Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Crise de l'énergie : la fin du Pacte Vert (Green Deal) ?

11 Octobre 2021 Publié dans #Economie

Crise de l'énergie : la fin du Pacte Vert (Green Deal) ?

 

Olaf Zinke, AGRARHEUTE*

 

 

© stock.adobe.com/aapsky.

La hausse des prix de l'énergie est devenue « insupportable » pour les citoyens et les entreprises de l'UE et nécessite une « réponse européenne », a déclaré Bruno Le Maire, ministre français de l'économie et des finances. Le Green Deal et la transition énergétique sont-ils désormais au bord du gouffre ?

 

 

Les prix et les coûts explosent. Les agriculteurs, les entreprises et les consommateurs sont dos au mur. Les politiciens sont alarmés.

 

 

Prix du gaz naturel en Europe de l'Ouest.

© Olaf Zinke. La Commission européenne a appelé les pays membres à fournir une aide aux consommateurs et aux petites entreprises les plus durement touchés par la hausse des prix du gaz et de l'électricité.

 

 

Tout le monde a encore en mémoire les manifestations des gilets jaunes en France. À l'époque, les gens sont allés sur les barricades « seulement » à cause de la hausse des prix du carburant. Une conséquence de la taxe sur le CO2 plus élevée en France. Mais ce n'était rien comparé à l'explosion des prix de l'énergie en ce moment. Et contrairement à ce qui s'est passé en France, ce ne sont pas seulement le gazole et l'essence qui deviennent plus chers cette fois-ci : les prix de l'électricité, du gaz naturel, du mazout, du charbon, des pellets de bois et de toutes les autres sources d'énergie atteignent des sommets vertigineux.

 

Dans le même temps, les prix à la consommation des denrées alimentaires et d'autres biens de consommation augmentent plus rapidement qu'ils ne l'ont fait depuis des décennies. En toile de fond, on trouve non seulement des coûts de production record, mais aussi des chaînes d'approvisionnement interrompues ou qui ne fonctionnent plus et – comme dans l'industrie des engrais et l'agrochimie – la réduction des quantités produites pour des raisons de coûts. Cela fait bien sûr grimper encore plus les prix et, entre-temps, les agriculteurs ne peuvent plus acheter d'engrais. Quel que soit le prix qu'ils sont prêts à payer.

 

En Allemagne, le gazole coûte désormais 1,55 euro le litre et plus, le fioul domestique coûte actuellement 87 centimes le litre et les engrais minéraux sont plus chers que jamais. Et l'hiver est encore à venir. Les gens ne recevront leurs factures d'électricité et de gaz qu'un peu plus tard et se demanderont comment ils vont payer. De nombreux pays européens tels que l'Espagne, l'Italie et la France tentent de soulager leurs citoyens et l'économie de ces coûts élevés, par crainte des conséquences de l'explosion des prix. L'Allemagne n'en donne aucun signe. Au contraire : la taxe sur le CO2 va encore augmenter l'année prochaine.

 

 

Cinq mille milliards d'euros pour la neutralité climatique ?

 

 

Prix du pétrole brut Brent.

© Olaf Zinke Les prix européens du pétrole brut ont dépassé les 8 USD par baril pour la première fois en trois ans.

 

 

Les conséquences de cette évolution remettent également en question les exigences centrales du Green Deal. En effet, il est évident que les énergies renouvelables – c'est-à-dire l'énergie éolienne et l'énergie solaire – ne peuvent pas vraiment couvrir la demande croissante d'électricité si les centrales à charbon et l'énergie nucléaire sont retirées du réseau en même temps. Et le gaz naturel et le fioul domestique sont également considérés comme des « énergies sales ». Dans un rapport publié en avril dernier, la Cour Fédérale des Comptes a vivement critiqué les résultats de la transition énergétique du gouvernement allemand : « Trop cher et, en outre, la sécurité de l'approvisionnement est menacée. »

 

Elle poursuit en disant que « le tournant énergétique est insuffisamment coordonné et mal géré. Et les énormes efforts et les lourdes charges pour les citoyens et l'économie étaient disproportionnés par rapport aux maigres bénéfices obtenus à ce jour. » Et l'Energiewende (tournant énergétique) et le Green Deal seront toujours très coûteux pour l'économie et les consommateurs. Une étude récente réalisée par l'Institut Prognos, Nextra Consulting et l'Institut pour les Investissements Durables (NKI) conclut qu'environ 5.000 milliards d'euros d'investissements (supplémentaires) sont nécessaires pour que l'Allemagne devienne climatiquement neutre en 2045, comme prévu. [Ma note : en 2020, le PIB allemand était de 3.367 milliards d'euros.]

 

La forte hausse des prix de l'énergie est perçue comme une crise majeure par les dirigeants européens, c'est pourquoi ils se réunissent pour un sommet à Bruxelles les 21 et 22 octobre. L'Europe dispose du plan climatique le plus ambitieux au monde, mais ce plan est remis en question par la flambée des coûts de l'énergie.

 

Le responsable du climat de l'UE, Frans Timmermans, a déclaré au Parlement Européen que « seul un cinquième environ » de la hausse des prix de l'énergie est dû à l'augmentation des prix du CO2 sur le marché européen du carbone.

 

 

La hausse des prix est insupportable – des subventions ?

 

 

Prix du charbon exporté par l'Australie.

© Olaf Zinke. Il n'y a pas que le gaz et le pétrole qui sont extrêmement chers. La crise de l'énergie a également fait grimper les prix du charbon, dont l'offre est limitée.

 

 

Entre-temps, la hausse des prix de l'énergie est devenue « insupportable » pour les citoyens et les entreprises de l'UE et nécessite une « réponse européenne », a déclaré Bruno Le Maire, ministre français de l'économie et des finances, avant une réunion avec ses homologues à Luxembourg.

 

La Commission Européenne a également appelé les États membres à fournir une aide aux consommateurs et aux petites entreprises les plus durement touchés par la hausse des prix du gaz et de l'électricité, alors que les critiques s'accumulent sur le fait que les politiques de lutte contre le changement climatique alimentent le problème.

 

Ces derniers jours, la France et l'Espagne ont lancé des appels en faveur d'une modification des règles régissant les marchés de l'énergie de l'UE, alors que les hausses de prix font grimper les factures d'électricité, déjà élevées, à des niveaux toujours plus vertigineux, ce qui exerce une pression économique considérable sur de nombreuses personnes déjà durement touchées par la pandémie de coronavirus.

 

Le commissaire européen à l'énergie, Kadri Simson, a déclaré : « Les aides ciblées aux consommateurs, les paiements directs aux personnes les plus exposées à la pauvreté énergétique, la baisse des taxes sur l'énergie, le transfert des prélèvements vers la fiscalité générale sont des mesures qui peuvent être prises très rapidement en vertu des règles européennes. »

 

 

Fermeture d'usines, réduction de la production, inflation

 

 

Prix de l'électricité pour les ménages et l'agriculture

© Olaf Zinke. Les consommateurs et les agriculteurs allemands paient déjà les prix de l'électricité les plus élevés au monde, même sans crise de l'énergie.

 

 

Au Royaume-Uni, plusieurs fournisseurs de gaz ont dû renoncer entre-temps parce qu'ils ne pouvaient pas répercuter la hausse des prix d'achat sur les clients finaux en raison des contrats à long terme conclus avec ces derniers. Certaines usines à forte consommation d'énergie ont cessé leurs activités ou fermé leurs portes, comme la plupart des fabricants d'engrais en Allemagne et en Europe. En Allemagne, la centrale à charbon de Bergkamen est également à l'arrêt depuis le week-end dernier en raison d'un manque d'approvisionnement [l'article d'origine a été publié le 8 octobre 2021]. Sans l'intervention du gouvernement, la crise se traduira par des augmentations terribles des prix de l'électricité, du gaz et du pétrole pour les consommateurs d'ici l'hiver au plus tard.

 

Les gouvernements tentent d'empêcher cela par divers moyens. En France, le gouvernement veut plafonner non seulement le prix du gaz mais aussi celui de l'électricité pour les consommateurs avec son « bouclier tarifaire ». Le règlement doit s'appliquer jusqu'au printemps prochain. Ensuite, on espère que les prix baisseront à nouveau.

 

À la Facilité de Transfert de Titres Néerlandaise, principale référence européenne, les prix du mégawattheure sont passés de 16 euros début janvier à 98 euros fin septembre, soit une multiplication par six en moins d'un an. La situation est d'autant plus préoccupante que le taux d'inflation de la zone euro en septembre a surpris les observateurs avec 3,4 % – loin de l'objectif de la Banque Centrale Européenne d'un taux annuel de 2 %. L'inflation des prix de l'énergie a dépassé 17 %.

 

___________

 

* Olaf Zinke travaille pour agrarheute en tant que rédacteur cross-média pour les opérations et les marchés. Il analyse les marchés agricoles et des produits de base nationaux et internationaux depuis trois décennies et a travaillé à ce titre pour diverses institutions.

 

Source : Energiekrise: Das Ende für den Green Deal? | agrarheute.com

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
" « Les aides ciblées aux consommateurs, les paiements directs aux personnes les plus exposées à la pauvreté énergétique, la baisse des taxes sur l'énergie, le transfert des prélèvements vers la fiscalité générale sont des mesures qui peuvent être prises très rapidement en vertu des règles européennes. »" encore avec l'argent des autres et de la dette! mais surtout pas remettre en cause leur âneries de green deal;
"En France, le gouvernement veut plafonner non seulement le prix du gaz mais aussi celui de l'électricité pour les consommateurs avec son « bouclier tarifaire ». Le règlement doit s'appliquer jusqu'au printemps prochain. Ensuite, on espère que les prix baisseront à nouveau." LOL rappelez moi, printemps prochain il n'y aura pas des élections?
Répondre
M
A l'heure qu'il est France 16% de renouvelable et 76g de CO2 par kWh, Allemagne 38% et 405g, cherchez l'erreur (source https://app.electricitymap.org/map)
Répondre