Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Incidence du cancer chez les travailleurs agricoles : RAS ? Non ! RAS...

10 Septembre 2021 Publié dans #Article scientifique, #Santé publique

Incidence du cancer chez les travailleurs agricoles : RAS ? Non ! RAS...

 

 

 

 

Le titre vous paraît obscur ? « RAS », rien à signaler, peut être une information importante qu'il convient justement de signaler.

 

Une équipe internationale – Kayo Togawa, Maria E Leon, Pierre Lebailly, Laura E Beane Freeman, Karl-Christian Nordby, Isabelle Baldi, Ewan MacFarlane, Aesun Shin, Sue Park, Robert T Greenlee, Torben Sigsgaard, Ioannis Basinas, Jonathan N Hofmann, Kristina Kjaerheim, Jeroen Douwes, Rachel Denholm, Gilles Ferro, Malcolm R Sim, Hans Kromhout, Joachim Schüz – vient de publier dans Environment International « Cancer incidence in agricultural workers: Findings from an international consortium of agricultural cohort studies (AGRICOH) » (incidence du cancer chez les travailleurs agricoles : résultats d'un consortium international d'études de cohortes agricoles (AGRICOH) ».

 

 

Le résumé

 

En voici le résumé (nous découpons pour les résultats) :

 

Points forts

 

  • AGRICOH a analysé l'incidence du cancer chez >248.000 travailleurs agricoles de 6 pays.

 

  • Le cancer est globalement moins fréquent chez les travailleurs agricoles que dans la population générale.

 

  • Un excès a été constaté pour le myélome multiple, le mélanome de la peau et le cancer de la prostate.

 

  • La direction du risque était largement cohérente entre les cohortes avec quelques écarts.

 

  • Un déficit important de cancers du larynx et du poumon a été observé dans presque toutes les cohortes.

 

 

Contexte :

 

Le travail agricole peut exposer les travailleurs à des agents potentiellement dangereux, y compris des substances cancérigènes connues et suspectées. Cette étude visait à évaluer l'incidence du cancer chez les travailleurs agricoles masculins et féminins d'un consortium international, AGRICOH, par rapport à leurs populations générales respectives.

 

Méthodes :

 

L'analyse a inclus huit cohortes qui ont été reliées à leurs registres de cancer respectifs : France (AGRICAN : n = 128.101), États-Unis (AHS : n = 51.165, MESA : n = 2.177), Norvège (CNAP : n = 43.834), Australie (2 cohortes combinées, Australian Pesticide Exposed Workers : n = 12.215 et Victorian Grain Farmers : n = 919), République de Corée (KMCC : n = 8.432) et Danemark (SUS : n = 1.899). Pour divers sites de cancer et tous les cancers combinés, les rapports d'incidence standardisés (RIS) et les intervalles de confiance (IC) à 95 % ont été calculés pour chaque cohorte en utilisant les taux nationaux ou régionaux comme taux de référence et ont été combinés par méta-analyse à effets aléatoires.

 

Résultats :

 

Pendant près de 2.800.000 années-personnes, un total de 23.188 cancers ont été observés.

 

Des risques élevés ont été observés pour le mélanome de la peau (nombre de cohortes = 3, méta-RIS = 1,18, IC : 1,01-1,38) et le myélome multiple (n = 4, méta-RIS = 1,27, IC : 1,04-1,54) chez les femmes et le cancer de la prostate (n = 6, méta-RIS = 1,06, IC : 1,01-1,12), par rapport à la population générale.

 

En revanche, un déficit a été observé pour l'incidence de plusieurs cancers, notamment les cancers de la vessie, du sein (femme), du colorectum, de l'œsophage, du larynx, du poumon et du pancréas et tous cancers confondus (n = 7, méta-RIS pour tous cancers confondus = 0,83, IC à 95 % : 0,77-0,90).

 

La direction du risque était largement cohérente entre les cohortes, bien que nous ayons observé de grandes variations entre les cohortes dans le RIS pour les cancers du foie et du poumon chez les hommes et les femmes, et pour l'estomac, le colorectum et la peau chez les hommes.

 

Conclusion :

 

Les résultats suggèrent que les travailleurs agricoles ont un risque plus faible de divers cancers et un risque élevé de cancer de la prostate, de myélome multiple (femme) et de mélanome de la peau (femme) par rapport à la population générale. Ces différences et les variations entre cohortes peuvent être dues à des différences sous-jacentes dans les facteurs de risque et justifient une étude plus approfondie des expositions agricoles.

 

 

Ah les biais !

 

Ce résumé illustre les biais dont sont affligés les chercheurs dans ce domaine.

 

Pourquoi avoir donné dans le résumé les RIS et leurs IC pour les excès de cancers et pas pour les déficits (un mot qui peut paraître curieux mais qui fait l'affaire) ? Parce que les chercheurs sont formatés pour chercher dans une direction...

 

Pourquoi avoir donné d'abord les excès de risques, puis les déficits, le résultat global étant noyé dans cette partie ? Parce que...

 

L'information majeure n'est-elle pas un méta-rapport d'incidence standardisé de 0,83, avec un intervalle de confiance à 95 % pointant vers un résultat significatif de 0,77-0,90 ? Notons que pour les sur-risques, certains faibles, la limite inférieure des intervalles de confiance est proche de 1.

 

En bref, si l'article lui-même est un déluge de chiffres – tous les chiffres – le résumé prête à critique. Nous avons observé le même phénomène pour d'autres articles.

 

 

À propos des auteurs

 

Le texte a été publié sous une licence Creative Commons, mais le droit d'auteur a été affecté à l'Organisation Mondiale de la Santé.

 

L'équipe de recherche comporte cinq personnes affiliées au Centre International de Recherche sur le Cancer. Celui-ci se posera-t-il des questions sur certains classements de cancérogénicité ?

 

L'équipe de recherche comporte aussi deux personnes qui ont participé à l'élaboration de l'infameuse monographie déclarant le glyphosate « cancérogène probable » (Mme Isabelle Baldi et M. Hans Kromhout).

 

 

Les résultats

 

Les voici sous forme de graphique.

 

 

 

 

 

Et le lymphome non hodgkinien ?

 

Faut-il rappeler que c'est la « vedette » de l'activisme et de la piraterie judiciaire contre le glyphosate et Bayer/Monsanto ?

 

« Le méta-SIR pour le lymphome non hodgkinien (LNH) était inférieur à 1,0 chez les hommes et les femmes combinés (n = 5 ; méta-RIS = 0,92, IC à 95 % = 0,86-0,98, I2 = 0 %). »

 

Pour la cohorte française AGRICAN, le RIS est à 0,95 (0.83–1.09) pour les hommes avec 216 cas et à 0,92 (0.77–1.09) pour les femmes avec 133 cas.

 

 

 

 

Post scriptum

 

Nous n'attendons pas d'article dans le Monde, rubrique Planète, du journaliste qui bloque plus vite que son ombre sur Twitter.

 

Quoique... il y a de quoi faire du picorage (cherry picking) dans cette étude qui ne manque pas d'évoquer les pesticides, alors qu'il y a d'autres facteurs de risque comme les détergents, solvants, carburants, poussières, mycotoxines, etc.

 

Le 27 novembre 2020 (date sur la toile) celui-ci publiait « Une vaste étude confirme les risques de cancer encourus par les agriculteurs français » (critique sur ce blog)avec en chapô :

 

« De nouveaux résultats du suivi de 180 000 éleveurs et cultivateurs dénombrent une proportion accrue de lymphomes, leucémies ou cancers de la prostate, notamment chez ceux exposés aux pesticides. »

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Y
Pour le cancer de la prostate:
En 2016, Mr Pierre Lebailly , responsable de l'étude AGRICAN à annoncé qu'ils voyaient clairement dans leurs cohorte d'analyse que les plus touchés du monde agricole n'étaient pas les céréaliers , mais les éleveurs et particulièrement les éleveurs bovins. La piste de la hausse des cancers de la prostate du monde agricole s'orientait très fortement sur un type de produit : Un produit vétérinaire utilisé comme anti douves appliquer sur le dos des vaches pour les déparasités. Les principe actif traverse le cuire de la vache et n'a donc aucun pb a traverser la peau des mains des agri /éleveurs qui ne porte pas suffisamment de gants approprié pour ce faire . Pour en parler avec ds éleveurs depuis , a leurs réactions, il y avait un vrai défaut d'informations. Des véto commence à leur en parler et un d'eux a expliquer que des calcules avaient permis d'estimer qu'un éleveurs qui traitait son cheptel sans protections pouvait prendre 600 fois la dose d'un bovin (rapporté au poids de la personne)
Répondre
H
Confirmation des bons résultats de l'étude française Agrican sur 20 ans qui ont été complètement passés sous silence par la presse qui a même scandaleusement affirmé le contraire. Excès de cancer de la peau et des lèvres paraitront malheureusement "normaux" à tout ceux qui travaillent dehors et sont régulièrement "grillés" par le soleil, même parfois derrière les vitres du tracteur. Un sacré problème... Il est dommage que pour le cancer de la prostate, on ne se penche pas sur les leçons du passé. Cancer de la prostate jusqu'au début du XXème = cancer du postillon ou du cavalier. Il était alors attribué aux vibrations et secousses. Quid des vibrations des engins agricoles ? Une piste à ne pas négliger. Reste les myélomes multiples qui posent effectivement problème. Mais à ne chercher que du côté des pesticides, on peut faire fausse route : voir le lien découvert entre la consommation d'un champignon gyromitre et la maladie de Charcot en Savoie, les pesticides utilisés dans la région avaient été passés au crible sans résultat. Il a fallu la clairvoyance d'un chercheur US qui a "remarqué" cette affaire non résolue en France. Sols, plantes, animaux sont des réservoirs à pathogènes "naturels" parfois graves dont on ignore souvent beaucoup, parfois encore tout.
Répondre