Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Lettre ouverte : Les scientifiques se lèvent pour protéger les lanceurs d'alerte universitaires et l'examen par les pairs après publication

8 Juin 2021 , Rédigé par Seppi Publié dans #divers

Lettre ouverte : Les scientifiques se lèvent pour protéger les lanceurs d'alerte universitaires et l'examen par les pairs après publication

 

 

L'affaire en bref (Source)

 

 

Voici une traduction de « Open Letter: Scientists stand up to protect academic whistleblowers and post-publication peer review ». Plus de 1.000 membres de la communauté académique ont signé cette lettre.

 

 

(Source)

 

 

Lettre ouverte : Les scientifiques se lèvent pour protéger les lanceurs d'alerte universitaires et l'examen par les pairs après publication

 

 

Lonni Besançon1, Alexander Samuel2, Thibault G. Sana3, Mathieu E. Rebeaud4, Anthony Guihur4, Marc Robinson-Rechavi5, Nicolas Le Berre6, Matthieu Mulot7, Gidéon Meyerowitz-Katz8, Hervé Maisonneuve9, Brian A. Nosek.10,11

 

1Faculty of Information and Technology, Monash University, Australia. lonni besancon@gmail com

2Association de Toxicologie Chimie de Paris, France. alexander sannuel@laposte.net 

3LIPME, Université de Toulouse, INRAE, CNRS, 31320 Castanet-Tolosan, France. thibault.sana@inrae.fr

4Department of Plant Molecular Biology, Faculty of Biology and Medicine, University of Lausanne, Switzerland. Anthony.guihur@gmail.com rebeaud.mat@gmail.com

5Department of Ecology and Evolution, Faculty of Biology and Medicine, University of Lausanne, Switerland. marc.rohinson-rechavi@unil.ch

6Intensive Care Unit, Metz-Thionville Regional Hospital, France. n.leberre84@gmail com

7Laboratory of Soil Biodiversity, University of Neuchâtel, 2000 Neuchâtel, Switzerland. matthieu.mulot@unine.ch

8School of Health and Society, University of Wollongong, Australia. gidmk.healthnerd@gmail.com

9Research Integrity Officer, Schools of Medicine, University of Paris, & Consultant, Paris, France. hervemaisonneuve@gmail.com

10Professor, Department of Psychology, University of Virginia, Charlottesville, Virginia, USA 11Executive Director, Center for Open Science, Charlottesville, Virginia, nosek@virginia.edu

 

 

Mme Elisabeth Bik a notamment demandé pourquoi aucun chercheur africain n'a été associé à l'étude en question (source).

 

 

Depuis des années. Le Dr Elisabeth Bik a apporté une immense contribution à la recherche scientifique grâce à son travail difficile et indispensable de détection des erreurs dans les communications scientifiques publiées. Elle a détecté et signalé plus de 4.000 duplications et manipulations d'images, des problèmes de données, des cas de plagiat et des violations de l'éthique humaine et animale par le biais de commentaires sur la plateforme d'examen post-publication PubPeer, sur des réseaux sociaux et sur son site Web Science Integrity Digest. Elle a également contacté des centaines de comités de rédaction de revues pour signaler des erreurs ou des fraudes scientifiques potentielles. Selon Nature, Mme Bik est le « visage public de la traque d'images » [1] et ses travaux ont été récompensés par la 2021 Peter Wildy Prize Lecture de la Société Britannique de Microbiologie.

 

Le travail de Mme Bik contribue à une recherche éthique, solide et reproductible, mais il l'expose également à des risques personnels en tant que lanceuse d'alerte. Dans un cas, elle a identifié la duplication d'images et des problèmes éthiques potentiels dans 62 articles publiés par le Prof Didier Raoult et son institut, dont certains ont également été repris dans des communications scientifiques publiées [2, 3, 4]. Pendant plusieurs mois, le Prof Raoult et son équipe ont réagi en l'insultant à la télévision nationale, en divulguant son adresse personnelle sur les réseaux sociaux et en la menaçant de poursuites judiciaires pour harcèlement et diffamation. Le comportement du Prof Raoult et de son équipe envers le Dr Bik et d'autres personnes a été signalé par de nombreux médias internationaux tels que Times Higher Education ou Scientific American. Cette stratégie de harcèlement et de menaces crée un effet d'entraînement pour les lanceurs d'alerte et, plus généralement, pour la critique scientifique [5, 6, 7]. La critique savante, en particulier sur les questions d'intégrité de la recherche, est semée d'embûches. C'est pourquoi il est particulièrement important de s'efforcer de répondre à ces critiques par des preuves scientifiques et non par des attaques sur l'apparence, le caractère ou la personne des gens.

 

Nous sommes des scientifiques qui sont attachés à la transparence et à l'intégrité de la recherche. Nous soutenons le travail nécessaire pour enquêter sur les erreurs potentielles et les fautes éventuelles, et nous pensons que la communauté scientifique peut faire davantage pour protéger les lanceurs d'alerte du harcèlement et des menaces. Les chercheurs individuels peuvent apporter leur soutien aux lanceurs d'alerte et s'opposer au harcèlement visant à modifier les normes. Les revues, les bailleurs de fonds, les décideurs et les institutions peuvent adopter des politiques explicites pour protéger les lanceurs d'alerte et mettre en place des procédures équitables, judicieuses et transparentes pour traiter les cas potentiels d'inconduite, qui protègent tous les participants. Par cette lettre, nous exprimons notre soutien à l'examen par les pairs après publication, à Elisabeth Bik et à son travail, ainsi qu'à tous les lanceurs d'alerte qui contribuent à maintenir la qualité, l'honnêteté, l'intégrité et la fiabilité des avancées scientifiques.

 

 

(Source et source)

 

 

Références :

 

[1] Shen, H. (2020). Meet this super-spotter of duplicated images in science papers. Nature, 581(7807), 132-136. doi: https://doi.org/10.1038/d41586-020-01363-z

 

[2] Marcus, A. A. (2020, May 22). Hydroxychloroquine-COVID-19 study did not meet publishing society's "expected standard." Retraction Watch. https://retractionwatch.com/2020/04/06/hydroxychlorine-covid-19-study-did-not-meet-publishing-societys-expected-standard/

 

[3] Rosendaal FR. Review of: "Hydroxychloroquire and azithromycin as a treatment of COVID-19: results of an open-label non-randomized clinical trial" Gautret et al. 2020. https://doi.org/10.1016/j.ijantimicag.2020.105949 Int J Antimicrob Agents. 2020, https://doi.org/10.1016/j.ijantimicag.2020.106063

 

[4] Lonni Besancon, Nathan Peiffer-Smadja. Corentin Segalas. Haiting Jiang. Paola Masuzzo. Cooper Smout, Eric Billy, Maxime Deforet. Clémence Leyrat. Open Science Saves Lives: Lessons from the COVID-19 Pandemic. Doi: https://doi.org/10.1101/2020.08.13.249847

 

[5] Samer, C., Lacombe, K., & Calmy, A. (2021). Cyber harassment of female scientists will not be the new norm. The Lancet Infectious Diseases, 21(4), 457-458. https://doi.org/10.1016/S1473-3099(20)30944-0

 

[6] Peiffer-Smadja, N., Rebeaud, M. E., Guihur, A., Mahamat-Saleh, Y. & Fiolet, T. (2020). Hydroxychloroquine and COVID-19: a tale of populism and obscurantism. The Lancet Infectious Diseases. Doi: https://doi.org/10.1016/S1473-3099(20)30866-5

 

[7] Ektorp, E. (2020). Death threats after a trial on chloroquine for VID-19. The Lancet Infectious Diseases, 20(6), 661. Doi: https://doi.org/10.1016/S1473-3099(20)30383-2

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

jacques lemiere 08/06/2021 22:02

chabrière lit-il ce qu'il écrit???