Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

L'effet d'entraînement de la Révolution Verte sur les autres cultures

20 Septembre 2021 Publié dans #Agronomie

L'effet d'entraînement de la Révolution Verte sur les autres cultures

 

Jack DeWitt, AGDAILY*

 

 

 

 

J'ai déjà écrit sur les débuts de la Révolution Verte et sur certaines de ses réalisations. Les variétés de blé développées par Norman Borlaug et son équipe mexicaine ont envahi l'Asie dans les années 1960, rendant le Pakistan et l'Inde autosuffisants en blé à la fin de la décennie. Norman Borlaug était un héros pour les agriculteurs de ces pays et d'autres, et ses réalisations ont attiré l'attention du monde entier. Le comité Nobel d'Oslo lui a décerné le prix Nobel de la paix en 1970, estimant que son travail avait permis d'éviter non seulement la famine, mais aussi les troubles politiques qu'une famine généralisée peut entraîner.

 

Les travaux de Borlaug ont incité d'autres personnes à reproduire ses résultats sur d'autres cultures. En 1962, l'Institut International de Recherche sur le Riz (IRRI) a été construit et inauguré sur un terrain donné par l'Université des Philippines.

 

Les chercheurs se sont mis au travail pour appliquer les méthodes de Borlaug au riz. Grâce à quelques coups de chance, les chercheurs Peter Jennings et Te-Tzu Chang parviennent, après seulement trois générations de croisements, à créer un riz nain au rendement exceptionnel et résistant aux maladies. Baptisée IR8, cette plante a été multipliée et testée dans des exploitations agricoles d'Asie du Sud et de l'Est, avec des résultats spectaculaires. Dans certaines parcelles, son rendement était dix fois supérieur à celui des variétés conventionnelles du début des années 1960.

 

 

 

 

L'IR8 a été mis à la disposition du public en 1966. Grâce au blé de Borlaug et au riz de Jennings-Chang, la famine fut éradiquée en Asie, y compris en Chine. La population a augmenté comme prévu au cours des décennies suivantes, mais les Asiatiques avaient en moyenne 30 % de calories en plus dans leur alimentation.

 

Il y a cependant eu des conséquences inattendues, et les critiques se sont empressés de les instrumentaliser. Selon Charles Mann, l'auteur de « The Wizard and the Prophet » (le magicien et le prophète), « entre 1970 et 1989, plus de trois cents études académiques sur la Révolution Verte ont été publiées. Quatre sur cinq étaient négatives. »

 

Il y avait des coûts sociaux et des coûts environnementaux. Mann les énumère : « La fertilisation intensive imposée par la Révolution Verte a fortement contribué aux problèmes d'azote sur la terre et dans l'eau. Les pesticides ont fait des ravages dans les écosystèmes agricoles et ont parfois empoisonné les sources d'eau potable. Des systèmes d'irrigation mal construits et mal gérés ont drainé les aquifères. Les sols se sont gorgés d'eau ou, pire, se sont chargés de sels lorsque l'eau s'est évaporée. »

 

Ces problèmes ne sont pas des problèmes de la Révolution Verte, en soi. Ce sont des problèmes de gestion des sols et de l'eau. Les agriculteurs doivent être instruits sur la manière de faire correspondre les besoins en engrais et en eau avec les rendements attendus.

 

 

 

 

Les problèmes sociaux étaient surtout d'origine politique. En Inde, de nombreux petits exploitants pratiquant une agriculture de subsistance n'ont pas pu ou voulu financer les intrants nécessaires pour obtenir les rendements élevés dont les nouvelles variétés étaient capables. Des milliers d'entre eux ont perdu leurs fermes et ont déménagé dans les villes. Certains grands propriétaires terriens qui avaient de nombreux locataires ont renvoyés ces derniers et ont repris leurs exploitations afin de s'approprier une plus grande partie des bénéfices.

 

Ces résultats sont malheureux, mais, encore une fois, ils ne sont pas directement imputables à la Révolution Verte.

 

C'était un échec du soutien et de la réglementation des gouvernements. Dans les endroits où les intrants étaient administrés de manière plus raisonnable, ces effets négatifs ont été évités. Mann relate les résultats constatés par lui-même et par quelques journalistes qui ont rendu visite à des petits agriculteurs des années après l'introduction des variétés de Borlaug.

 

Des agriculteurs du Pendjab ont déclaré au journaliste Joel Bourne : « Il n'y a jamais rien eu de tel de leur vivant. La première saison, ils ont produit tellement de blé qu'ils n'avaient pas de place pour le stocker. Ils ont fermé les écoles et les ont remplies de céréales. »

 

Le journaliste Harish Damodaran a interviewé de vieux agriculteurs près de Delhi en 2016 : ils lui ont raconté que leurs récoltes avaient triplé. « C'était un miracle. [...] Cela a totalement changé nos vies. »

 

Mann a rendu visite dans l'État du Maharashtra à des agriculteurs en 1980 qui n'étaient pas riches, mais un agriculteur lui a dit « avec une fierté tranquille que lui et tous ses frères avaient maintenant des bicyclettes. »

 

 

 

 

Une critique valable de la Révolution Verte est que l'introduction de variétés de blé à haut rendement a poussé la production de légumineuses vers les terres marginales, et les légumineuses sont une source importante de protéines. Cependant, l'Inde reste le plus grand producteur de légumineuses au monde (25 %) et aussi le plus grand consommateur (27 %), de sorte que les importations sont une nécessité.

 

Les écologistes citent ces faits et appellent à un retour à une agriculture à faibles intrants pour employer les paysans et « sauver » les sols. (Avant la Révolution Verte, les paysans indiens cultivaient souvent des légumineuses en association avec du blé comme apport d'azote). Ces critiques sont des personnes qui n'ont jamais eu faim (sauf volontairement) et qui n'ont jamais fait personnellement l'expérience de la pénibilité et de l'absence de perspectives de l'agriculture de subsistance, ni appris la base réelle des sols productifs. (Nous reviendrons sur ce sujet dans de futurs articles.) Pour qu'une société prospère, les agriculteurs doivent produire un excédent pour nourrir les non-agriculteurs. Un agriculteur américain produit pour 166 personnes.

 

Un article de recherche paru dans le Journal of Political Economy, intitulé Two blades of Grass : The Impact of the Green Revolution (deux brins d'herbe : l'impact de la Révolution Verte – voir ici sur ce blog et ici pour une version antérieure de l'article scientifique), indique : « Nous constatons que les VHR (variétés à haut rendement) ont permis d'augmenter les rendements de 44 % entre 1965 et 2010, les gains supplémentaires provenant de la réaffectation des intrants. Les rendements plus élevés ont augmenté les revenus et réduit la croissance démographique. Un retard de 10 ans de la Révolution Verte aurait coûté, en 2010, 17 % du PIB (produit intérieur brut) par habitant et ajouté 223 millions de personnes à la population du monde en développement. »

 

Pour conclure, je cite à nouveau Charles Mann : « Même si la population du continent a explosé, les Asiatiques avaient en moyenne 30 % de calories en plus dans leur alimentation. Des millions et des millions de familles avaient plus de nourriture, de meilleurs vêtements, de l'argent pour l'école. Séoul et Shanghai, Jaipur et Jakarta : des gratte-ciel étincelants, des hôtels coûteux, des rues encombrées de néons – le tout construit sur une base de riz (et de blé) créé en laboratoire. »

 

_____________

 

* Jack DeWitt est un agriculteur-agronome dont l'expérience agricole s'étend sur plusieurs décennies, depuis la fin de l'élevage de chevaux jusqu'à l'âge du GPS et de l'agriculture de précision. Dans son livre « World Food Unlimited », il raconte tout et prédit comment nous pouvons avoir un monde futur avec une nourriture abondante. Une version de cet article a été republiée par Agdaily à partir de Agri-Times Northwest avec l'autorisation de l'auteur.

 

Source : The Green Revolution's ripple effect on other crops | AGDAILY

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article