Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Concentrer l'agriculture pour laisser la place aux espèces et au carbone

12 Octobre 2021 Publié dans #Agronomie, #Ecologie

Concentrer l'agriculture pour laisser la place aux espèces et au carbone

 

Fred Lewsey. Université de Cambridge*

 

 

 

 

Ma note : « Land sparing » ou « land sharing » ? Économiser les terres en intensifiant la production agricole, ou extensifier la production en permettant une plus grande biodiversité sur les terres cultivées ? Voilà une question qui fait débat dans la communauté scientifique et, à l'évidence, des milieux militants non dénués d'arrières pensées idéologiques et économiques.

Nous utiliserons les expressions anglaises ci-dessous car elles se sont largement imposées dans le débat.

L'Université de Cambridge apporte une réponse importante. On lira aussi avec intérêt, de M. Philipe Stoop, membre de l'Académie d'Agriculture de France, « L’agriculture extensive favorable à la biodiversité ? (Première partie) » et « … (Deuxième partie) ».

 

 

° o 0 o °

 

 

Selon une nouvelle analyse majeure de plus d'une décennie de recherches, l'agriculture devrait avoir un rendement aussi élevé que possible afin de pouvoir se limiter à des zones relativement petites, ce qui permettrait de laisser beaucoup plus de terres en tant qu'habitats naturels tout en atteignant les objectifs alimentaires futurs.

 

 

La plupart des espèces s'en sortent mieux dans le cadre de l'approche « land sparing » (économe en terres) que si l'agriculture tente de partager les terres avec la nature – car l'agriculture respectueuse de la vie sauvage continue de nuire à la plus grande partie de la biodiversité et nécessite beaucoup plus de terres pour produire la même quantité de nourriture.

 

Telle est la conclusion d'une recherche qui prend en compte plus de 2.500 espèces de plantes, d'insectes et de vertébrés évaluées individuellement et provenant des cinq continents. L'étude, menée par le professeur Andrew Balmford, suggère également que le « land sparing » permet de séquestrer davantage de carbone et qu'il pourrait être bénéfique à la vie marine s'il était appliqué aux océans.

 

« Trouver le moyen de nourrir, d'habiller et d'alimenter en énergie 11 milliards de personnes sans provoquer l'extinction massive des espèces et détruire le climat est le plus grand défi de ce siècle », a-t-il déclaré. « Préserver la diversité de la vie tout en répondant aux besoins de l'humanité impliquera d'énormes compromis, mais les preuves commencent à pointer dans une direction. »

 

Dans un article publié dans le Journal of Zoology, M. Balmford présente les arguments en faveur de l'obtention des niveaux de production les plus élevés possibles sur les terres – et l'eau – déjà cultivées, afin d'épargner les zones sauvages restantes des vaches, des charrues, des tronçonneuses et des filets des chalutiers.

 

Professeur Andrew Balmford

 

 

« La plupart des espèces se portent beaucoup mieux si les habitats restent intacts, ce qui signifie qu'il faut réduire l'espace nécessaire à l'agriculture. Les zones cultivées doivent donc être aussi productives que possible », a-t-il déclaré.

 

Certaines espèces prospèrent sur les terres agricoles traditionnelles, notamment en Europe, où le pâturage léger du bétail peut imiter les « perturbations » causées autrefois par les grands mammifères préhistoriques, créant ainsi des habitats pour de nombreuses espèces qui, autrement, se battraient. Selon M. Balmford, il faut donc tenir compte de l'agriculture à faible rendement, mais à un faible niveau.

 

La Stratégie Alimentaire Nationale (NFS), commandée par le gouvernement britannique et publiée cet été, recommande que le modèle à « trois compartiments » de M. Balmford – exploiter l'agriculture à haut rendement afin de laisser de l'espace pour de nombreux habitats protégés, avec des poches d'agriculture traditionnelle pour préserver les espèces associées aux terres agricoles – constitue la base d'un nouveau « cadre d'utilisation des terres rurales ».

 

La NFS souligne qu'environ 21 % des terres agricoles en Angleterre devront être ré-ensauvagées dans une certaine mesure ou utilisées pour la production de biocarburants si le Royaume-Uni veut atteindre ses objectifs de zéro émission nette, et que le tiers inférieur des terres agricoles ne produise que 15 % de la production agricole anglaise.

 

 

« La conservation doit être pragmatique si nous voulons interrompre une catastrophe écologique »

Andrew Balmford

 

 

Le dernier article de M. Andrew Balmford résume une décennie de recherches mondiales sur les compromis entre la production agricole et la biodiversité. Il s'agit notamment d'études menées par Cambridge sur des espèces d'oiseaux et d'arbres en Inde et en Afrique de l'Ouest, qui ont révélé que – si toutes les espèces sont « perdantes » si les objectifs alimentaires du milieu du siècle sont atteints – un plus grand nombre d'espèces « s'en sortent le moins mal » en cas d'économie extrême des terres : une agriculture concentrée qui laisse plus d'habitats naturels.

 

« Des collègues ont reproduit ces résultats sur des sites de champs allant du Mexique aux pampas, à la Colombie et au Kazakhstan », a déclaré M. Balmford. « La plupart des espèces sont spécialisées dans des environnements particuliers. Même des perturbations mineures réduisent leurs populations. C'est pourquoi tant d'espèces déclinent même avec une agriculture plus douce. »

 

Conserver et augmenter les habitats pour créer des paysages en patchwork de nature et d'agriculture principalement à haut rendement ne permettra pas seulement de préserver les espèces dans des zones isolées, mais leur permettra de « se semer » et de repeupler des régions et des nations entières.

 

M. Balmford souligne le succès de seulement quatre kilomètres carrés de zones humides restaurées près de Lakenheath, dans l'est de l'Angleterre. Recouvert de champs de carottes jusqu'en 1995, le site est aujourd'hui une rampe de lancement pour les aigrettes qui se déplacent vers le nord sous l'effet du changement climatique et abrite les premières grues reproductrices observées dans les Fens depuis plus de 300 ans.

 

 

Lakenheath Fen

 

 

Outre les avantages en termes de biodiversité, des preuves émergentes provenant de régions telles que les Andes, les États-Unis et le Royaume-Uni suggèrent que le « land sparing » est un allié dans la lutte contre le changement climatique, car les niveaux de stockage du carbone sont plus élevés si la production à haut rendement permet une végétation plus naturelle.

 

Des recherches antérieures menées par M. Balmford suggèrent que si 30 % des terres britanniques étaient consacrées aux forêts et aux zones humides, elles pourraient stocker suffisamment de carbone pour compenser la quasi-totalité des émissions de l'agriculture britannique d'ici 2050 – et donner un coup de pouce colossal à la faune britannique.

 

Selon M. Balmford, le soutien au « land sparing » n'est pas un soutien inconditionnel à la production industrielle. Pour augmenter les rendements agricoles, il faut également soutenir les petits exploitants et adopter une science agricole fondée sur la nature.

 

Par exemple, lorsque des millions d'agriculteurs chinois se sont tournés vers un système simple qui adaptait les méthodes aux conditions pédologiques et météorologiques locales, les rendements ont augmenté de 11 %, tandis que l'utilisation d'engrais a diminué d'un sixième.

 

L'élevage de carpes dans les rizières – les poissons mangent les parasites, fournissent de l'engrais par leurs excréments et constituent eux-mêmes une production supplémentaire – est une autre des nombreuses possibilités qui utilisent les écosystèmes naturels. Les technologies émergentes, telles que la photosynthèse stimulée dans le riz, permettent également d'espérer des rendements durablement élevés.

 

Regardez M. Andrew Balmford exposer son idée de « land sparing ».

 

 

Plus récemment, le concept de « land sparing » a été utilisé par des chercheurs pour étudier les loisirs, la sylviculture et même l'urbanisme – les premiers éléments indiquent que cette approche est la plus prometteuse pour répondre aux besoins de l'Homme au moindre coût pour la nature.

 

Les effets du tourisme sur la faune et la flore semblent être réduits en concentrant les visiteurs des zones sauvages dans de petites portions du paysage, tandis que la Nouvelle-Zélande adopte déjà une approche « économe » de ses forêts : plus de 70 % sont désormais protégées, tandis que le bois est récolté de manière intensive dans des poches de plantation de pins.

 

 

« Vous ne pouvez pas convaincre les gens de sauver la nature s'ils ont faim »

Andrew Balmford

 

 

Les premières recherches suggèrent que la philosophie du « sparing » offre également un espoir pour les océans épuisés. L'aquaculture et la pêche intensive locale pourraient fournir une « production » suffisante pour permettre une expansion spectaculaire des zones marines protégées, « sans prises », et éviter les coûts liés à la réglementation des équipements et de la taille des prises dans toutes les eaux libres.

 

Toutefois, le soutien aux techniques à haut rendement doit être lié à la sauvegarde ou à la restauration des habitats – et non exploité pour accroître les profits. Lier le soutien financier aux petits exploitants ou l'accès aux marchés à forte valeur ajoutée à des restrictions d'utilisation des terres qui préservent les forêts a déjà fait ses preuves en Inde et en Amazonie brésilienne.

 

Selon M. Balmford, la pression publique sur les entreprises et les gouvernements pour qu'ils s'engagent à préserver les terres pour la nature sera essentielle. Comme pour les émissions de gaz à effet de serre, les organisations qui causent le plus de dommages aux habitats pourraient avoir de plus en plus de mal à se cacher.

 

« Certaines sociétés géantes, qui sont souvent les pires contrevenants en matière de conversion des terres, sont en fait plus en mesure de penser à plus long terme que de nombreux gouvernements démocratiques », a-t-il déclaré.

 

Les recherches de M. Balmford sont en partie inspirées par le polymathe de Cambridge David MacKay, décédé d'un cancer en 2016 à seulement 48 ans. Mackay avait une vision claire de la durabilité, insistant sur le fait que les initiatives à faible émission de carbone ne peuvent être comparées de manière significative qu'à un même niveau de production. Sans cela, l'humanité risque de se laisser distraire par des solutions qui sont loin de répondre aux besoins en énergies.

 

De même, les systèmes agricoles ne peuvent être comparés utilement que lorsqu'ils répondent réellement aux besoins alimentaires de la société. « Vous ne pouvez pas convaincre les gens de sauver la nature s'ils ont faim. Nous devons nous assurer que nous pouvons tirer suffisamment de la biosphère tout en préservant la planète », a déclaré M. Balmford.

 

 

« La conservation doit être pragmatique si nous voulons interrompre une catastrophe écologique. »

Un petit exploitant de palmiers à huile dans le nord de l'Amazonie pendant la récolte.

 

 

Images (à partir du haut) :

 

  • Des rizières en Indonésie, entourées par la jungle. Crédit : Iswanto Arif

 

  • Vue aérienne d'une zone de forêt de transition à Bokito, au Cameroun. Crédit : CIFOR

 

  • Rizières avec jungle en arrière-plan. Crédit : Sandy Zebua

 

  • Petit exploitant de palmiers à huile. Crédit : CIFOR

 

________________

 

* Source : Concentrate farming to leave room for species and carbon (cam.ac.uk)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
C'est discutable. Discutable chez les paysans qui n'ont que maigre superficie. Il va commencer par clôturer sa propriété. Puis, il plantera des arbres pour abriter ses cultures du vent. Mais, la haie va projeter un zone d'ombre derrière, ce qui va diminuer le rendement de la superficie. Puis, il rencontrera un problème de rentabilisation de ses machines outils. Un tracteur qui ne va fonctionner que 150 heures par an, etc, etc.
Mais il y a la serre. La serre permet en tout temps de cultiver et de récolter. Mais n'est pas adaptée pour les céréales qui nécessitent l'usage de moissonneuses-batteuses. Idem pour l'élevage de bétail.

A l'opposé, une grande propriété permet de rentabiliser les engins agricoles.

De toutes évidences les intervenants ci-dessus ne sont ni agriculteurs ni scientifiques ! Ils discourent sur les 'effets de serre' et les 'captation de carbone' !! Hahaha ! A savoir que TOUS les gaz se recyclent immédiatement depuis des millions d'années et que les hausses de tel ou tel gaz ne sont pas dues à la présence de l'être humain sur Terre ni à la vie des animaux.
Il n'y a pas une goutte d'eau de plus ou en moins depuis des millions d'années. Les pluies, les fleuves et les rivières se déversent continuellement par km³ dans les mers & océans sans que le niveau d'eau ne monte. Çà alors !
Répondre