Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Analphabétisme agricole : que s'est-il passé et que faisons-nous maintenant ?

2 Août 2021 Publié dans #Divers

Analphabétisme agricole : que s'est-il passé et que faisons-nous maintenant ?

 

Bill Taylor, AGDAILY*

 

 

Des jeunes étudient les sciences et la technologie grâce aux 4-H. [Les clubs 4-H sont des mouvements de jeunesse administrés par le ministère de l'agriculture américain et qui visait à leur fondation de faire des jeunes des campagnes des citoyens responsables.] (Image : National 4-H Council)

 

 

L'agriculture joue un rôle essentiel dans pratiquement tous les aspects de notre vie. Pourtant, la connaissance de l'agriculture et la confiance dans le système alimentaire américain ne cessent de diminuer.

 

Chacun a une idée qui lui vient à l'esprit lorsqu'il entend le mot « agriculture ». Pour certains, il s'agit d'un éleveur s'occupant de ses vaches dans un pâturage, tandis que d'autres imaginent une usine polluant l'environnement.

 

Les sentiments des gens ont tendance à varier considérablement.

 

Ce n'est pas la faute des personnes qui ont grandi dans des environnements urbains et qui sont analphabètes en matière d'agriculture. Ces consommateurs n'ont pratiquement aucun lien avec ceux qui produisent leur nourriture et deviennent sceptiques lorsqu'ils voient des influenceurs et des célébrités diffuser des informations erronées sur les OGM ou les pesticides.

 

Les jeunes générations et les familles urbaines sont encore plus éloignées de l'agriculture, et les progrès rapides de la technologie agricole font qu'il est difficile pour les agriculteurs d'expliquer les pratiques agricoles au public sans parler au-dessus de leurs têtes. Cette rupture de communication a suscité un scepticisme généralisé à l'égard de l'agriculture américaine conventionnelle.

 

 

Natasha Mortenson fait une leçon sur l'agriculture à des étudiants de l'Arizona.

 

 

Une enquête menée en 2011 par l'Alliance des Agriculteurs et des Éleveurs Américains a révélé que plus de 72 % des consommateurs américains ne savent rien ou très peu de choses sur l'agriculture et l'élevage. Si l'on en croit la façon dont les médias grand public et les utilisateurs des réseaux sociaux parlent des agriculteurs, nous avons toutes les raisons de croire que ce fossé s'est creusé au cours de la dernière décennie.

 

Ces résultats ne devraient pas être si surprenants si l'on considère que moins de 2 % des Américains travaillent dans des exploitations agricoles ou des ranchs, et que ce chiffre ne cesse de diminuer.

 

Des célébrités et des militants écologistes tels que Leonardo DiCaprio et Joaquin Phoenix diabolisent les agriculteurs conventionnels et qualifient l'ensemble de l'agriculture américaine de « fermes industrielles » dirigées par des sociétés. Ils ne doivent pas savoir que 98 % des exploitations sont familiales et produisent 86 % des produits agricoles américains.

 

Cette ignorance en dit long sur la résilience des agriculteurs américains, qui doivent faire face au mépris constant pour leurs pratiques agricoles de la part d'influenceurs grand public, qui sont par ailleurs analphabètes en matière d'agriculture.

 

Les conséquences désastreuses de l'analphabétisme agricole sont visibles dans des législations comme la Prop 12 en Californie et l'IP13 en Oregon [des initiatives sur le bien-être animal]. Si nous, agriculteurs, ne prenons pas la parole et ne prenons pas le temps d'éduquer efficacement les autres, le secteur agricole pourrait être dévasté.

 

Il faut s'attaquer aux graves lacunes en matière de connaissances agricoles afin de dissiper les idées fausses sur l'agriculture et de mieux informer les consommateurs pour qu'ils puissent faire des achats alimentaires éclairés. Pour rétablir les relations entre les producteurs et les consommateurs, nous devons utiliser des solutions innovantes dans l'éducation sur l'agriculture.

 

 

 

 

Des gens comme Zach Johnson (alias « The Millennial Farmer » sur YouTube et Instagram) ont ouvert une voie innovante pour l'éducation sur l'agriculture en utilisant les plateformes de réseaux sociaux pour donner un aperçu de l'agriculture à ceux qui, autrement, sont complètement déconnectés de l'agriculture de production. Des impacts tels que le sien ont considérablement fait avancer l'agriculture, mais le travail n'est pas encore terminé.

 

L'une des façons pour l'agriculture de créer un dialogue qui fait sens avec le public est de consacrer davantage de ressources à la sensibilisation aux efforts de conservation et de durabilité que les agriculteurs déploient depuis des années et qui n'ont pas fait l'objet d'une grande attention dans les médias.

 

Bien que des mesures comme la réduction du travail du sol et les cultures de couverture commencent à faire l'objet d'une certaine couverture, il appartiendra aux agriculteurs de donner de leur temps pour établir des partenariats avec les consommateurs par le biais d'une communication ouverte et de messages agricoles positifs.

 

L'étape la plus importante pour combler les lacunes en matière de connaissances sur l'agriculture est de ne pas laisser la prochaine génération quitter l'école primaire sans savoir d'où vient sa nourriture.

 

Nous devons faire un meilleur travail pour mettre en relation les agriculteurs et les agronomes avec les écoles primaires et secondaires afin d'établir des messages agricoles cohérents qui permettent un dialogue ouvert.

 

Pour ce faire, les écoles peuvent prévoir des conférenciers invités et des programmes de sensibilisation qui fourniront aux éducateurs les ressources nécessaires pour qu'ils se sentent à l'aise quand ils intègrent l'agriculture dans le programme d'études.

 

Cela peut se faire en donnant des indications utiles aux éducateurs afin qu'ils puissent créer des plans de cours, des jeux et des activités de classe qui intègrent l'agriculture dans le programme.

 

 

Jonathan Lawler fait visiter sa ferme à des élèves de la région d'Indianapolis et leur présente certaines des cultures qu'il pratique. (Image : Jonathan Lawler)

 

 

Initier les enfants à l'agriculture leur permet de vivre une expérience qui leur révèle comment les procédures scientifiques de base sont appliquées dans la vie quotidienne.

 

L'introduction de l'agriculture dans la salle de classe offre aux élèves des expériences d'apprentissage authentiques. Elle leur donne également l'occasion d'appliquer directement à des exemples concrets les concepts et les idées appris dans d'autres matières. Cela peut se faire en incluant des journées de lecture avec des livres sur l'agriculture, des conférenciers invités ou en utilisant les coûts agricoles comme exemple dans les problèmes de mathématiques.

 

L'une des difficultés pour introduire l'agriculture dans toutes les classes de l'école élémentaire et du collège sont les écoles en milieu urbain.

 

Cependant, une solution à ce problème est que les 4-H et les éducateurs agricoles des bureaux locaux de vulgarisation tentent d'établir des partenariats avec ces écoles. En mettant à la disposition des enseignants des experts agricoles à qui s'adresser, on peut renforcer leur confiance et, en fin de compte, en faire profiter les enfants.

 

C'est rendre un bien mauvais service aux élèves que d'intégrer les STIM (sciences, technologies, ingénierie et mathématiques) dans le programme scolaire sans y inclure de contenu agricole.

 

En encourageant l'intégration d'un contenu agricole dans les concepts de base du programme scolaire des écoles primaires et secondaires, les enfants peuvent recevoir une meilleure éducation tout en renforçant leurs connaissances en agriculture.

 

_____________

 

Bill Taylor a grandi dans une ferme de poissons-chats en Alabama et a obtenu un diplôme en communication agricole à l'Université d'Auburn. Il a ensuite suivi un programme de maîtrise en éducation agricole et environnementale à l'Université de Géorgie.

 

Source : Ag illiteracy: What happened, and where do we go from here? | AGDAILY

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
U
En France on enseigne aussi de moins en moins les sciences.
Répondre