Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Mexique : les agriculteurs préviennent que l'interdiction du maïs génétiquement modifié fera augmenter les prix des denrées alimentaires

9 Juin 2021 , Rédigé par Seppi

Mexique : les agriculteurs préviennent que l'interdiction du maïs génétiquement modifié fera augmenter les prix des denrées alimentaires

 

Luis Ventura*

 

 

Image : Shutterstock/Carolina Stevaux

 

 

Les associations d'agriculteurs mexicains s'unissent et ripostent par des batailles judiciaires pour s'opposer à un décret présidentiel visant à interdire le maïs génétiquement modifié (GM) et le glyphosate au Mexique d'ici 2024.

 

Le gouvernement mexicain dirigé par Andrés Manuel López Obrador (AMLO) a mené une bataille contre l'innovation scientifique dans les champs des agriculteurs du pays au cours des trois années écoulées de son mandat, s'attaquant aux cultures biotechnologiques et aux fournitures agricoles. Au début de l'année, AMLO a promulgué un décret visant à éliminer progressivement l'utilisation de l'herbicide glyphosate et la culture ainsi que les importations de maïs génétiquement modifié, d'ici 2024, arguant que ces deux produits présentent des risques pour la santé. Il soutient que la priorité doit être donnée à l'augmentation de l'offre de maïs traditionnel sur le marché intérieur.

 

Les interdictions relatives au maïs génétiquement modifié ont de profondes répercussions, selon l'Institute for Agriculture & Trade Policy. L'interdiction directe des permis de culture de maïs GM officialise les restrictions actuelles ordonnées par les tribunaux mexicains en 2013, tandis que l'interdiction d'importation est présentée comme faisant partie des objectifs de l'administration Lopez Obrador visant à promouvoir une plus grande autosuffisance alimentaire en maïs.

 

Certaines organisations environnementales ont rapidement salué le décret, le célébrant comme le premier pas vers l'autosuffisance du Mexique. Mais alors que Greenpeace Mexique a déclaré que « ce sont des étapes importantes pour faire avancer une production écologique qui préserve la biodiversité et l'agrobiodiversité », les agriculteurs sont inquiets. Ils ont décidé de riposter et de déplacer le débat de leurs champs vers les tribunaux.

 

 

Les agriculteurs se défendent

 

Quelques semaines seulement après la promulgation du décret, les associations d'agriculteurs ont commencé à publier des déclarations désapprouvant la décision unilatérale du président. José Cacho, président de la CANAMI, la chambre mexicaine de l'industrie du maïs, a déclaré que l'interdiction du maïs OGM était inapplicable en raison des chaînes d'approvisionnement qui se sont développées autour de ces produits pendant des années. « Ce décret est complètement déconnecté de la réalité », a-t-il déclaré.

 

En outre, Juan Cortina, président du Conseil National de l'Agriculture (CNA), a déclaré que des poursuites judiciaires sont nécessaires pour faire reculer le gouvernement. « Malheureusement, je pense qu'il faudra des contestations judiciaires de la part de toutes les personnes qui utilisent le glyphosate et le maïs génétiquement modifié », a déclaré M. Cortina à Reuters. Il a également exhorté les décideurs politiques à prendre des décisions « fondées sur la science et non sur l'idéologie ».

 

La CNA s'est montrée particulièrement franche dans son opposition, menant des actions en justice pour empêcher le gouvernement fédéral de promulguer l'interdiction du maïs génétiquement modifié et du glyphosate. Toutefois, un juge fédéral s'est récemment prononcé contre la demande de suspension du décret.

 

La CNA a déclaré qu'elle regrettait son échec judiciaire et a prévenu que si les interdictions entraient en vigueur, les prix des denrées alimentaires augmenteraient et les agriculteurs deviendraient moins productifs. Le CNA s'inquiète surtout des « interprétations radicales et non scientifiques » des interdictions prévues, qui alimenteront l'incertitude.

 

 

Les agriculteurs et les consommateurs en paieront le prix

 

Le Mexique est le plus grand marché étranger pour le maïs jaune produit aux États-Unis, dont la quasi-totalité est génétiquement modifiée. Le Mexique a importé 18 millions de tonnes de maïs génétiquement modifié la saison dernière, soit environ 40 % de sa consommation nationale. Refuser cette source de maïs simplement parce qu'il est génétiquement modifié rendrait presque impossible pour le Mexique de satisfaire sa demande. En outre, cela bouleverserait le commerce actuel des céréales entre les deux pays.

 

Dans un communiqué de presse, la CNA a souligné que le décret affectera gravement les systèmes de production alimentaire du Mexique. Plus important encore, il pourrait nuire aux familles mexicaines en augmentant le prix des aliments de base et en réduisant considérablement les rendements obtenus par les agriculteurs mexicains qui perdront d'importants outils de lutte contre les mauvaises herbes et les parasites.

 

Le maïs est une culture essentielle pour les Mexicains et l'interdiction de l'utilisation et de l'importation de maïs génétiquement modifié finira par provoquer une pénurie d'aliments pour les humains et le bétail, puis une crise alimentaire, les familles à faibles revenus ne pouvant pas se permettre d'acheter du maïs à prix élevé. Les agriculteurs perdront leur compétitivité sur le marché si on leur refuse l'utilisation de maïs génétiquement modifié et qu'ils ne peuvent cultiver que des variétés obtenues par des méthodes de sélection ancestrales et conventionnelles.

 

La situation et l'incertitude liée à l'éventuelle pénurie de maïs ont déjà un impact sur les consommateurs. Les journaux locaux rapportent que l'achat de tortillas est déjà un luxe, cette importante source alimentaire ayant enregistré sa plus forte augmentation. Le groupe de consultants des marchés agricoles du Mexique a indiqué que cette augmentation était due à une hausse de 31,6 % du prix de la tonne de maïs blanc.

 

 

Peu d'alternatives au glyphosate

 

Le même décret prévoit également l'interdiction de l'herbicide glyphosate, utilisé par des milliers de petites et grandes exploitations agricoles au Mexique pour augmenter le rendement des cultures. Depuis fin 2019, le ministère de l'environnement a cessé toute approbation de permis d'importation de glyphosate. On estime que son interdiction réduira les rendements d'au moins 30 %, ce qui rendra probablement le pays encore plus dépendant des importations.

 

À ce jour, il n'existe aucun produit disponible au Mexique pour remplacer le glyphosate, avec les mêmes caractéristiques de faible toxicité et de prix abordable.

 

Le Conseil National de la Science et de la Technologie (CONACYT) est chargé par le décret présidentiel d'identifier un substitut au glyphosate. Mais jusqu'à présent, la seule alternative a été présentée par le Président lui-même. Lors d'une conférence de presse, il a proposé de remplacer le glyphosate par des machettes. Mais cette approche low-tech augmenterait le travail physique des agriculteurs et condamnerait les femmes et les enfants à désherber les champs toute la journée.

 

Les herbicides à base de glyphosate ont, dans de nombreux cas, remplacé l'utilisation généralisée d'autres herbicides plus problématiques sur le plan toxicologique et plus persistants dans l'environnement, comme les triazines. Les alternatives au glyphosate, comme le binage manuel ou l'utilisation de vapeur sous pression, se sont avérées inefficaces ou dangereuses, comme l'acide utilisé dans certaines régions. Mais surtout, elles sont très coûteuses, selon un article de JM Mulet dans un journal national. Certaines régions, comme Séville, en Espagne, qui ont interdit le glyphosate ont choisi de revenir sur cette interdiction et de l'utiliser à nouveau en raison de l'absence d'alternatives viables.

 

____________

 

* Source : Farmers warn Mexico's GM corn ban will raise food prices - Alliance for Science (cornell.edu)

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article