Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Le débat fait rage sur les herbicides à base de glyphosate » ? The Conversation publie un article épouvantable sur le Roundup

31 Juillet 2021 Publié dans #Glyphosate (Roundup)

« Le débat fait rage sur les herbicides à base de glyphosate » ? The Conversation publie un article épouvantable sur le Roundup

 

Cameron English*

 

 

Image : Mike Mozart via Flickr

 

Habituellement une excellente source de commentaires scientifiques, The Conversation a récemment publié, pour le dire charitablement, un article douteux sur les dangers de l'herbicide glyphosate. En quoi les auteurs se sont-ils trompés ? Presque tout.

 

 

The Conversation se présente comme un site Web conçu pour « déverrouiller les connaissances des chercheurs et des universitaires afin de fournir au public des informations claires et précises sur les plus grands problèmes de la société ». Leurs commentaires scientifiques sont généralement très bons, et je n'hésiterais pas à les recommander à quiconque – du moins, je n'aurais pas hésité avant de lire cet article : « Alors que le débat fait rage sur les herbicides à base de glyphosate, les agriculteurs les pulvérisent partout dans le monde ».

 

Comme le titre l'indique, les auteurs décrivent le glyphosate comme un herbicide potentiellement mortel, utilisé à outrance par les agriculteurs avec peu de surveillance de la part des régulateurs environnementaux. « Les agriculteurs utilisent [le glyphosate] sur la majorité des champs agricoles du monde », ont-ils écrit. « Les humains pulvérisent suffisamment de glyphosate pour recouvrir chaque acre de terre agricole dans le monde d'une demi-livre de ce produit chaque année » [560 grammes/hectare]. Cette situation est alarmante, poursuivent-ils, car « les scientifiques débattent encore de ses effets sur la santé ».

 

Dire qu'il s'agissait d'une évaluation trompeuse de la science sur la sécurité du glyphosate serait beaucoup trop généreux. Même après que les éditeurs eurent publié une correction et supprimé une allégation concernant la détection de glyphosate dans le lait maternel, l'article n'était toujours pas digne d'un site aussi réputé que The Conversation. Jetons un coup d'œil à certaines des principales affirmations des auteurs.

 

 

 

 

Un herbicide « omniprésent »

 

Pour appuyer leur affirmation selon laquelle le glyphosate se trouve presque partout, les auteurs ont cité un rapport de 2018 de l'Environmental Working Group (EWG), qui a trouvé des traces de l'herbicide dans des céréales populaires pour le petit-déjeuner. Comme Jon Entine, du Genetic Literacy Project, et moi-même l'avions expliqué à l'époque, cela a davantage à voir avec les améliorations de la chimie analytique, qui permettent aux scientifiques de détecter de minuscules quantités de presque n'importe quelle substance essentiellement là où ils veulent la trouver. Mais détecter un produit chimique ne signifie pas qu'il est dangereux :

 

« Selon les normes de l'EPA, il faudrait manger 30 bols ou plus de cheerios par jour, tous les jours, pendant plus d'un an pour s'approcher de la limite américaine, qui est elle-même fixée 100 fois ou plus en dessous de ce qui pourrait réellement nuire à quelqu'un. En d'autres termes, l'EWG vient d'inventer sa propre norme, ridicule et effrayante, qui est jusqu'à 14.000 fois inférieure à celle de l'EPA. »

 

Soit dit en passant, l'EWG est financé par des entreprises d'aliments biologiques et son rapport n'a pas été publié dans une revue à comité de lecture. Mon collègue, le Dr Josh Bloom, s'est également exprimé sur leurs méthodes de campagne sournoises :

 

« L'EWG utilise les mêmes tactiques pour donner une mauvaise image de tous les produits chimiques dont il ignore tout – la notion erronée que la présence d'un produit chimique prédit de quelque façon que ce soit les effets nocifs de ce produit. Pourquoi continuent-ils à utiliser cette "formule de la peur" ? Parce que cela fonctionne. »

 

Dans le même ordre d'idées, « recouvrir chaque acre de terre agricole dans le monde d'une demi-livre » de glyphosate peut sembler assez choquant, mais les agriculteurs utilisent les pesticides, y compris les herbicides, avec parcimonie. « La plupart des produits phytosanitaires sont appliqués dans une fourchette de 0,2 à 4,5 kg par hectare », a expliqué le phytopathologiste Steve Savage. Pour l'échelle, un hectare équivaut à peu près à 1,4 terrain de football ou à 38 courts de tennis.

 

Cela a un sens économique du point de vue de l'agriculteur, a ajouté M. Savage. « Les agriculteurs ne sont pas incités à pulvériser plus de produits phytosanitaires que nécessaire – ces produits coûtent de l'argent. » L'addition de tout le glyphosate utilisé dans le monde en un an est un exercice dénué de sens destiné à effrayer les gens.

 

Revenons à l'article de The Conversation :

 

« Il est peu probable que les scientifiques parviennent bientôt à un consensus sur les effets du glyphosate sur la santé et l'environnement. »

 

Non... ils y sont déjà parvenus : 17 agences de réglementation et des milliers d'études ont évalué les impacts du glyphosate sur la santé humaine et l'environnement, y compris un rapport de l'Union européenne qui vient d'être publié. A l'exception d'une phrase faisant référence au site web de l'EPA, les auteurs n'ont discuté d'aucune de ces publications. Naturellement, ils ont cité la monographie de 2015 du Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC). Cette évaluation a conclu que le glyphosate est un « cancérogène probable », mais l'agence a exclu les données qui auraient inversé sa conclusion. Comme l'a expliqué l'éminent statisticien Robert Tarone au Congrès en 2018 :

 

« L'article que j'ai publié fait état d'autres cas où les taux de tumeurs chez les rongeurs qui pourraient étayer la conclusion selon laquelle le glyphosate est associé à un risque de tumeur ont été inclus dans les délibérations sur le glyphosate de la Monographie 112, alors que les taux de tumeurs provenant des mêmes études qui ne soutiennent pas une association entre l'exposition au glyphosate et le risque de tumeur ont été exclus. Une telle exclusion systématique de preuves disculpatoires est scandaleuse, en particulier lorsqu'elle est pratiquée par une source influente telle que le programme de monographies du CIRC. »

 

Le CIRC, comme l'EWG, a de sérieux conflits d'intérêts. Plusieurs des scientifiques de l'agence servent régulièrement de témoins experts dans des procès contre les fabricants de produits que le CIRC évalue.

 

« Des études ont révélé que le glyphosate provoque des dommages au foie et aux reins chez les rats et modifie les microbiotes intestinaux des abeilles domestiques. »

 

Le fait est que les lésions rénales n'ont pas été liées à l'exposition au glyphosate dans les populations humaines. La recherche impliquant le glyphosate comme cause de dommages au foie chez les rats était basée sur les données d'une étude rétractée (et maintenant tristement célèbre) de 2012 du français Giles-Éric Séralini, qui a également des liens financiers avec l'industrie alimentaire biologique. L'article sur la santé intestinale des abeilles a révélé qu'une dose faible de glyphosate était plus nocive qu'une dose plus élevée. « Lorsque des doses faibles d'un produit chimique ou d'un médicament produisent un effet plus important que des doses plus élevées, il s'agit d'un signal d'alarme hurlant », comme l'explique Josh Bloom dans son analyse de l'étude.

 

Il n'y a pas de débat permanent sur le glyphosate parmi les experts. Au lieu de cela, il y a une poignée d'organisations et d'universitaires avec des conflits d'intérêts évidents qui continuent à ignorer la prépondérance des preuves. Je ne sais pas pourquoi The Conversation a décidé de publier cet article. Mais espérons qu'il s'agit d'un rare échec pour un site web qui, par ailleurs, fait beaucoup de bien pour la vulgarisation scientifique.

 

___________

 

Cameron English, directeur de Bioscience

 

Cameron English est auteur, éditeur et co-animateur du podcast Science Facts and Fallacies. Avant de rejoindre l'ACSH, il était rédacteur en chef du Genetic Literacy Project.

 

Source : 'Debate Rages Over Glyphosate'? The Conversation Publishes Terrible Roundup Article | American Council on Science and Health (acsh.org)

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
"Une dose faible de glyphosate était plus nocive qu'une dose plus élevée."
Ils ont peut-être par la même occasion trouvé le secret de l'homéopathie ? :-)
Répondre
H
Rien de surprenant, c'est "The conversation"... L’occasion de faire découvrir l'effet d’amnésie « Gell-Mann » que j'ai moi-même découvert assez récemment et que je trouve extrêmement pertinent. L'amnésie "Gell-Mann" est un concept développé par Michael Crichton (1942-2008), qui fit des études de médecine, avant de devenir écrivain et scénariste de film de science-fiction (Jurassic Park). Murray Gell-Mann (1929-2019) était un grand scientifique, prix Nobel de physique en 1969 avec qui Michael Crichton discuta de ce concept.
C’est assez simple. Vous ouvrez un journal et vous tombez sur un article sur un sujet que vous connaissez parfaitement bien, par exemple parce que c’est ou cela a été votre domaine professionnel. Vous lisez l’article et vous vous rendez compte que le journaliste n’a absolument aucune compréhension de son sujet. Souvent l’article est tellement mauvais qu’il inverse causes et effets. Michael Crichton appelait cela des histoires de rues mouillées qui parce qu’elles étaient mouillées ont (soi disant) fait pleuvoir…
Michael Crichton disait qu’après avoir lu avec exaspération ou amusement les multiples erreurs de l’article, on tourne la page vers des affaires nationales et internationales et on lit le reste des articles comme s’ils étaient forcément plus crédibles comme les balivernes que l’on vient de lire.
Oublier presque immédiatement qu’un article affreusement biaisé ou lamentablement ignorant jette un soupçon sur la crédibilité de tous les autres articles du journal, c’est cela l’Amnésie « Gell-Mann ».
Répondre
P
Bonjour, je pense qu'il une petite coquille,
... dans une fourchette de 0,2 à 4,5 kg par hectare.
4.5 kg par hectare me semble énorme, dans le texte anglais, il parle de 3 a 64 onces qui donnerait plutôt entre 85 g et 1.8 kg .
Répondre
C
Et toujours rien sur les contaminations à l'oxyde d'éthylène et récemment à l'ochratoxine.
Les discussions sur le glyphosate sont des écrans de fumée, ils détournent l'attention.
Je ne suis pas qualifié pour juger de la dangerosité de l'oxyde d'éthylène, par contre, je suis persuadé que la météo actuelle va favoriser le développement des mycotoxines, je ne le souhaite pas, on verra dans quelques semaines
Répondre