Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Cultures GM : le Kenya et le Nigeria progressent alors que l'Ouganda vacille

15 Septembre 2021 Publié dans #Afrique, #OGM

Cultures GM : le Kenya et le Nigeria progressent alors que l'Ouganda vacille

 

John Agaba*

 

 

Image : Un agriculteur ougandais récolte des arachides en culture intercalaire avec du maïs. Photo : Shutterstock/James Karuga

 

 

Bien que plusieurs pays africains, dont le Kenya, le Nigeria et l'Éthiopie, fassent d'énormes progrès dans leur quête de développement et de commercialisation de cultures génétiquement modifiées, ce n'est pas la même histoire en Ouganda.

 

Malgré des succès initiaux très prometteurs, les scientifiques de ce pays d'Afrique de l'Est ont eu du mal à faire progresser leurs recherches sur les cultures génétiquement modifiées au-delà des essais en champ confiné pour diverses raisons qui échappent à leur contrôle.

 

Par exemple, les scientifiques qui développent une variété améliorée de maïs GM tolérante à la sécheresse et résistante à des insectes à l'Institut National de Recherche sur les Ressources Végétales (NaCRRI) ont dû interrompre leurs recherches et détruire leurs résultats parce que le pays ne dispose toujours pas d'une loi sur la biosécurité pour guider la commercialisation des cultures GM.

 

« Nous avons terminé les essais en champ confiné pour le maïs Bt, mais nous ne pouvons pas demander la libération dans l'environnement parce que nous n'avons pas de loi pour guider l'utilisation des OGM (organismes génétiquement modifiés) en Ouganda », a déclaré le Dr Godfrey Asea, chercheur principal pour la recherche et directeur du NaCRRI.

 

Les scientifiques ont également dû détruire les variétés qu'ils ont produites. Ils n'ont pas pu les conserver plus d'un an après la fin des essais en champ confiné, car le NaCRRI ne dispose pas d'installations de stockage à long terme pour les OGM, notamment de réfrigérateurs et de chambres froides.

 

Le Conseil National pour la Science et la Technologie leur a également demandé de détruire les graines une fois la recherche terminée.

 

« C'est vraiment dommage que [les scientifiques] aient dû arrêter leurs recherches et détruire leur matériel », a déclaré M. Erostus Nsubuga, directeur général et président d'Agro-genetic Technologies, une entreprise privée de Kampala spécialisée dans la culture de tissus et qui transfère les travaux de recherche des laboratoires aux agriculteurs en multipliant les semences. « Ils faisaient un travail formidable ».

 

Les recherches de M. Asea ont indiqué que les variétés de maïs Bt, qui utilisent un gène provenant d'un organisme du sol commun appelé Bacillus thuringiensis pour repousser les insectes nuisibles, étaient résistantes à la fois aux légionnaires d'automne et aux foreurs de tiges [pyrales], et également tolérantes à la sécheresse. Par conséquent, les agriculteurs qui les cultivaient pouvaient s'attendre à obtenir des rendements plus élevés et à réduire leur utilisation de pesticides et d'eau.

 

Bien que l'Ouganda soit désormais à la traîne, plusieurs pays africains font pression pour commercialiser des cultures génétiquement modifiées. Ils considèrent la biotechnologie comme une partie de la solution pour améliorer la sécurité alimentaire et mettre fin à la faim dans leurs communautés.

 

Le Kenya, par exemple, a fait progresser ses recherches sur le maïs Bt au-delà des essais en champ confiné et des essais de performance nationaux. Le pays d'Afrique de l'Est est en passe de commercialiser cette culture vivrière à haut rendement l'année prochaine et les agriculteurs réclament déjà les semences.

 

Les résultats des essais de performance nationaux du Kenya ont indiqué que les variétés de maïs Bt produisaient de meilleurs rendements que les variétés conventionnelles, a déclaré M. Theophilus Mutui, directeur général du Kenya Plant Health Inspectorate Service. Il a indiqué que les chercheurs avaient soumis leurs résultats au ministère de l'agriculture du pays pour qu'il décide de la commercialisation ou non du maïs biotechnologique.

 

Ce pays d'Afrique de l'Est a autorisé ses agriculteurs à cultiver du coton Bt l'année dernière.

 

La situation est la même au Nigeria, où des essais en champ confiné du maïs génétiquement modifié résistant à des insectes et tolérant à la sécheresse (TELA) ont donné des « résultats exceptionnels » ce mois-ci [août 2021].

 

Les essais en plein champ, qui sont menés à l'Institut de Recherche Agricole du Nigeria, ont montré que les variétés de maïs TELA produisent neuf tonnes par hectare, soit trois fois plus que les trois tonnes par hectare obtenues avec la variété de maïs conventionnelle la plus productive du pays, selon un rapport du Service International pour l'Acquisition d'Applications Agro-biotechnologiques (ISAAA) [ma note : on trouve d'autres chiffres dans « Le maïs GM progresse au Nigeria alors que les agriculteurs luttent contre la sécheresse et les insectes nuisibles »].

 

 

« Avec ce potentiel de rendement élevé, la variété de maïs TELA est la mieux placée pour aider à combler l'écart entre la demande et l'offre de maïs, qui accuse un déficit de six millions de tonnes », indique le rapport de l'ISAAA.

 

L'Éthiopie, quant à elle, a approuvé la culture commerciale du cotonnier Bt et la recherche en plein champ pour le maïs GM. En Afrique du Sud, les agriculteurs cultivent déjà le maïs TELA à des fins commerciales.

 

Selon M. Nsubuga, l'Ouganda n'a pas vraiment progressé après avoir « investi beaucoup de temps dans ces technologies », car les dirigeants du pays ne parvenaient pas à décider s'il fallait ou non adopter les OGM.

 

Le pays d'Afrique de l'Est a également perdu son financement pour le projet de maïs TELA après qu'il est devenu évident que les progrès dans l'approbation des cultures biotechnologiques étaient au point mort. Les donateurs ont préféré donner l'argent à d'autres pays prioritaires.

 

Le Parlement ougandais a adopté un projet de loi sur la biotechnologie et la biosécurité pour guider l'utilisation des OGM, d'abord en 2017, puis en 2018. Mais le président Yoweri Museveni a renvoyé le projet de loi à la chambre à ces deux occasions.

 

« Nous avons abordé les questions que le président voulait voir aborder [dans le projet de loi amendé de 2018] », a déclaré M. Ronnie David Mutebi, anciennement vice-président d'une commission parlementaire des sciences, de la technologie et de l'innovation. « Nous avons même changé le titre du projet de loi, passant du projet de loi sur la biotechnologie et la biosécurité au projet de loi sur la réglementation du génie génétique pour tenir compte du génie génétique, mais le président ne l'a pas signé. »

 

Les scientifiques ougandais développent des variétés génétiquement modifiées tolérantes à la sécheresse et résistantes à des insectes depuis près de deux décennies.

 

M. Asea et d'autres ont commencé à travailler en laboratoire pour le projet WEMA (water efficient maize for Africa – maïs efficace pour l'eau pour l'Afrique) en 2008 afin d'aider les agriculteurs à gérer le risque de sécheresse en développant des variétés de maïs qui donnent jusqu'à 35 % de grains en plus dans des conditions de sécheresse modérée que les variétés actuellement disponibles.

 

Par la suite, les scientifiques ont procédé au développement de variétés offrant à la fois une tolérance à la sécheresse et une résistance à des insectes, connues sous le nom de marque TELA.

 

Les scientifiques ougandais ont également développé d'autres variétés génétiquement modifiées, dont le manioc résistant à la striure brune et à la mosaïque, la pomme de terre résistante au mildiou et une banane bio-fortifiée riche en vitamine A et résistante au flétrissement bactérien.

 

Toutes ces variétés ont donné d'excellents résultats. Mais elles risquent de connaître un sort similaire à celui du maïs Bt si le pays n'adopte pas une loi sur la biosécurité.

 

« C'est frustrant pour les scientifiques qui ont consacré presque tout leur temps à développer ces variétés mais qui doivent maintenant les arrêter », a déclaré M. Nsubuga.

 

Le Dr Geoffrey Arinaitwe, agronome et membre de l'équipe qui a commencé à travailler en laboratoire pour développer une banane génétiquement modifiée en Ouganda, a décrit à quel point il est frustrant de « développer un produit et de savoir qu'il fonctionne » mais de ne pas pouvoir le présenter aux agriculteurs en raison de l'inaction du législateur.

 

« C'est frustrant. Très frustrant », a-t-il déclaré. « Je suis maintenant vieux, presque à la retraite. Bientôt, je ne serai plus en mesure de poursuivre ce type de travail. Mais qu'ai-je à montrer pour tout le temps que j'ai passé ? Toutes les nuits que j'ai passées dans un laboratoire ? Rien. »

 

« Si les gens savaient à quel point il est pénible de rester dans un laboratoire pendant tout le temps jusqu'à ce que vous soyez capable de créer une banane à partir d'une cellule, ils comprendraient mieux notre désillusion », a-t-il ajouté.

 

M. Asea a déclaré que les chercheurs ougandais espèrent que le pays adoptera un jour la loi et que les chercheurs pourront livrer leurs produits aux agriculteurs.

 

Mais M. Nsubuga a déclaré que la question n'était pas de savoir si, mais quand, le pays adopterait la loi.

 

« L'Ouganda adoptera la loi sur la biotechnologie, surtout après que le Kenya aura commencé à récolter du maïs Bt », a-t-il prédit. « L'Ouganda verra les avantages de l'adoption de ces technologies et suivra le mouvement. »

 

« Certaines personnes pensent que nous n'avons pas besoin de ces technologies parce que l'Ouganda produit encore beaucoup de nourriture... nous sommes encore un panier alimentaire pour la région », a-t-il poursuivi. « Mais les choses seront différentes lorsque le Kenya commencera à récolter ses variétés Bt ».

 

_____________

 

* Source : GM crops: Kenya and Nigeria progress as Uganda falters - Alliance for Science (cornell.edu)

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
En parlant d'Ouganda je viens d'assister à l'avant première de "Bigger than Us" sélection officielle du festival de cannes 2021.
Du beau pesticide bashing!
Avec le top de la manipulation: "les pesticides c'est mal, ça détruit la terre" et l'image suivante montre une phrase de l'ONU "86% des terres agricoles sont dégradées"... genre c'est dû aux pesticides uniquement...
et on a une belle préparation de pesticide bio a base de plante... oups...
Répondre