terres

 

Notre cadre montre également que la production d'aliments d'origine animale consomme six fois plus de terres que la production d'aliments d'origine végétale.

 

À l'échelle mondiale, nous estimons que les humains utilisent 4,6 milliards d'hectares (18 millions de miles carrés) de terres pour produire des aliments, soit environ 31 % de la superficie totale de la Terre, sans compter les zones recouvertes de neige et de glace. Sur ce total, 30 % sont des terres cultivées et 70 % sont des pâturages.

 

En examinant la façon dont ces zones sont gérées, nous estimons que 13 % de la surface agricole totale est utilisée pour produire des aliments d'origine végétale. Les 77 % restants sont utilisés pour produire des aliments d'origine animale, y compris les terres cultivées destinées à la production d'aliments pour animaux et les pâturages. Les 10 % restants sont utilisés pour la production d'autres produits, tels que le coton, le caoutchouc et le tabac.

 

Notre étude utilise un cadre cohérent pour fournir une estimation complète des émissions de gaz à effet de serre provenant de la production et de la consommation alimentaires, couvrant tous les sous-secteurs liés à l'alimentation, à l'échelle locale, nationale, régionale et mondiale. Elle peut aider les décideurs politiques à identifier les produits alimentaires d'origine végétale et animale qui contribuent le plus au changement climatique, ainsi que les sous-secteurs les plus émetteurs à différents endroits.

 

Sur la base de ces résultats, les gouvernements, les chercheurs et les particuliers peuvent prendre des mesures pour réduire les émissions des produits alimentaires à fortes émissions dans différents endroits. Comme l'ont déclaré les dirigeants des Nations Unies, il est essentiel de rendre la production alimentaire plus respectueuse du climat pour réduire la faim dans un monde qui se réchauffe.

 

____________

 

Xiaoming Xu est associé de recherche postdoctorale et Atul Jain est professeur, tous deux en sciences atmosphériques à l'Université de l'Illinois à Urbana-Champaign.

 

Cet article a été initialement publié sur The Conversation.

 

Source : Food production generates more than a third of manmade greenhouse gas emissions – a new framework tells how much comes from crops, countries and regions - Alliance for Science (cornell.edu)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Nous disposons d'outils satellitaires qui rendent compte des émissions de GES (gaz à effet de serre) de manière assez précise par des cartographies quotidiennes réactualisées par tranches de quelques heures. On peut y constater les émissions au sol et estimer l'ampleur cumulative des émissions au sol par la "colonne totale" d'émission d'un de ces GES. Il semblerait que les "spécialistes" de comptes complexes et mystérieux y soit partiellement ou totalement indifférents. J'invite tout simplement ceux qui s'interrogent à aller se faire leur propre opinion sur Copernicus, le site des données satellitaires européennes. Depuis près de 2 ans, je le consulte régulièrement et ce site me raconte une toute autre histoire en matière de GES. Un exemple intéressant, le méthane... Nos ruminants menacent la planète ??? Vraiment ??? https://atmosphere.copernicus.eu/charts/cams/methane-forecasts?facets=undefined&time=2021100700,24,2021100800&projection=classical_global&layer_name=composition_ch4_totalcolumn
Répondre
D
"

"Parmi les aliments d'origine animale, le bœuf est celui qui contribue le plus au changement climatique. Il génère 25 % des émissions alimentaires totales, suivi du lait de vache (8 %) et du porc (7 %)"
c'est du lourd, mais ce n'est qu'un cycle: le ruminant consomme des fourrages (de l'ensilage de maïs au pâturage de montagne), le métabolise pour sa croissance, sa production (lait...).
Leur trouille, c'est le méthane: mais c'est un gaz difficile à appréhender: on a eu une augmentation dans l'atmosphère jusqu'en 2000, un plateau pendant 10 ans puis à nouveau une augmentation. Pourquoi, on n'en sait rien.
Bref, la relation élevage -> changement climatique est vraiment tirée par les cheveux, trop simpliste pour être honnête.
Bon, vu qu'il y a des montagnes de subventions pour étudier ça, pas étonnant que sortent des études qui vont dans ce sens.
Répondre
@ douar le vendredi 08 octobre 2021, 16:50

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Il y a une explication qui me paraît convaincante: les puits de pétrole et de gaz qu'on a quasi abandonnés du fait des cours bas (à l'époque).

Une vidéo en allemand:

https://www.bauerwilli.com/methan-freispruch-fuer-kuehe-und-reis/
A
Si je produis un vélo on émette de la CO2 pendant la fabrication, mais dans le vélo il n’y a pas de la CO2 stocké ou très peu, mais si je produis du blé, on libère de la CO2 pour le produire, mais au même temps on mette en stocke une grande quantité de CO2 dans les graines et dans les pailles. C’est vrai qu’en mangeant du pain on la libère cette CO2, mais l’année suivant on la stocke à nouveau. Pourquoi on ne considère pas que les produits agricoles sont des puits à carbone et par contre on mette en lumière ça pour la forêt ? Un hectare de betterave à sucre stocke la CO2 di 4 hectares de forêt.
Répondre
U
Une grosse partie des ces émissions peut être arrêtée en utilisant simplement une agriculture plus rationnelle.
Les adventices du riz peuvent être contrôlées par des herbicides, le labour remplacé par des nouvelles approches et la déforestation rendue inutile par des meilleurs rendements.
Il suffit d'utiliser rationnellement les outils dont on dispose : engrais, variétés OGM, phytosanitaires.
Répondre
P
Hum... Comment mettre sur le même rang l'élevage des bovins à l'herbe sur des prairies permanentes, qui piègent ad vitam aeternam le Co2, et l'élevage des bovins nourris aux céréales, soja, etc., cultivées sur des terres labourées qui lâchent du Co2 (ok, je caricature)... Il faudrait une approche plus fine.
Répondre