Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Farm Babe : l'agriculture a-t-elle gagné la bataille des OGM (aux USA) ?

12 Juillet 2021 Publié dans #OGM

Farm Babe : l'agriculture a-t-elle gagné la bataille des OGM (aux USA) ?

 

Michelle Miller, AGDAILY*

 

 

Image : Michael Kastler, Flickr

 

 

Les défenseurs de l'agriculture ont-ils gagné la bataille des OGM ?

 

C'est un concept merveilleux qui attire l'attention, mais la réponse courte est non, et nous ne devrions certainement pas lever le pied lorsqu'il s'agit de communication scientifique et agricole. Nous avons toutefois fait des progrès considérables en ce qui concerne la perception du public et la compréhension de l'importance des cultures génétiquement modifiées dans notre système alimentaire moderne. Les opposants aux OGM ne sont plus aussi bruyants et directs qu'auparavant. Que s'est-il donc passé ?

 

Il semble que l'industrie agroalimentaire sans OGM et de nombreuses grandes marques de produits biologiques se soient tiré une balle dans le pied ces dernières années. Prenons l'exemple de Chipotle. Après que la chaîne de restauration rapide a annoncé sa position sur le « non-OGM » en 2015, un nombre incroyable de réactions ont suivi. Chipotle s'est retrouvée confronté à des procès, en partie parce qu'il continuait à s'approvisionner en sodas fabriqués avec du sirop de maïs GM et que le bétail utilisé pour sa viande était toujours nourri aux OGM. Si vous avez mangé chez Chipotle entre le 27 avril 2015 et le 30 juin 2016, vous avez peut-être droit à une indemnisation. (Pour en savoir plus à ce sujet et sur le règlement du recours collectif de 6,5 millions de dollars, cliquez ici).

 

Cela effleure à peine la surface des choses horribles que Chipotle a faites à la communauté agricole au fil des ans. C'est aussi le reflet de l'action de l'entreprise après son annonce anti-OGM. La plupart des années qui ont suivi ont été consacrées à limiter les dégâts, sans parler du fait que l'entreprise a été accablée par un bilan catastrophique en matière de sécurité alimentaire.

 

 

 

 

Chipotle n'a pas fait beaucoup de publicités négatives au cours des deux dernières années (mais la publicité du Super Bowl de 2021 était assez risible) et cela est probablement dû en partie à l'embauche d'un nouveau directeur du marketing en 2018, après une année où l'action de Chipotle a perdu près d'un quart de sa valeur. Il est difficile de ne pas se demander si la décision de faire des allégations anti-OGM en 2015 a nui à leur entreprise et a conduit à la nouvelle direction, alors que la société – l'opinion publique – commençait à montrer une acceptation croissante de la biotechnologie et des progrès de l'agriculture.

 

Chipotle n'est qu'un exemple majeur. Des marques telles que Hunt's, Dannon [Danone], Nature's Path, CLIF bar, Organic Valley, Panera, Stonyfield et bien d'autres ont également subi des revers importants en raison de leurs efforts de marketing anti-OGM et anti-science. Je dirais que Stonyfield décroche le pompon en tant que pire entreprise alimentaire au monde, leur terrible campagne publicitaire au début de 2018 qui exploitait les enfants contre la biotechnologie ayant marqué le début de la fin pour le mouvement anti-OGM sur les réseaux sociaux. [Ma note : propriété à 100 % de Danone depuis 2014, la société a été vendue à Lactalis en 2017 pour permettre à Danone d'acquérir WhiteWave Foods.]

 

 

 

 

Les scientifiques se sont retournés contre Stonyfield pour lui reprocher d'avoir falsifié des faits, le public s'est retourné contre eux pour avoir exploité des enfants, les agriculteurs biologiques étaient mécontents de la façon dont leurs méthodes agricoles étaient dépeintes, les utilisateurs de Facebook se sont retournés contre eux pour avoir supprimé des commentaires par milliers, et les tendances et hashtags des réseaux sociaux #silencedbystonyfield #bannedbystonyfield et les groupes Facebook « The Banned Consumer » sont tous devenus viraux. En l'espace d'une semaine, Stonyfield a essentiellement détruit l'élan que le mouvement anti-OGM avait construit au cours de la décennie précédente.

 

Le timide post de suivi de Stonyfield sur Facebook pour reconnaître le naufrage n'a pas suffi : parmi les centaines de commentaires, beaucoup ont souligné le tort que Stonyfield a fait à son entreprise et combien il est inefficace pour la société de produits biologiques de faire un lien vers des sites tels que l'Environmental Working Group ou Just Label It dans ses réponses, car ce sont des organisations anti-biotech au militantisme bien documenté et non des sources scientifiques crédibles. (Stonyfield a également joué un rôle majeur dans le financement de films de propagande anti-OGM et anti-Monsanto comme Food, Inc. qui ne raconte absolument pas une histoire véridique sur l'agriculture).

 

Mais cela fait apparaître un autre croque-mitaine favori de longue date du militantisme anti-OGM : Monsanto. Il est plutôt difficile d'aborder la question de la quantité de désinformation qui a enveloppé cette entreprise de biotechnologie, mais dans l'ensemble, une grande majorité d'agriculteurs vous diront que Monsanto n'était pas cette terrible entreprise que Stonyfield et d'autres voudraient vous faire croire. Mais tout cela appartient au passé, n'est-ce pas ? Monsanto n'existe plus, puisque l'entreprise a été rachetée par Bayer en 2018.

 

Cela a effectivement mis fin au mouvement March Against Monsanto (MAM), et leur page Facebook originale est également fermée [ma note : pas en France]. Il y a encore quelques groupes et activistes, mais si vous regardez à quel point leur mouvement a diminué, vous voyez une tendance significative dans le fait que plus de gens prennent conscience : les OGM ne sont pas le diable. La contre-manifestation de MAMMarch against Myths about Modification (MAMYTHS) – a également joué un rôle important dans la dissipation de leur mouvement tout en remettant en question les vues très mal informées de MAM sur la biotechnologie.

 

 

 

 

Le mouvement de défense des OGM n'a cessé de s'amplifier, tandis que l'engagement en ligne et la négativité générale entourant le sujet ont considérablement diminué par rapport à ce qu'ils étaient, disons, il y a cinq ou dix ans. Les gens ont trouvé de nouveaux sujets pour s'enflammer et s'énerver dans le domaine de l'alimentation. Les débats les plus animés portent sur la régénération des sols, la durabilité et les sujets environnementaux liés au bétail, au méthane et à la fausse viande.

 

Attendez... la fausse viande ? N'est-elle pas pleine de produits chimiques, de conservateurs, de biotechnologie, cultivée dans un laboratoire ? Eh bien, n'est-ce pas drôle ? Est-ce que cela a changé – ou va continuer à changer – les messages et les sentiments envers notre alimentation ? S'agit-il d'occulter la conversation sur la biotechnologie ou de suggérer que la présence du génie génétique dans ce que nous mangeons n'est pas un problème ?

 

Il semble que c'est dans ce domaine que l'opinion des gens sur l'alimentation a effectivement changé. Une fois de plus, les entreprises à l'origine du discours anti-viande stimulent les ventes de leurs alternatives végétales. Et les similitudes entre les approches marketing des mouvements anti-OGM et anti-viande sont alarmantes. Conclusion ? La peur fait vendre. Du moins, c'est ce qu'ils pensent, jusqu'à ce que les gens se rendent compte que non, le bétail ne détruit pas la planète. C'est le sujet du moment, mais le mouvement végétarien va-t-il s'éteindre dans les cinq ou dix prochaines années, comme l'a fait le mouvement anti-OGM ? Probablement, surtout si l'on considère que la plupart des végétaliens et des végétariens recommencent à manger de la viande au bout d'un an seulement – et certains, beaucoup plus rapidement.

 

Et au bout d'un certain temps, le public trouvera d'autres motifs d'indignation... qui reposent généralement sur l'hyperbole médiatique et sur le problème alimentaire à la mode (qui n'est pas forcément un problème réel).

 

La spéculation et les tendances sont des éléments dont l'industrie de la viande peut apprendre beaucoup et être plus proactive que réactive pour protéger son industrie. Ce qui s'est passé avec le fort mouvement anti-OGM pourrait être un avertissement pour les militants végétaliens des droits des animaux et les gens de la fausse viande. C'est bien d'avoir des opinions et des choix différents sur ce que l'on mange, mais il ne faut pas répandre la désinformation dans le processus. Ce n'est pas une bonne stratégie à long terme.

 

Les tendances alimentaires qui sont vraiment « durables » ? Les qualités dont la grande majorité des consommateurs se soucient vraiment sont le prix, le goût et la sécurité de la consommation. Bien que nous soyons conscients que les extrémistes bruyants sont une minorité, nous devons continuer à partager nos histoires en disant la vérité sur l'agriculture et, une fois encore, ne jamais lever le pied pour défendre la façon dont notre nourriture est produite.

 

Il est agréable de voir le mouvement anti-OGM ralentir un peu là où la science peut prévaloir. Cet article parle de la piste de l'argent derrière leur mouvement mal informé, mais ces groupes d'intérêts spéciaux ont certainement commencé à réaliser que les mensonges et les calomnies contre leurs concurrents ne les mèneront nulle part à long terme. Puisse la science continuer à être entendue dans ses efforts humanitaires.

 

_____________

 

Michelle Miller, Farm Babe (@thefarmbabe,www.facebook.com/IowaFarmBabe) est une agricultrice, conférencière et auteure de l'Iowa. Elle vit et travaille avec son compagnon dans une ferme qui comprend des cultures, des bovins et des moutons. Elle pense que l'éducation est essentielle pour réduire l'écart entre les agriculteurs et les consommateurs.

 

Source : Has agriculture won the battle over GMOs on social media? | AGDAILY

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Qu'est ce que j'aimerai participer à une MAM – March against Myths about Modification (MAMYTHS) en France....
Répondre