Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Un agriculteur à terre : le sacrifice qui accompagne votre nourriture

1 Mai 2021 , Rédigé par Seppi Publié dans #Divers

Un agriculteur à terre : le sacrifice qui accompagne votre nourriture

 

Jonathan Lawler, AGDAILY*

 

 

Image : Ryan Tipps

 

 

Quand vous pensez à un métier dangereux, quelle est la première image qui vous vient à l'esprit ? Un policier dans une fusillade avec des méchants, ou peut-être un pompier courant dans un bâtiment en feu alors que tout le monde s'enfuit ? Les gens comprennent les risques encourus par les agents des forces de l'ordre, les pompiers et même les soldats. Nos médias font un très bon travail pour nous informer lorsqu'un de ces braves hommes ou femmes tombe dans l'exercice de ses fonctions. Il est important que nous le sachions quand cela se produit. Je pense qu'il est absolument nécessaire d'honorer ces hommes et femmes courageux pour leur sacrifice, sinon nous oublierons ceux qui nous servent.

 

Mais la liste des personnes que nous devrions garder à l'esprit devrait être plus longue.

 

Saviez-vous que le Bureau Américain des Statistiques du Travail classe systématiquement l'agriculture dans le top 10 des emplois les plus dangereux aux États-Unis, les agriculteurs et les travailleurs agricoles ayant eu 574 décès rien qu'en 2018 ? Ce chiffre ne comprend pas les suicides d'agriculteurs, qui sont trois fois plus élevés que la moyenne nationale. Les forces de l'ordre et les pompiers ne font pas partie du top 10 des décès liés au travail, pourtant le récit médiatique dans ce pays compare leurs professions à des zones de guerre, alors que la vie quotidienne des agriculteurs est souvent romancée comme étant facile et décontractée.

 

 

 

 

C'est la Semaine Nationale de l'Agriculture [le billet original a été publié le 25 mars 2021], et si elle célèbre nos réalisations, elle ne rend pas nécessairement hommage à nos sacrifices. Je ne connais pas beaucoup d'agriculteurs qui n'ont pas perdu un être cher ou qui ne connaissent pas un collègue tué en travaillant la terre. De plus, presque tous les agriculteurs que je rencontre ont une, deux ou plusieurs histoires à raconter sur la façon dont ils ont failli être tués en travaillant à la ferme. Je l'ai échappé belle à quelques reprises, tout comme mes enfants qui travaillent activement à la ferme.

 

Alors, que devons-nous faire pour empêcher les accidents de se produire ? L'agriculteur américain devrait-il avoir des inspecteurs de l'OSHA prêts à parcourir la ferme et le hangar à matériel ? Accrocher des affiches sur la sécurité d'abord pour chaque danger qu'un agriculteur peut rencontrer ? Des exigences en matière d'EPI [équipements individuels de protection] basées sur la Proposition 65 de la Californie ? Bien sûr que non. Bien que les agriculteurs s'efforcent d'assurer leur sécurité et se soucient de leur bien-être et de celui de leurs proches et de leurs travailleurs, je ne demande pas – pas plus que la plupart des agriculteurs – davantage de réglementations en matière de sécurité.

 

Lorsque je fais des présentations en public et que je sais que le public n'est pas composé d'un grand nombre de personnes travaillant dans l'agriculture, je parle souvent des agriculteurs blessés ou tués dans des accidents agricoles. La réponse du grand public est qu'il n'avait aucune idée de ce qui se passe et qu'il considère l'agriculture comme un métier très sûr. Pourquoi ne le ferait-il pas ? Le public n'a accès qu'à des images de fermes idylliques avec des vaches heureuses ou à des images de fermes « industrielles » qui sont volontairement représentées pour montrer un environnement d'entreprise où aucun agriculteur familial ne pourrait exister.

 

Des vaches heureuses ? La plupart du temps, mais avez-vous déjà eu une vache que vous pensiez bluffante et qui a décidé qu'aujourd'hui était le jour où elle allait vous mettre à terre ? Et que dire d'un automobiliste frustré qui vous dépasse à toute vitesse, sans se soucier de votre sécurité ou de celle des autres automobilistes ? Les dangers quotidiens peuvent être intimidants, mais ils font partie de l'agriculture. Je veux que tous les tracteurs soient équipés d'un dispositif de protection contre le renversement et que chaque agriculteur qui entre dans un silo à grains porte un kit d'entrée et soit accompagné d'un observateur. Je veux des prises de force qui n'accrochent pas les vêtements et que chaque automobiliste dépasse les équipements agricoles comme si c'était un être cher qui les conduisait. Pendant que nous y sommes, j'aimerais que les porcs ne mordent pas, que le bétail ne charge pas et que les chevaux ne donnent pas de coups de pied.

 

Ce serait un monde parfait. Malheureusement, nous ne vivons pas dans ce monde, et les gens ont besoin de manger.

 

Il ne s'agit pas d'un appel à l'action en faveur d'une réglementation accrue en matière de sécurité agricole – c'est plutôt le contraire. Lorsqu'une tierce partie ou un représentant du gouvernement déclare que notre sécurité est de sa responsabilité, toutes sortes de mauvaises choses commencent à se produire. Des procédures inutiles qui empiètent sur notre journée déjà bien remplie jusqu'à la complaisance due à l'importance excessive accordée à la sécurité.

 

 

C'était vraiment génial de passer la journée avec Mike Rowe et de le conduire dans Indianapolis pour lui montrer le travail que nous faisons. S'asseoir avec lui à la table de la cuisine, boire un café et parler pendant une heure de la vie et de l'agriculture a permis d'oublier son statut de célébrité. Il est un vrai personnage. Personnellement, je pense qu'il devrait se présenter à la présidence. Restez à l'écoute !

 

 

J'ai eu le privilège de recevoir dans ma ferme la visite de Mike Rowe, célèbre pour son émission Dirty Jobs [sales boulots]. Son émission, Returning the Favor [rendre la pareille], a présenté le travail que nous faisons contre la faim. Outre le fait qu'il est la célébrité la plus terre à terre que vous puissiez rencontrer, il sait aussi comment s'y prendre pour que le travail soit fait. Mike s'est assis à la table de ma cuisine, buvant du café et parlant de ses exploits dans l'émission Dirty Jobs. Mike a l'expérience nécessaire pour parler de sécurité, car il a travaillé sur presque tous les types de chantiers dangereux en Amérique. Il insiste sur la « sécurité en trois » [safety third]. Cela ne signifie pas qu'il ne faut pas être conscient de la sécurité ou qu'il ne faut pas en faire une priorité. Cela signifie qu'il faut assumer la responsabilité de sa propre sécurité et faire preuve de bon sens.

 

Les agriculteurs n'ont pas besoin que des tiers ou des représentants du gouvernement se chargent de leur sécurité. Comme l'a dit Mike, « Si quelqu'un vous dit que votre sécurité est de sa responsabilité ... il ne vous protège pas, il se protège lui-même ». Lorsque la sécurité devient un objectif ou qu'elle est classée comme la chose la plus importante, cela contribue à la complaisance.

 

Les agriculteurs veulent être en sécurité et faire tout ce qu'il faut, mais ils ne sont pas intéressés par des « spectacles » de sécurité qui ne feront qu'ajouter des inefficacités et n'affecteront toujours pas les résultats de sécurité de leur exploitation. En tant qu'agriculteurs, nous ne demandons pas davantage de règles de sécurité. Nous demandons aux gens de comprendre les sacrifices que nous faisons pour leur apporter leur pain quotidien.

 

Brenda Schoepp a déclaré : « Mon grand-père avait pour habitude de dire qu'une fois dans votre vie, vous aurez besoin d'un médecin, d'un avocat, d'un policier et d'un prédicateur, mais tous les jours, trois fois par jour, vous avez besoin d'un agriculteur. »

 

Ce n'est pas un appel à la sécurité, car nous essayons tous d'être en sécurité. Nous voulons que nos enfants soient en sécurité. Nous voulons rentrer à la maison le soir, mais malheureusement, parce que l'agriculture est dangereuse, ce n'est pas toujours le cas. C'est un appel au souvenir pour le sacrifice que l'agriculteur américain fait pour vous. Certains héros portent des badges, d'autres des casques, et beaucoup aujourd'hui portent des blouses. Les héros que j'admire et que j'imite portent des salopettes Carhartts et ont beaucoup de sueur sur le front.

 

_______________

 

Jonathan Lawler exploite Brandywine Creek Farms dans l'Indiana et milite pour la lutte contre la faim et pour l'agriculture. Il travaille sur une émission de télévision intitulée Punk Rock Farmer qui sera diffusée au printemps. Sa devise est FARM OR DIE.

 

Source : Farmer down: The sacrifice that comes with your food | AGDAILY

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article