Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Les héros agricoles des temps modernes : célébrer les pionniers de l'agriculture (1ère partie)

28 Juillet 2021 Publié dans #Divers

Les héros agricoles des temps modernes : célébrer les pionniers de l'agriculture
(1ère partie)

 

Carol Lynn Curchoe, AGDAILY*

 

 

 

 

Les bénéfices des investissements publics et privés dans la recherche agricole sont immenses et ont transformé la sécurité alimentaire du monde en développant et en appliquant la science pour augmenter la productivité et faire progresser l'agriculture. La manière dont de nombreux pionniers de l'agriculture – des scientifiques qui ont fait des découvertes majeures dans le domaine des cultures – ont influencé la société et le cours de l'histoire est stupéfiante.

 

Avant de commencer mes recherches pour cet article, je ne savais pas qui avait découvert la chlorophylle ou le métabolisme des plantes, qui avait inventé les engrais, qui étaient les architectes de la « Révolution Verte », qui a amélioré de façon spectaculaire les méthodes d'amélioration des plantes au cours du XXe siècle.

 

Il y a moins de 100 ans, l'exploitation commerciale de la vigueur hybride d'une culture autogame comme le riz aurait été considérée comme impossible. Aujourd'hui, les variétés hybrides de blé, de riz et d'autres espèces occupent des millions d'hectares dans le monde.

 

Les progrès réalisés par les agronomes se poursuivent aujourd'hui avec la technologie de l'ADN recombinant et les stratégies de sélection pour faire face aux changements climatiques et à l'augmentation constante de la population mondiale.

 

Nous nous plongeons dans l'univers de l'agriculture pour vous présenter quelques-uns des plus grands acteurs qui ont changé la donne au cours des deux derniers siècles. Ils ne sont peut-être pas connus de tous, mais ces pionniers de l'agriculture méritent notre gratitude et notre respect.

 

 

Justus von Liebig

 

Fondateur de la science agricole et de la chimie organique

 

Justus Freiherr von Liebig, qui a vécu au XIXe siècle, était un scientifique allemand qui a apporté des contributions majeures à la chimie agricole et biologique et est considéré comme l'un des principaux fondateurs de tout le domaine de la chimie organique. Son père était un fabricant de produits chimiques dont le magasin possédait un petit laboratoire, où von Liebig aimait faire des expériences lorsqu'il était jeune.

 

Devenu adulte, von Liebig a révolutionné l'analyse des composés organiques à l'aide d'un appareil à cinq ampoules appelé « Kaliapparat ». Grâce à ses travaux, il a découvert que l'assimilation du carbone et de l'hydrogène nécessitait une série de réactions chimiques qui, à partir de certains acides organiques, aboutissaient à la formation de sucre, et a soutenu que les plantes se nourrissaient de composés azotés, du dioxyde de carbone de l'air et de certains minéraux présents dans le sol. Il a également été la première personne à inventer un engrais à base d'azote.

 

Pierre-Joseph Pelletier et Joseph Bienaimé Caventou

 

Ont découvert la chlorophylle

 

Pierre-Joseph Pelletier et Joseph Bienaimé Caventou, étaient deux jeunes étudiants en pharmacologie qui ont eu une collaboration étonnante. Ils ont travaillé et découvert de nombreux alcaloïdes : des composés organiques azotés d'origine végétale qui ont des actions physiologiques prononcées sur l'homme. Parmi eux figurent de nombreux médicaments (morphine, quinine) et poisons (atropine, strychnine).

 

Ensemble, ils ont découvert l'émétine (1817), la strychnine (1818), la brucine (1819) et la vératrine (1819). En 1817, ils ont également découvert la chlorophylle, le pigment vert présent dans presque toutes les plantes, les algues et les cyanobactéries.

 

En 1820, Pelletier et Caventou démontrent que la cinchonine est un mélange de deux alcaloïdes qu'ils nomment quinine et cinchonine, mettant ainsi fin à 70 ans de recherche d'un traitement efficace contre la malaria.

Nicolas de Saussure

 

A découvert la photosynthèse

 

Nicolas de Saussure a été l'un des premiers pionniers de la physiologie végétale. Il est né et a vécu à Genève, en Suisse, et est devenu plus tard professeur de minéralogie et de géologie à l'Académie de Genève. Le livre le plus célèbre de De Saussure est Recherches chimiques sur la végétation, publié en 1804.

 

De Saussure a étudié l'absorption des gaz et des nutriments par les plantes en enfermant les plantes dans des récipients en verre et en pesant les plantes et le gaz carbonique enfermé avant et après, de Saussure a démontré que les plantes absorbent le gaz carbonique pendant la photosynthèse. Cela montre que le carbone des plantes provient de l'atmosphère (et non du sol, comme certains le pensaient).

 

De Saussure a prouvé que le volume de dioxyde de carbone absorbé est approximativement égal au volume d'oxygène dégagé. Comme le poids du carbone absorbé est inférieur à l'augmentation totale du poids de la plante, de Saussure raisonne que de l'eau est absorbée et, ce faisant, décrit correctement les principales transformations chimiques de la photosynthèse.

 

H.J. Muller

 

Pionnier de la mutagénèse induite

 

En 1928, Hermann Joseph Muller présente au monde le concept de la mutation ponctuelle de l'ADN facilitée par les rayons X. Dans son article intitulé Artificial Transmutation of the Gene, il affirme que de fortes doses de rayons X induisent des mutations génétiques dans le génome de la drosophile (mouche du vinaigre). Il a mené trois expériences en 1926 et 1927 qui ont démontré que l'exposition aux rayons X peut provoquer des mutations génétiques, c'est-à-dire des modifications du génome d'un organisme, en particulier dans les ovules et les spermatozoïdes.

 

Il a écrit : « Les organismes se révèlent être beaucoup plus plastiques dans leur base héréditaire qu'on ne le croyait, et nous pouvons envisager avec confiance un avenir dans lequel la surface de la terre sera recouverte de cultures luxuriantes, à la fois faciles à cultiver et à récolter, résistantes aux ennemis naturels et au climat, et facilement utiles dans toutes leurs parties. »

 

Les travaux de Muller ont eu différentes implications pour divers domaines, mais ils ont montré de manière concluante que les facteurs environnementaux tels que les radiations affectaient les caractéristiques héréditaires des organismes. Cette découverte a permis aux spécialistes des cultures d'induire directement des mutations génétiques dans les cultivars, au lieu d'attendre que les mutations se produisent spontanément.

 

Si, en fin de compte, c'est à Muller que revient le mérite de la découverte de la mutagenèse induite, il a laissé derrière lui un héritage troublant : il a volontairement évité l'examen par les pairs pour certaines de ses découvertes. Les preuves sont examinées en détail par Edward Calabrese, qui écrit : « L'ensemble des documents révèle que Muller était un leader inspirant et respectueux des principes, alors qu'à d'autres moments, il apparaît comme une personne aux intérêts égoïstes déformés, très idéologique et partisan, et avec peu de preuves d'un compas moral, tout en étant très imbu de lui-même, dans le contexte d'un comportement très intelligent, implacable, agressif et parfois désagréable. »

 

Nazareno Strampelli

 

Sélectionneur de blé italien

 

Nazareno Strampelli était un pionnier de la sélection du blé au début du XXe siècle, qui n'a pas publié beaucoup d'articles mais a créé de nombreux cultivars utiles. Certains des hybrides de blé de Strampelli ont été exportés hors d'Italie et cultivés sur des millions d'hectares en Chine dans les années 60 et 70. Ce n'est que depuis les années 1990 que son travail a été reconnu au niveau international.

 

Strampelli a été l'un des premiers, en Europe et dans le monde, à appliquer systématiquement les lois de Mendel à la sélection végétale (en particulier à la sélection du blé), ce qui a permis d'obtenir des variétés caractérisées par leur résistance à la rouille, leur floraison et leur maturité précoces et leur paille courte. Grâce aux variétés de Strampelli, la production italienne de blé a doublé, un exploit qui, sous le régime fasciste de Benito Mussolini, a été appelé la « bataille du blé ».

 

Certains des blés de Strampelli, tels que Mentana, Ardito et San Pastore, ont joué un rôle clé dans la première phase de la Révolution Verte de Norman Borlaug.

 

Norman Borlaug, Dr. M.S. Swaminathan, Dr. Krishnaswami Ramiah

 

Architectes de la Révolution Verte

 

Norman Borlaug a développé le « programme de sélection en navette » au Mexique, qui consistait à faire pousser des générations alternées de cultures dans deux environnements complètement différents. Les sites différaient par le type de sol, la température, les précipitations et la photopériode. La procédure de sélection en navette a permis de sélectionner des souches présentant une insensibilité relative à la photopériode ainsi qu'une résistance à large spectre à la rouille noire. En outre, elle a permis de réduire considérablement le temps nécessaire à la sélection d'un nouveau cultivar.

 

Cela a pris une importance mondiale car des endroits comme l'Inde souffraient autrefois de famines mortelles. Mais la Révolution Verte, à la fin des années 1960, y a mis fin aux souffrances et en partie aux ravages de la malnutrition grâce à l'utilisation de variétés de céréales à haut rendement et à l'utilisation accrue de l'irrigation, des engrais et des pesticides, ce qui a permis de stabiliser et de faire exploser la production céréalière.

 

La Révolution Verte a été un énorme effort de développement qui a permis à l'Inde d'atteindre l'autosuffisance alimentaire en l'espace de quelques années seulement. M.S. Swaminathan, un phytogénéticien, a été inspiré et aidé par Borlaug et on lui attribue le schéma de la Révolution Verte en modifiant l'architecture et les propriétés physiologiques des plantes par la sélection du blé (Triticum aestivum L.), du riz (Oryza sativa L.), du maïs (Zea mays L.), du sorgho (Sorghum bicolor L.) et d'autres cultures.

 

La quête de cultivars capables de répondre à des niveaux plus élevés de nutrition végétale a commencé en 1952, lorsque le Dr Krishnaswami Ramiah a développé un programme d'incorporation de gènes de réponse aux engrais de cultivars de riz japonica dans des souches indica à l'Institut Central de Recherche sur le Riz en Inde.

 

Dr William Gaud

 

A inventé le terme « Révolution Verte ».

 

Le Dr William Gaud a été administrateur de l'Agence Américaine pour le Développement International (USAID) dès ses débuts en 1961, au début de l'administration Kennedy. Il a été en charge de ses opérations au Proche-Orient et en Asie du Sud jusqu'en 1964. Il a supervisé une augmentation étonnante de la production alimentaire au cours de cette période, notamment en Turquie, en Inde et au Pakistan. En 1964, l'Inde a produit 9,8 millions de tonnes de blé. En 1969, elle en a produit 18 millions de tonnes. La production du Pakistan est passé de 4 à 7 millions de tonnes au cours des mêmes cinq années.

 

On lui attribue le mérite d'avoir fait parvenir les technologies avancées aux pays les plus pauvres qui en ont bénéficié le plus. Il a déclaré au Congrès américain en 1968 que ces pays « n'ont pas les compétences nécessaires pour faire la recherche adaptative nécessaire. Ils n'ont pas les devises étrangères nécessaires pour importer des engrais. Ils manquent de capitaux pour construire des usines d'engrais. Ils ne disposent pas des installations et des techniques nécessaires pour former leur population aux nouvelles méthodes. »

 

 

À suivre

 

______________

 

Le Dr Carol Lynn Curchoe est la fondatrice d'ART Compass et l'auteur de The Thin Pink Line, Regulating Reproduction. Vous pouvez la retrouver sur FacebookTwitterInstagram et LinkedIn.

 

Source : Modern agricultural heroes: Celebrating pioneers in crop ag | AGDAILY

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Hbsc Xris 28/07/2021 21:01

Excellent mais... Et Louis de Vilmorin (1816-1860) ? Il était le fils de Jeanne Marie Andrieux, grainetière issue d’une famille de grainetiers du quai de la Mégisserie à Paris (déjà), et de Philippe Lévêque de Vilmorin, médecin et botaniste, fils d’un agriculteur lorrain. Ce couple a donné naissance à une véritable dynastie de botanistes, semenciers, chercheurs en amélioration végétale.
Notons que l’épouse de Louis de Vilmorin, Elisa, botaniste de renom, fut une spécialiste des fraisiers et la première femme admise à la Société Botanique de France.
Pour découvrir Louis de Vilmorin qui le premier catalogua scientifiquement tous les blés cultivés en France et est à l'origine des sélections modernes : https://www.researchgate.net/publication/289442527_Louis_de_Vilmorin_and_wheat