Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Viande rouge et environnement : pour en finir avec les contre-vérités » : une étonnante tribune dans le Point

16 Mai 2021 , Rédigé par Seppi Publié dans #élevage

« Viande rouge et environnement : pour en finir avec les contre-vérités » : une étonnante tribune dans le Point

 

Glané sur la toile 665

 

 

 

 

« De plus en plus sensibles à leur impact sur l'environnement, les Français attendent des informations fiables pour les guider dans leurs choix. Conscients depuis longtemps des enjeux écologiques, nous, éleveurs de bovins viande, ne ménageons pas nos efforts pour améliorer nos pratiques. Pourtant, cela fait des années que circulent des contre-vérités sur les empreintes écologiques de nos productions, fondées sur des données issues de la méthode d'analyse de cycle de vie, ACV, conçue à l'origine pour l'industrie.

 

Or, toutes ces empreintes sont défavorables aux systèmes d'élevage bovins dédiés à la production de viande rouge en France : une immense majorité de fermes familiales, autonomes et basées sur l'herbe (1), reconnues pour leurs vertus agro-écologiques. »

 

Voilà le début d'une tribune, « Viande rouge et environnement : pour en finir avec les contre-vérités » publiée dans le Point le 12 mai 2021.

 

Mais nous nous interrogerons sur la première phrase. Est-il vrai que les Français sont de plus en plus sensibles à leur impact sur l'environnement – sur le plan alimentaire s'entend ici – et qu'ils veulent des informations – fiables ou non ?

 

Interrogé dans un sondage, il vous sera difficile de donner une réponse négative. Mais qu'en est-il, poussant un chariot (rappelons que « caddie » est une marque) ?

 

En pavé :

 

« Les vrais écologistes et agronomes le savent : il ne peut y avoir d’agriculture durable sans élevage. »

 

Les auteurs s'attaquent plus particulièrement aux empreintes carbone, eau et sol de l'élevage.

 

Avec des arguments faussement naïfs. Ainsi, pour l'eau :

 

« Les "empreintes eau" annoncent des quantités astronomiques d'eau [2. Waterfootprint Network, Mekonnen et Hoekstra, 2012] pour produire 1 kg de viande : elles prennent en compte pour 95 % l'eau de pluie qui tombe sur nos prairies. En tant qu'éleveur, si on suit cette logique, il suffirait donc d'enlever les vaches de nos fermes pour que l'eau de pluie tombe ailleurs ?

 

Objectif : produire des informations fiables, étant entendu que ce ne pourraient être les chiffres d'Agribalyse qui, de par leur mode de production, pénalisent l'élevage extensif (et « bio » par la même occasion) :

 

« Nous en appelons à la responsabilité de l'Adème et de l'Inrae et de leurs ministères de tutelle, environnement et agriculture ; et à la responsabilité collective de tous ceux qui ont pour mission d'informer les consommateurs (pouvoirs publics, associations de consommateurs, médias, grande distribution et distribution spécialisée…).

 

Vous vous demanderez peut-être, à ce stade, ce qu'il y a d'étonnant dans cette tribune... C'est qu'elle a été signée par :

 

Signataires :

 

  • M. Alexandre Armel, éleveur dans l'Allier, responsable section viande de la Coordination rurale

     

  • M. Bruno Dufayet, éleveur dans le Cantal, président de la Fédération nationale bovine (autrement dit, la FNSEA)

     

  • M. Nicolas Girod, éleveur dans le Jura, porte-parole de la Confédération paysanne

     

  • M. Mathieu Theron, éleveur dans le Cantal, responsable bovins viandes des Jeunes Agriculteurs

 

Les quatre principaux mouvements syndicaux réunis ? À la bonne heure !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Hbsc Xris 16/05/2021 20:46

"Nous en appelons à l'Ademe et à l'Inrae ?" Que peut-on attendre de deux structures totalement hors sol ? L'Ademe, une usine à gaz qui proclame que le chauffage au bois est une énergie renouvelable qui ne pollue pas, le CO2 consommé par l'arbre pour sa croissance permettant d'annuler le CO2 produit pendant sa combustion, des calculs absolument fabuleux repris unanimement sur le net par les vendeurs de poêles à bois et les écolos trop contents de ces absurdités ! L'Inrae, une autre usine à gaz qui n'a plus grand chose à voir avec l'agriculture et l'élevage mais s'occupe de transformation de nos paysages en zoos à bobos !
Cela étant, encore quelques années et on pourra rayer les élevages caprins et ovins de nos campagnes de plus en plus infestées par les loups. Quand aux élevages de poules en plein air, oui à condition d'avoir les finances pour construire des "murs de Berlin" autour, les campagnes sont maintenant littéralement infestées de renards, belettes et autres charmants ravageurs. Et on s'étonne du déclin des populations d'oiseaux, notamment ceux nicheurs au sol comme des perdrix mais pas seulement ? Compte non fait des chats qui infestent littéralement les zones de banlieue et les campagnes. La bonne blague...

Murps 16/05/2021 20:30

On a le droit de dire qu'on aime bien manger de la vache et qu'on se fout de l'empreinte carbone-eau-sol-machin de l'élevage comme de l'an quarante ??
Comme "information fiable" je souhaite juste le tampon vétérinaire et l'origine de la viande.

MARC FAURE 16/05/2021 16:09

Bonjour, à force d'écouter et de lire nos fameux bobos et journaleux, la vérité aura encore du mal à se faire entendre. "Monsieur Max" relisez vous, le Français a certaines règles que ne semblez pas maitriser. Bien à vous.

Maître Folace 17/05/2021 13:56

J'ai aussi constaté que Max prenait parfois des libertés avec l'orthographe et la grammaire mais j'aime bien le fond de ses interventions, toujours intéressantes et pertinentes et c'est cela qui compte. Je trouve inélégant de lui avoir fait remarquer et je ne me le serais jamais permis.

max 17/05/2021 12:42

Si votre commentaire s’adresse à moi, pouvez vous préciser ce que vous me reprochez (et utiliser la fonction répondre au passage) ?

max 16/05/2021 12:14

Peut-être que certains dans la conf ce rendent compte que la communication officielle du syndicat à la Benoit Biteau leurs tir une balle dans le pieds.