Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Moins de déchets alimentaires, une empreinte carbone plus faible et un système alimentaire socialement sensible : l'intensification de l'agriculture fondée sur la technologie est la seule voie scientifique vers la durabilité.

18 Août 2021 Publié dans #Divers

Moins de déchets alimentaires, une empreinte carbone plus faible et un système alimentaire socialement sensible : l'intensification de l'agriculture fondée sur la technologie est la seule voie scientifique vers la durabilité.

 

Kevin Folta*

 

 

Crédit : Sompong Rattanakunchon/Getty Images

 

 

Plusieurs tendances se dégagent rapidement lorsque l'on interroge le public sur l'agriculture. Les consommateurs du monde industrialisé rejettent des concepts comme « usine » et « technologie ». Il existe une perception selon laquelle les grosses entreprises sont mauvaises et que les méthodes de production alimentaire à petite échelle et pittoresques d'antan peuvent facilement assurer la subsistance d'une planète en pleine croissance.

 

La réalité est que nous devrons produire plus de nourriture avec moins de ressources, sur moins de terres et en utilisant moins d'eau. C'est un défi qui ne pourra être relevé qu'avec une intensification intelligente et durable et davantage d'innovation agricole.

 

Nous voulons tous un environnement propre, des aliments sûrs de la plus haute qualité pour nos familles, des moyens de subsistance rentables pour les agriculteurs et la sécurité alimentaire sur toute la planète. Nous voulons moins de déchets alimentaires, une empreinte carbone plus faible et un système alimentaire socialement responsable.

 

Mais les obstacles à la réalisation de ces objectifs importants se dressent chaque jour davantage. À chaque minute qui passe, la superficie des terres cultivables cède à la croissance démographique. Les ressources en eau diminuent, des phénomènes météorologiques sans précédent dévastent les exploitations individuelles et frappent la production agricole de vastes régions de culture. Nos voies de communication transportent des parasites et des agents pathogènes qui se propagent à toute vitesse. La main-d'œuvre agricole se fait de plus en plus rare. Les produits chimiques de protection des cultures de la vieille école ont été progressivement retirés et de nombreuses nouvelles approches se dirigent lentement vers l'obsolescence.

 

En bref, pour atteindre nos objectifs de production rentable, de sécurité alimentaire et de durabilité, nous devrons augmenter la cadence, et non la réduire. L'innovation sera la pierre angulaire de la Révolution Verte 2.0.

 

 

Sélection guidée par le génome

 

 

Crédit : Sigrid Gombert/Science Photo Library

 

 

La sélection guidée par le génome permet aux sélectionneurs de plantes de relier une signature génétique spécifique à un caractère particulier. Cela signifie qu'un scientifique peut examiner l'ADN d'un jeune plant et faire des prédictions précises sur les fruits qu'il produira plusieurs années après. Jusqu'à très récemment, les sélectionneurs de cultures fruitières effectuaient des croisements et attendaient des années avant de tester les fruits, ce qui occupait des surfaces considérables et coûtait une fortune en main-d'œuvre, engrais, eau et autres ressources. Aujourd'hui, ils peuvent tester des milliers de semis en une seule fois et en rien de temps et prédire les quelques-uns qui sont les plus susceptibles de donner des fruits supérieurs, de survivre à une sécheresse ou de supporter une maladie intense.

 

 

Big data et agriculture intelligente

 

 

Crédit : Freepik

 

 

Les technologies de big data et d'agriculture intelligente, comme les réseaux de capteurs à la ferme, transmettront des données en continu à des serveurs informatiques, surveillant l'état environnemental de la ferme. L'humidité et la température du sol, la météo ambiante, l'état des nutriments et la présence de parasites et de pathogènes seront tous soigneusement analysés. Des satellites évalueront la santé des plantes dans l'ensemble du champ, des drones collecteront des données sur la santé et le stress des plantes et ces données seront intégrées et analysées pour guider les décisions et mettre en œuvre des solutions grâce à l'automatisation.

 

 

L'édition des gènes

 

 

Crédit : Sergey Nivins/Adobe

 

 

L'édition des gènes peut réduire les coûts des agriculteurs, diminuer l'utilisation des insecticides et améliorer la sécurité des agriculteurs. L'édition des gènes est une approche plus chirurgicale de l'ajustement du schéma génétique qui, dans les pays acceptant cette pratique, conduit à un développement rapide des variétés, rendant les plantes plus résistantes au stress, plus efficaces dans l'utilisation de l'eau et des nutriments, plus résistantes aux agents pathogènes et aux ravageurs et augmentant potentiellement les rendements et la teneur en nutriments des produits de consommation.

 

 

Robotique

 

 

Crédit : Institute for Genomic Biology/Université de l'Illinois

 

 

Guidés par GPS ou par vision artificielle, des robots à énergie solaire parcourront les champs, détruiront les mauvaises herbes et récolteront les produits. Les drones et les rovers « renifleront » l'air à la recherche de composés volatils émis par des agents pathogènes spécifiques, bien avant qu'ils ne deviennent problématiques. Les rovers inventorieront les populations d'insectes et feront appel à des traitements ponctuels avec les solutions appropriées. La technologie des batteries permettra à la main-d'œuvre agricole mécanique de travailler sur le terrain vingt-quatre heures sur vingt-quatre.

 

 

Production locale dans des environnements contrôlés

 

 

 

Crédit : Angela Weiss/AFP/Getty Images

 

 

L'agriculture en intérieur vise à faire pousser des aliments là où se trouvent les gens, c'est-à-dire dans les zones urbaines. Si les produits agricoles comme le blé ont peu de chances de pousser dans un espace confiné, les environnements artificiels sont parfaits pour les cultures de grande valeur comme les herbes, les petits fruits et les légumes à feuilles. De telles opérations permettent de réaffecter des espaces urbains inutilisés, de revitaliser des quartiers oubliés, d'employer des travailleurs locaux et d'approvisionner les marchés locaux en produits frais récoltés quelques heures auparavant, avec une empreinte carbone négative.

 

D'aucuns croient qu'un retour aux anciennes méthodes et aux anciennes pratiques permettra de nourrir durablement davantage de personnes. La réalité est que nous devons appliquer à l'agriculture la technologie qui a transformé la communication, la médecine et le commerce si nous voulons nourrir durablement une planète en pleine croissance.

 

L'avenir de l'agriculture passe par l'innovation. Si nous n'acceptons pas les technologies émergentes, le monde en croissance est en danger.

 

____________

 

Kevin M. Folta est professeur au département des sciences horticoles de l'Université de Floride. Suivez le professeur Folta sur Twitter @kevinfolta.

 

Une version de cet article a été initialement publiée sur European Seed (avec moins d'illustrations). Vous trouverez European Seed sur Twitter @EuropeanSeed.

 

Source : Viewpoint — ‘Less food waste, lower carbon footprints and a socially sensitive food system’: Tech-enabled farming intensification is the only science-based path to sustainability | Genetic Literacy Project

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Y
C'est une évidence/certitude!
Mais pour cela il va falloir combattre de façon plus ferme les écoloreligieux et leurs dogmes passéistes !
Ils ont déjà fait beaucoup de dégâts caché derrière leurs fausses images de défenseurs de la planète.
Ils sont comme beaucoup de religions en finalité délétère bloquées par leurs croyances qui se gargarisent pour se faire valoir d'être là pour le bien alors qu'ils n'arrivent qu'a l'inverse !
Répondre