Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Glyphosate : le Monde de M. Stéphane Foucart cessera-t-il un jour de m/désinformer ?

23 Juin 2021 , Rédigé par Seppi Publié dans #Glyphosate (Roundup), #critique de l'information, #Activisme

Glyphosate : le Monde de M. Stéphane Foucart cessera-t-il un jour de m/désinformer ?

 

 

(Source)

 

 

C'est reparti pour un tour de piste

 

Le 15 juin 2021, le Groupe d'Évaluation du Glyphosate (AGG) – la France (l'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail (ANSES)), la Hongrie, les Pays-Bas et la Suède désignés pour agir conjointement en tant qu'États membres rapporteurs – ont transmis le projet de rapport d'évaluation du renouvellement de l'autorisation du glyphosate à l'Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) et le rapport sur la classification et l'étiquetage harmonisés du glyphosate à l'Agence Européenne des Produits Chimiques (EChA).

 

La Commission Européenne a mis en ligne un document expliquant la procédure suivie par l'AGG ainsi que les prochaines étapes de la procédure dans le cadre de l'EFSA et de l'EChA et résumant les principales conclusions de l'AGG.

 

Rappelons que le renouvellement de l'autorisation est demandé par un consortium d'entreprises, la Glyphosate Task Force 2 (GTF2) rebaptisée Glyphosate Renewal Group (GRG) à la fin de 2019.

 

Histoire de fabriquer l'ambiance médiatique à venir, Le Monde se devait d'être le premier à rendre compte de cet événement – de cette mauvaise nouvelle pour les militants indurés des « ONG », des médias et des réseaux sociaux qui est tout autant une bonne nouvelle puisqu'il s'agit d'un énorme os à ronger.

 

 

Générations Futures : les faits sont totalement contredits par son opinion

 

 

(Source)

 

 

Dans le monde des ONG – la petite main et porte-voix du biobusiness – a fait fort à cet égard :

 

« ...La déception est grande car, comme il y a 4 ans, le rapport considère que le glyphosate n’est pas #cancérogène... »

 

Déçu par une excellente nouvelle (qui n'est en fait plus une nouvelle depuis fort longtemps)... Comment mieux illustrer la nature du fond de commerce de Générations Futures, qui serait si bien nourri si le document avait pointé un malheur pour la population ?

 

Le gazouillis a évidemment été copié aux amis et relais complaisants de l'AFP et du Monde.

 

Le communiqué mis en référence semble cependant avoir disparu du site. C'est peut-être en lien avec le déluge de critiques qui s'est abattu sur le gazouillis. En voici deux bribes :

 

 

 

 

 

 

J'ai pas lu, j'sais pas c'qui a dedans, mais je proteste...

 

 

 

Le Monde franchit un nouveau pas dans la m/désinformation

 

Au Monde,, c'est un autre Stéphane, Foucart, qui s'y est collé avec « Le glyphosate franchit un premier pas vers sa réautorisation en Europe en 2022 ». En chapô :

 

« Les quatre Etats rapporteurs ont rendu une première version de leur expertise, qui n’identifie aucune propriété toxicologique du produit, classé cancérigène probable par le Centre international de recherche sur le cancer. »

 

On le voit d'entrée : le Monde a mis une nouvelle piece dans le bastringue pour relancer une ancienne ritournelle.

 

Ce classement du CIRC en « cancérogène probable » colle décidément à la ligne éditoriale du Monde comme le sparadrap du capitaine Haddock...

 

Le texte est aussi un monument de... peut-on oser l'expression qui expose à des convocations au prétoire ?

 

« Selon les conclusions préliminaires de l’expertise, le glyphosate ne serait pas cancérogène, mutagène ou reprotoxique et ne remplirait pas les critères requis pour être considéré comme perturbateur endocrinien. »

 

Admirez le conditionnel, nullement exigé par la grammaire, mais par la ligne éditoriale de la fabrique du doute.

 

 

Que dit le Groupe d'Évaluation du Glyphosate (AGG) ?

 

Voici, pour l'édification des foules, ce qu'a écrit l'AGG au sujet de la santé humaine :

 

« Sur la base des informations disponibles, les conclusions suivantes ont pu être tirées :

 

  • Mutagénicité sur les cellules germinales : Sur la base des informations disponibles et des considérations du guide d'application des critères CLP [classification, étiquetage et conditionnement], l'AGG ne considère pas que les critères de classification en ce qui concerne la mutagénicité sur les cellules germinales dans le règlement (CE) n° 1272/2008 soient remplis. L'AGG propose que la classification du glyphosate comme génotoxique ou mutagène pour les cellules germinales n'est pas justifiée.

     

  • Cancérogénicité : En tenant compte de toutes les preuves, c'est-à-dire les expériences sur les animaux, les études épidémiologiques et les analyses statistiques, et sur la base des considérations du guide d'application des critères CLP, l'AGG ne considère pas que les critères de classification en matière de cancérogénicité du règlement (CE) n° 1272/2008 et du document d'orientation dédié soient remplis. L'AGG propose qu'une classification du glyphosate en ce qui concerne la cancérogénicité n'est pas justifiée.

     

  • Toxicité pour la reproduction : sur la base des informations disponibles et des considérations du guide sur l'application des critères CLP, l'AGG ne considère pas que les critères de classification concernant la toxicité pour la reproduction dans le règlement (CE) n° 1272/2008 soient remplis. L'AGG propose que la classification du glyphosate comme toxique pour la reproduction n'est pas justifiée.

     

  • Sur la base des informations disponibles et des considérations figurant dans le Guide pour l'application des critères CLP, l'AGG ne considère pas que les critères de classification concernant la toxicité spécifique pour certains organes cibles (STOT) soient remplis. L'AGG propose que la classification pour la toxicité spécifique pour certains organes cibles n'est pas justifiée, ni pour une exposition unique ni pour une exposition répétée (STOT-SE et STOT-RE) respectivement.

     

  • Sur la base des informations toxicologiques disponibles, l'AGG propose que la classification actuelle comme "provoque des lésions oculaires graves" (H318) devrait être maintenue. »

 

 

Le Monde et la fabrique du doute

 

Après quelques éléments d'information pertinents, la fabrique du doute se poursuit :

 

« En tout état de cause, la controverse avec le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) est vouée à se poursuivre. A l’inverse des autorités réglementaires, cette agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), principale autorité de classification des agents cancérogènes dans le monde, considère depuis 2015 le glyphosate comme "cancérogène probable". Une telle classification entraînerait l’impossibilité de réautoriser le produit, en vertu de la loi européenne sur les pesticides. Mais les autorités réglementaires du Vieux Continent (et des Etats-Unis) ne partagent pas cet avis. »

 

Le paragraphe est construit de manière à donner le beau rôle au CIRC. En résumé, ces voyous d'autorités réglementaires – une bonne douzaine dans le monde – ont l'audace de ne pas être d'accord avec le CIRC... et d'empêcher la réalisation du vœu le plus cher des militants.

 

 

Le Monde et la fabrique du mensonge

 

De la fabrique du doute, on passe à la fabrique du mensonge :

 

« L’une des raisons à cette divergence de vues est la matière première scientifique utilisée pour l’expertise. Alors que le CIRC se fonde uniquement sur des données publiées dans la littérature scientifique, ou publiquement accessibles, le processus réglementaire s’appuie essentiellement sur les études industrielles menées par les firmes elles-mêmes, et dont les données demeurent confidentielles. [...] »

 

Lisez bien, c'est très astucieux, au sens premier du mot !

 

L'article commenté dans ce billet se rapporte à la procédure en cours au niveau de l'Union Européenne, mais le propos est, ici, général (et un marronnier de la littérature militante). Cela permet d'instiller dans l'esprit du lecteur une opinion fausse sur la procédure en cours – que l'auteur de l'article sait fausse mais pour laquelle il ne saurait être pris matériellement en défaut puisque son propos est général et non particulier (avec l'adverbe « essentiellement », il aura aussi pris une précaution oratoire...).

 

Et ça marche, à voir les nombreux commentaires indignés de lecteurs dans la version électronique du Monde.

 

Pour l'édification des foules, voici un autre, large, extrait du document de l'AGG (c'est nous qui graissons) :

 

« c) Utilisation des études et de la littérature publique

 

Les études requises dans un dossier sont définies dans la législation européenne et dans les documents d'orientation et les lignes directrices techniques. Toutes les études doivent être réalisées conformément aux bonnes pratiques de laboratoire (BPL) dans des laboratoires agréés.

 

Ces laboratoires sont sous la supervision des autorités nationales. Outre ces études, la littérature scientifique publique est également prise en compte dans l'évaluation. Toute la littérature scientifique publique des dix ans précédant la soumission du dossier doit être recherchée de manière formelle et transparente. La stratégie de recherche documentaire est décrite dans le projet de rapport d'évaluation du renouvellement. La littérature est triée par pertinence, puis, si elle est pertinente, résumée et évaluée. La littérature non pertinente est par exemple la littérature sur les effets socio-économiques de l'utilisation (ou non) de produits phytosanitaires contenant du glyphosate. Ces effets ne font toutefois pas partie des critères d'approbation du règlement (CE) n° 1107/200911. La fiabilité de toute la littérature pertinente a été évaluée. Par exemple, les études toxicologiques où la dose administrée ou la formulation utilisée n'étaient pas (correctement) rapportées n'ont généralement pas été considérées comme (complètement) fiables. Il convient de noter que les études rapportées dans la littérature publique ne sont souvent pas réalisées conformément aux BPL. »

 

Voici un autre extrait (idem) :

 

« Le dossier comprend la quasi-totalité des tests et études des précédentes procédures d'autorisation de l'UE, ainsi que de nouvelles études et une analyse récente de la littérature publique. Le grand intérêt suscité par le glyphosate a donné lieu à une quantité considérable de littérature scientifique potentiellement pertinente. La recherche documentaire, qui couvrait une période de dix ans avant la soumission du dossier, a donné lieu à 7.000 publications scientifiques (voir également le paragraphe 4.1). »

 

Notons encore que la littérature scientifique a bien été aussi incluse dans la procédure qui a abouti à la réautorisation de décembre 2017.

 

 

Le Monde et la fabrique de l'indignation

 

Pour bien enfoncer le clou, l'auteur ajoute une couche et se livre à un travestissement des faits :

 

« Le hiatus entre les deux approches est si profond que les propriétés de base de la molécule sont évaluées en radicale opposition par le CIRC et les agences réglementaires. Alors que le CIRC assure que les preuves de génotoxicité (la toxicité pour l’ADN) du glyphosate sont "fortes", les agences réglementaires estiment que de telles preuves n’existent pas. »

 

« ...radicale opposition... » ? Pour cela il aurait fallu expliquer les « deux approches » et leurs conséquences. On tourne en rond, ou plutôt, on nous tourne en bourriques. Le CIRC prétend évaluer un danger et ratisse large, les agences d'évaluation s'intéressent essentiellement aux risques en conditions réelles.

 

Et la description de l'avis des « agences réglementaires » (toutes les agences, a priori...) est formulée de manière à alimenter la fabrique de l'indignation.

 

Prétendre qu'elles « estiment que de telles preuves n’existent pas » est une grossière manipulation des esprits.

 

Voici par exemple la conclusion de la Réunion Conjointe de la FAO et de l'OMS sur les Résidus de Pesticides (voir : « Glyphosate prétendument cancérigène : le CIRC – canal militant – désavoué par sa maison-mère, l'OMS, et la FAO », et aussi : « Glyphosate et conclusion de la Réunion conjointe de la FAO et de l'OMS : l'information selon le Monde ») :

 

« Le glyphosate a été largement testé pour ses effets génotoxiques en utilisant une variété de tests sur un large éventail d'organismes. Le poids total de la preuve indique que l'administration de glyphosate et de ses produits formulés à des doses aussi élevées que 2000 mg/kg de poids corporel par voie orale, la voie la plus pertinente pour l'exposition alimentaire humaine, n'a pas été associée à des effets génotoxiques dans une écrasante majorité des études menées sur des mammifères, un modèle considéré comme approprié pour l'évaluation des risques génotoxiques pour l'Homme. La Réunion a conclu que le glyphosate n'est vraisemblablement pas génotoxique [unlikely to be genotoxic] aux expositions alimentaires prévues. »

 

 

Le Monde et la fabrique d'écrans de fumée

 

La manipulation continue avec l'évocation des procédures judiciaires aux États-Unis d'Amérique. C'est, bien sûr, sans aucune mise en perspective... comme l'évocation qui aurait été bienvenue de la condamnation d'un des avocats prédateurs pour chantage et tentative d'extorsion de fonds à l'encontre d'un fournisseur de Monsanto.

 

Au contraire, la mise en perspective est limite frauduleuse :

 

« Depuis la publication de l’expertise du CIRC, de nombreuses poursuites en justice ont éclaté aux Etats-Unis, où plus de 100 000 personnes touchées par un lymphome non hodgkinien (LNH) après des années d’utilisation de pesticides à base de glyphosate se sont retournées contre Monsanto, le principal producteur de l’herbicide. […] »

 

Non, le lien de cause à effet, fortement suggéré, n'est nullement avéré,pas même l'utilisation occasionnelle de RoundUp par de nombreux plaignants attirés par une aubaine potentielle, gratuite.

 

 

 

 

Pour parfaire la manœuvre, l'auteur nous ressort les « Monsanto Papers » qui ont « nourri de nombreuses enquêtes journalistiques publiées dans la presse internationale, dont Le Monde. » On tombe là dans l'indigence éthique et déonologique.

 

Une étape a été franchie dans le processus de réhomologation du glyphosate après décembre 2022, et M. Stéphane Foucart cherche à dénigrer la nouvelle procédure par des références historiques, de plus fort contestables.

 

 

Le Monde et la fabrique de la contestation

 

Et l'article se termine sans surprise par une référence aux manœuvres déployées au sein du Parlement Européen, précédée par un avis catégorique d'une ONG regroupant des ONG (ce qui lui confère un brevet de respectabilité, n'est-ce pas ?) :

 

« […] L’annonce d’aujourd’hui sur la sécurité du glyphosate est un grand pas en arrière et met en lumière les questions qui subsistent quant à l’objectivité et à l’indépendance de l’évaluation de la sécurité des pesticides par l’Europe. »

 

L'annonce par la Commission Européenne et le document publié par l'AGG sur un document d'évaluation de 11.000 pages sont tout à fait préliminaires... mais le procès en sorcellerie contre le système d'évaluation a déjà livré une condamnation sans appel...

 

...Le Monde de M. Stéphane Foucart s'en fait le diligent et zélé écho.

 

Et, malheureusement, la lecture des contributions sur le site du Monde et des posts sur Twitter montre que, décidément, la m/désinformation est efficace. Le Monde fut,en des temps maintenant anciens, un journal de référence. Il l'est probablement encore, mais, pour la rubrique Planète, par sur le même critère.

 

 

Post scriptum

 

Une autre manifestation d'indigence à déguster : il n'a pas lu le rapport, mais « on a des documents »... Joseph MacCarthy était plus convaincant quand il avait dit : « I have in my hand... ».

 

 

(Source et source)

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Je ne vois dans cet article qu'un exercice superficiel, qui se garde bien d'expliquer en quoi l'avis du CIRC, endossé par l'OMS est dénué de fondement. Le CIRC s'appuie sur une littérature scientifique qui fait consensus dans la communauté. Le recours à des études payées par les firmes qui sont directement intéressées à maintenir ce produit en circulation nous rappelle étonnamment ce qui s'est passé pour le tabac. Vous parlez de fabrique du doute; le doute n'est pas une tare en soi que je sache. Par contre la fabrique de l'ignorance visant à discréditer le travail de la communauté scientifique pour lui préférer les conclusions d'études tenues secrète, me semble clairement condamnable et contraire à l'intérêt commun. Je lis beaucoup d'imprécations et de propos définitifs dans ce blog, pas beaucoup d'argumentation. Et des commentaires lapidaires qui font référence à la Science sans avoir probablement bien compris ce qu'était la démarche scientifique.
Répondre
M
Didier Raoult a été vu, dit-on, martyrisant des chatons...
Répondre
I
Trè_s bon débunkage des foucarderies de notre biotausaurus préféré. Hélas je crois que ce ne sera pas la dernière fois, mon cher Seppi. Les biotausaurus sont si enfoncés dans leur délires que comme le dit Justin (dont la comparaison avec Raoult est bien trouvée) ils ne peuvent pas faire machine arrière, s'ils changent d'avis ils seront lynchés par leurs anciens partisans comme Mark Lynas. Hélas j'ai peur que le combat pour l'agriculture scientifique soit encore très long
Répondre
J
Le gazouillis a évidemment été copié aux amis et relais complaisants de l'EFP et du Monde
AFP plutôt non?

Quant à Foucart et autres zécolos, ils sont comme Raoult, tellement enfoncés dans leur dogmes qu'ils ne peuvent pas faire machine arrière quitte à être contre productifs (pour rester poli)
Répondre
M
douar et Bebop76 faut arrêter de défendre Raoult. Ce mec n'a pas arrêter de mentir et désinformer depuis le début. A cause de lui (et d'autre) la France devient la risé du monde scientifique et nos futur pris Nobel se barre d'ici.
https://rechercheindependante.blogspot.com/2021/03/la-fraude-de-didier-raoult-je-ne.html
https://www.les-crises.fr/didier-raoult-les-graves-manipulations-scientifiques/
https://twitter.com/AlexSamTG/status/1336711402342526978
https://twitter.com/olivierbyrne/status/1308689295528595459

Il est tombé tellement bas qu'il invite des personnes comme Perronne et carrément Jen Dominique Michel.
https://www.youtube.com/watch?v=FIhp7PtCEtY
https://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2021/05/22/seminaire-a-l-ihu-mediterranee-infection-la-medecine-et-la-s-315416.html
https://www.youtube.com/watch?v=WUkcsSnVzl0
https://twitter.com/raoult_didier/status/1260138350901702656?lang=fr

Il défend même la biodynamie qu'il qualifie de "pratique empirique et efficace".
https://www.lepoint.fr/invites-du-point/didier_raoult/des-microbes-pour-remplacer-les-pesticides-22-05-2013-1671011_445.php

Ça fait longtemps qu'il à basculer dans la pseudo-science.

Justin à raison avec sa comparaison, deux personnes tellement enfoncés dans leurs mensonges qu'ils ne peuvent plus en sortir.
D
@bebop76
+1

Une technique très usitée sur les RS est le déshonneur par association.
J'ai ainsi vu Didier Raoult associé à Vandana Shiva et T.Casasnovas.
Très subtil, ça clôt toute discussion.
B
Justin,
votre comparaison avec Raoult est superfétatoire et mal venue dans ce contexte.
Cela discrédite, à mes yeux, tout ce que vous pouvez dire ici et ailleurs.