Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Germination sur pied des céréales : une avancée importante annoncée avec modestie

24 Juillet 2021 Publié dans #Article scientifique, #Agronomie

Germination sur pied des céréales : une avancée importante annoncée avec modestie

 

 

(Source)

 

 

C'est M. Christophe Boizard qui nous a mis sur la piste d'un intéressant article, dans un fil très pédagogique dont le premier gazouillis est reproduit ci-dessus. La germination sur pied est d'une grande actualité dans de nombreuses régions, à la suite des chaleurs de juin et des pluies de ce mois-ci.

 

L'article, c'est « Genome-Edited Triple-Recessive Mutation Alters Seed Dormancy in Wheat » (une mutation triplement récessive obtenue par édition du génome modifie la dormance des semences chez le blé) de Fumitaka Abe, Emdadul Haque, Hiroshi Hisano, Kazumitsu Onishi, Takeshi Hayashi et Kazuhiro Sato.

 

En voici le résumé :

 

Points forts

 

  • L'édition du génome par CRISPR/Cas9 médié par Agrobacterium a été réalisée chez le blé.

 

  • Une mutation triple-knockout de TaQsd1 a été générée avec succès.

 

  • Des gènes orthologues** Qsd1 de l'orge régulent les niveaux de dormance des graines dans le blé.

 

  • Un ségrégant nul sans transgène a été identifié par PCR et séquençage du génome entier.

 

 

Résumé

 

Le blé tendre possède trois ensembles de sous-génomes, ce qui rend les mutations difficiles à observer, en particulier pour les caractères contrôlés par des gènes récessifs. Ici, nous avons produit des lignées de blé hexaploïde avec perte de fonction des homéo-allèles de Qsd1, qui contrôle la dormance des graines dans l'orge, par CRISPR/Cas9 médié par Agrobacterium. Sur les huit événements de blé transformés produits, trois événements indépendants portant des mutations multiples dans les homéo-allèles de Qsd1 ont été obtenus. Notamment, une lignée présentait des mutations dans chaque homéo-allèle. Nous avons croisé cette plante avec le cultivar Fielder de type sauvage pour générer un mutant triple-récessif sans transgène, comme l'a révélé la ségrégation mendélienne. Le mutant a montré une période de dormance des graines significativement plus longue que le type sauvage, ce qui peut résulter en une réduction de la germination des grains sur les épis avant la récolte. La PCR, le southern blotting et le séquençage du génome entier ont révélé que la séquence génomique de ce mutant était dépourvue de transgènes. Cette technique sert de modèle pour l'amélioration des caractères chez le blé, en particulier pour les caractères génétiquement récessifs, sur la base d'informations sur les locus provenant de l'orge diploïde.

 

 

Résumé graphique

 

 

 

 

Cette image est impressionnante (soyons réalistes : on a pris les meilleurs exemples). À gauche le blé « normal » avec des grains qui ont germé et développé la première pousse ; à droite, le blé muté, la lettre en rouge indiquant la nature de la mutation (par exemple, une guanine a été remplacée par une adénine).

 

 

 

 

Conclusion de M. Christophe Boizard

 

 

 

 

Elle se passe de commentaires... hélas...

 

 

Post scriptum de midi

 

Humour, mais grinçant :

 

 

(Source)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article