Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Glyphosate, le désespoir du sylvain : encore une étude « scientifique » extravagante

25 Mai 2021 , Rédigé par Seppi Publié dans #Article scientifique, #Glyphosate (Roundup)

Glyphosate, le désespoir du sylvain : encore une étude « scientifique » extravagante

 

 

Tableau 2 : Traitements expérimentaux pour évaluer l'impact de l'élimination des symbiontes, de l'exposition au glyphosate et de la supplémentation alimentaire en acides aminés aromatiques sur les traits de la cuticule et les titres des symbiontes chez O. surinamensis.

 

 

La « recherche » pour trouver des poux dans la tête du glyphosate est décidément sans limite.

 

Voici donc un des derniers-nés, « Inhibition of a nutritional endosymbiont by glyphosate abolishes mutualistic benefit on cuticle synthesis in Oryzaephilus surinamensis » (l'inhibition d'un endosymbionte nutritionnel par le glyphosate abolit le bénéfice mutualiste sur la synthèse de la cuticule chez Oryzaephilus surinamensis) de Julian Simon Thilo Kiefer, Suvdanselengee Batsukh, Eugen Bauer, Bin Hirota, Benjamin Weiss, Jürgen C. Wierz, Takema Fukatsu, Martin Kaltenpoth et Tobias Engl. C'est publié dans Communications Biology, du groupe Nature – oups ! du prestigieux groupe Nature.

 

En voici le résumé, découpé comme d'habitude :

 

« Le glyphosate est largement utilisé comme herbicide, mais des études récentes commencent à révéler ses effets secondaires néfastes sur les animaux en ciblant la voie du shikimate des microorganismes intestinaux associés. Cependant, son impact sur les endosymbiontes nutritionnels des insectes reste mal compris.

 

Ici, nous avons séquencé le minuscule génome du symbionte codant pour la voie du shikimate du cucujide dentelé [ou sylvain] Oryzaephilus surinamensis.

 

La diminution des titres de l'acide aminé aromatique tyrosine chez les coléoptères dépourvus de symbiontes souligne la capacité des symbiontes à synthétiser le préphénate comme précurseur de la synthèse de la tyrosine de l'hôte et son importance pour la sclérification et la mélanisation de la cuticule.

 

L'exposition au glyphosate a inhibé l'établissement de symbiontes pendant le développement de l'hôte et a aboli le bénéfice mutualiste sur la synthèse de la cuticule chez les adultes, ce qui a pu être partiellement compensé par une supplémentation en tyrosine alimentaire.

 

En outre, les analyses phylogénétiques indiquent que les voies du shikimate de nombreux endosymbiontes nutritionnels contiennent également une 5-enolpyruvylshikimate-3-phosphate synthase sensible au glyphosate.

 

Ces résultats soulignent l'importance de la supplémentation en tyrosine médiée par les symbiontes pour la biosynthèse de la cuticule chez les insectes, mais dessinent également un scénario alarmant concernant l'utilisation du glyphosate à la lumière des récents déclins des populations d'insectes. »

 

La phrase finale fait évidemment « boum » ! Ou serait-ce plutôt « pschitt » ?

 

Il suffit de regarder ce que les génies ont fait. Enfin... le texte est aussi limpide qu'une bouteille d'encre.

 

Ils ont produit à partir de 10 femelles dans chaque groupe des larves de sylvains – un coléoptère ravageur des céréales stockées – avec ou sans symbiontes (flore bactérienne symbiotique).

 

Sur cette base, les auteurs ont fait beaucoup d'analyses en faisant joujou avec les instruments modernes. Leurs résultats semblent tenir la route et ne sont pas inintéressants.

 

Mais il y a un mais... voici sur l'analyse des effets du glyphosate :

 

« Glyphosate et supplémentation en acides aminés aromatiques

 

Huit traitements ont été préparés pour évaluer la supplémentation en chorismate par le symbionte chez l'hôte (Tableaux 2 et 3). Pour chaque traitement, des pots ont été remplis de 5 g de flocons d'avoine finement moulus et de différentes combinaisons d'acides aminés aromatiques (1% p/p de L-tyrosine, L-tryptophane et L-phénylalanine ; Sigma-Aldrich, Allemagne) et de glyphosate (0,1 ou 1 % p/p ; Sigma-Aldrich, Allemagne). [...] »

 

Avez-vous bien lu ?

 

On a fait bouffer aux larves du glyphosate dans l'alimentation à raison de 1 gramme ou 10 grammes par kilogramme de flocons d'avoine !

 

La limite maximale de résidus applicable dans l'Union Européenne est de... 20 milligrammes de glyphosate par kilogramme d'avoine... 50 ou 500 fois moins. C'est, certes, pour les humains, mais comme les sylvains boulottent les céréales que nous consommons...

 

De plus, l'Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) rapporte dans son dernier magnum opus que, dans le cas de l'avoine, du glyphosate a été retrouvé à des niveaux quantifiables dans 14 % des échantillons, sans aucun dépassement (pas de dépassement non plus pour les autres céréales). En fait, l'exposition des humains... et des sylvains est sans doute des milliers de fois plus faible que les doses de cheval utilisées dans cette recherche.

 

En bref, les auteurs ont agité le spectre de l'insectocalypse sur la base d'expériences déconnectées de la réalité. Ils auront décrit au mieux un danger, mais pas un risque.

 

Le résultat général est le suivant : la flore intestinale est évidemment perturbée par le glyphosate, les bactéries dotées de la forme de l'enzyme cible sensible à l'herbicide étant en souffrance (voir aussi ici et ici) ; les acides aminés aromatiques (tryptophane, phénylanaline et tyrosine) sont produits en moindre quantité ; et comme ils y sont normalement très abondants, notamment la tyrosine, la cuticule thoracique de l'adulte est moins épaisse de 10 % environ par rapport au témoin non traité, et un peu plus claire.

 

 

 

 

Commentaire ironique de M. Philippe Stoop :

 

« Avec des effets aussi tragiques, il ne faut pas s'étonner si 75 % des insectes ont disparu !

 

Un bon candidat pour le prix Ignobel 2021 ! Il faudrait y ouvrir un prix spécial pour les publications les plus loufoques sur le glyphosate ou les néonicotinoïdes. »

 

Oui, un bon candidat... mais dans un climat de forte concurrence... de Chizé, par exemple.

 

 

Post scriptum

 

On lira aussi avec intérêt : « Antibiotiques + glyphosate : le cocktail de la 6ème extinction ? »de M. Philippe Stoop sur European Scientist.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

dugers 25/05/2021 07:43

je me demande comment un camion de tournesol a été renvoyé de l'usine de bordeaux pour présence de sylvain ......