Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Bœuf, poulet et émissions de carbone

26 Juin 2021 , Rédigé par Seppi Publié dans #élevage

Bœuf, poulet et émissions de carbone

 

Jason Lusk*

 

 

 

 

Les impacts environnementaux de la consommation de viande semblent faire l'objet d'une attention croissante. Certains voient dans les substituts de viande d'origine végétale un moyen de répondre à cette préoccupation et se demandent s'il est possible d'assister à un changement radical dans les types de « viande » achetés par les consommateurs. En fait, un tel changement s'est produit au cours des cinquante dernières années, période durant laquelle nous avons observé une évolution remarquable des habitudes de consommation de viande.

 

La figure ci-dessous montre la consommation américaine par habitant (en livres par personne et par an) de bœuf et de poulet de 1970 à 2020, d'après les données de l'USDA. Sur la base du poids au détail, la consommation de bœuf par habitant est passée d'une moyenne annuelle de 86 livres/personne dans les années 1970 à 56,7 livres/personne dans les années 2010 (c'est-à-dire de 2010 à 2019), soit une réduction de 34 %. Dans le même temps, la consommation de poulet est passée de 38,9 livres dans les années 1970 à 86,9 livres dans les années 2010, soit une augmentation de 123 %. La consommation totale de ces deux viandes est passée d'une moyenne annuelle de 124,8 livres dans les années 1970 à 143,5 livres dans les années 2010.

 

 

 

 

En utilisant les données de consommation par habitant (exprimées plutôt sur la base de la carcasse que du détail), associées à des données supplémentaires de l'USDA sur le rendement (livres produites par animal) au fil du temps, on peut déduire le nombre d'animaux que chaque personne mange en moyenne chaque année aux États-Unis.

 

Dans les années 1970, l'Américain moyen mangeait 14,5 poulets par an, un chiffre qui est passé à 22,3 poulets dans les années 2010. Dans les années 1970, l'Américain moyen mangeait 0,19 vache par an, un chiffre qui est tombé à seulement 0,1 vache par an dans les années 2010. En d'autres termes, il fallait environ 5,3 ans à l'Américain moyen pour manger une vache entière dans les années 1970 ; aux niveaux de consommation actuels, il faut près d'une décennie avant que l'Américain moyen n'ait mangé une vache entière.

 

Quel est l'impact de ce changement de mode de consommation, du bœuf au poulet, sur une mesure environnementale clé : les émissions de gaz à effet de serre (GES) ?

 

Une étude de l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO) indique que 5,4 kg de gaz équivalent CO2 sont émis pour chaque kg de poids de carcasse de viande de poulet produite. Les données de l'USDA indiquent que le poids moyen de la carcasse des poulets de chair américains au cours de la dernière décennie est d'environ 4,53 lb/oiseau (ou 2,06 kg/oiseau). Cela signifie que chaque oiseau est associé à 11,1 kg de CO2. Étant donné que les consommateurs mangent aujourd'hui 22,3-14,5 = 7,9 poulets de plus chaque année que dans les années 1970, cela signifie qu'ils émettent également 7,9*11,1 = 87,3 kg de CO2 de plus que dans les années 1970 (en supposant que les émissions par tête de poulet n'ont pas changé au fil du temps).

 

La réduction de la consommation de bœuf a-t-elle été suffisante pour compenser l'augmentation des émissions de carbone due à la consommation accrue de poulet ? Selon une étude, environ 22 kg de CO2 sont émis pour chaque kg de poids de carcasse de bœuf produit. Le poids des carcasses de bovins s'est établi en moyenne à environ 804,7 livres/tête (ou 365,8 kg/tête) au cours de la dernière décennie, ce qui signifie que chaque vache génère 8.047 kg de gaz équivalent CO2. Étant donné que les consommateurs américains mangent aujourd'hui 0,19-0,1 = 0,09 vache de moins chaque année que dans les années 1970, ils émettent 0,09*8047 = 705,6 kg de gaz équivalent CO2 de moins du fait de la consommation de viande bovine (en supposant à nouveau que les émissions de la production de viande bovine par tête n'ont pas changé au fil du temps). Une partie de cette réduction est due au fait que les gens consomment moins de bœuf (la consommation par habitant est passée de 116 à 81 livres sur la base du poids de la carcasse), mais aussi au fait que les rendements des bovins ont considérablement augmenté (d'environ 617 livres/vache dans les années 1970 à 804,7 dans les années 2010) – nous obtenons plus de bœuf de chaque tête de bétail.

 

Ainsi, l'Américain moyen émet 87,3 kg de CO2 de plus en consommant davantage de poulet, mais il a réduit de 705 kg de CO2 sa consommation de bœuf depuis les années 1970. Il s'agit d'une victoire nette sur le carbone. Et une victoire qui n'est pas étriquée.

 

Une objection à ce point de vue est que la population est plus nombreuse aujourd'hui que dans les années 1970, de sorte que les chiffres par habitant peuvent être trompeurs. Dans les années 1970, la population américaine était en moyenne de 215 millions d'habitants, alors que dans les années 2010, elle était en moyenne de 319,6 millions. En tenant compte de ce fait, les calculs suggèrent que les Américains consomment aujourd'hui environ 4 milliards de poulets de plus et 8,3 millions de bovins de moins que dans les années 1970. L'utilisation des émissions par tête susmentionnées implique que nous émettons, au total, 44,7 millions de tonnes métriques de CO2 en plus pour les poulets supplémentaires, mais 67,1 millions de tonnes de CO2 en moins pour les bovins. Ainsi, en net, notre consommation globale de bœuf et de poulet émet 22,4 millions de tonnes de CO2 de moins aujourd'hui que dans les années 1970. Il s'agit donc toujours d'une « victoire » nette en matière de carbone, même en tenant compte de l'évolution de la population.

 

Pendant que nous y sommes, les données utilisées dans les calculs ci-dessus peuvent être utilisées pour poser un certain nombre de questions.

 

  • Quelles seraient aujourd'hui les émissions globales de GES dues au poulet si nous n'avions pas augmenté la productivité (ou le rendement) depuis les années 1970 ? Réponse : 52,7 Mt de CO2 en plus.

 

  • Quelles seraient aujourd'hui les émissions globales de GES du poulet si la population était restée au niveau des années 1970 ? Réponse : 25,9 Mt de CO2 en moins.

 

  • Quelles seraient les émissions globales de GES du poulet aujourd'hui si la consommation par habitant était restée au niveau des années 1970 ? Réponse : 48,4 Mt de CO2 en moins

 

Maintenant, les mêmes questions pour le bœuf.

 

  • Quelles seraient aujourd'hui les émissions globales de GES du bœuf si nous n'avions pas augmenté la productivité (ou le rendement) depuis les années 1970 ? Réponse : 78,73 Mt de CO2 en plus.

 

  • Quelles seraient aujourd'hui les émissions globales de GES du bœuf si la population était restée au niveau des années 1970 ? Réponse : 84,67 Mt de CO2 en moins.

 

  • Quelles seraient aujourd'hui les émissions globales de GES provenant du boeuf si la consommation par habitant était restée au niveau des années 1970 ? Réponse : 112,57 Mt de CO2 en plus.

 

Pour donner une idée de l'échelle, les données de l'inventaire des GES de l'EPA suggèrent que toute l'agriculture américaine était responsable de 628 Mt d'émissions d'équivalent CO2 en 2019.

 

Dans l'ensemble, il semble que les modes de consommation de viande soient devenus beaucoup plus respectueux du carbone depuis les années 1970 – ce n'est pas un titre que l'on voit souvent.

 

 

° o 0 o °

 

 

Remarque : Tous les calculs ci-dessus reposent sur l'hypothèse que les émissions de CO2 par tête pour le poulet et le bœuf n'ont pas changé au fil du temps. Bien que ces facteurs aient sans doute changé, il semble peu probable qu'ils aient changé suffisamment au fil du temps pour bouleverser les comparaisons de base entre le bœuf et le poulet ci-dessus, mais je le souligne ici pour indiquer que les amplitudes sont incertaines. De plus, j'ai converti les mesures en une métrique par tête (plutôt que par livre produite) parce qu'il me semble que les impacts des GES dépendent principalement de la taille du cheptel, et si nous pouvons obtenir plus de viande de chaque animal dans le même laps de temps (disons, grâce à une génétique améliorée), cela n'impliquerait pas nécessairement des émissions de GES plus importantes. Tous mes calculs sont dans cette feuille de calcul si quelqu'un veut vérifier.

 

Enfin, merci à Jack Bobo qui m'a posé quelques questions, lesquelles ont suscité la rédaction de ce billet.

 

_____________

 

* Jayson Lusk est un économiste de l'agriculture et de l'alimentation. Il est actuellement professeur distingué et chef du Département de l'Économie Agricole de l'Université de Purdue.

 

Source : Beef, Chicken, and Carbon Emissions — Jayson Lusk

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Certes au XIXème siècle, en France, on ne mange quasiment pas de poulet, sauf les riches. Les paysans consomment quelques fois dans l'année des poules de réforme (qu'ils n'élevaient que pour les oeufs), uniquement au pot, la viande (maigre) n'étant pas consommable autrement et les fours sont rares, il faut aller faire cuire chez le boulanger. Mais franchement tout ces décomptes me laissent quelque peu de marbre. Les seules véritables mesures de la pollution émise par pays proviennent des données satellitaires qui ne reflètent pas des calculs complexes mais la réalité. https://atmosphere.copernicus.eu/charts/cams/carbon-dioxide-forecasts?facets=undefined&time=2021062500,54,2021062706&projection=classical_global&layer_name=composition_co2_totalcolumn. Plongée dans une étude du livre de Koonin "Unsettled" sur le climat, je passe pas mal de temps à lire et relire tout ce que l'on pouvait trouver sur les GES (gaz à effets de serre) et à mon sens quelque soit le sens dont on retourne le problème, si le GIEC doit s'occuper de quelque chose, c'est de la démographie totalement délirante de la planète. 1 milliard d'humains en 1850, 4 milliards en 1975, 8 milliards actuellement. Ensuite Koonin, qui croit au réchauffement (avec des nuances), est loin d'être convaincu de l'ampleur de l'effet des GES et se montre très critique sur toutes les prévisions apocalyptiques.
Répondre
D
Les histoire d'empreintes "carbone" sont une manne à venir pour les opportunistes de tout poil.
Mais qui repose sur du vent, il y a autant de résultats différents que de mode de calcul selon l'angle choisi.
Quant à l'évolution de la population, il semble que l'augmentation soit liée à la diminution de la mortalité infantile et l'allongement de l'espérance de vie.
Avec un changement important: avoir de nombreux enfants est de moins en moins perçu comme une richesse, mais comme une charge (J'ai en tête l’Égypte), la natalité baisse inexorablement, mais on ne montre plus que les rares pays où elle reste élevée.
Personnellement, ça ne m’inquiète absolument pas, nous sommes capables de répondre à ces défis comme nous l'avons fait jusqu'ici.

Un petit exercice amusant, quand on parle de "surpopulation": sur quelle surface tiendrait l'ensemble de la population mondiale, si chacun avait seulement 1 m2 ?
Réponse: la surface de la...Corse.