Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Ghana : l'agriculteur Davies M. Korboe défend l'implication des jeunes dans l'agriculture

3 Mai 2021 , Rédigé par Seppi Publié dans #Afrique

Ghana : l'agriculteur Davies M. Korboe défend l'implication des jeunes dans l'agriculture

 

John Agaba*

 

 

 

 

M. Davies Korboe a toujours voulu devenir agriculteur. En tant que jeune homme grandissant dans la banlieue d'Accra, au Ghana, il possédait un petit jardin adjacent à sa maison où il plantait des fruits, du maïs et une grande variété de légumes à maturation rapide.

 

Il n'est donc pas surprenant que M. Korboe ait choisi de gérer une plantation de teck immédiatement après avoir obtenu son diplôme universitaire en 2002, plutôt que de chercher un emploi de col blanc. À peine sept ans plus tard, il a été élu meilleur agriculteur du Ghana à l'âge de 39 ans – la plus jeune personne à remporter ce prix.

 

« J'ai toujours cru que je pouvais réussir dans l'agriculture et que celle-ci pouvait être un moyen de subsistance durable et de sécurité alimentaire pour la plupart des Africains », a déclaré M. Korboe, qui s'est donné pour mission personnelle d'accroître la participation des jeunes à l'agriculture. « Il nous suffit d'investir dans la technologie, de donner la priorité aux variétés résistantes aux maladies et à haut rendement et d'améliorer notre gestion des produits post-récolte. »

 

« Nous devons considérer l'agriculture comme une entreprise et la gérer comme telle », a-t-il poursuivi. « Nous devons nous engager dans l'ajout de valeur et produire des denrées alimentaires de meilleure qualité qui peuvent être compétitives au niveau mondial. »

 

M. Korboe a planté sans doute l'un des meilleurs domaines de manguiers à Somanya, dans le sud du Ghana. Il cultive des variétés hybrides à haut rendement, ce qui lui permet de gagner des millions grâce à cette entreprise. Outre les mangues, l'agriculteur sème également du maïs, du millet et d'autres céréales sur ses 2.000 hectares – et il élève aussi du bétail.

 

Il est également consultant, donnant toutes sortes de conseils sur les pratiques agricoles améliorées, et a contribué à la création d'une station de radio communautaire, Rites 90.1 FM, qui diffuse tout ce qui concerne l'agriculture, principalement ses opportunités.

 

« Il est toujours à la radio pour encourager les jeunes hommes et les jeunes femmes à se lancer dans l'agriculture », explique M. Ahmed Saaka, agriculteur et proche de la famille Korboe. « Il dirige un programme de mentorat agricole au Ghana et recrute chaque année une vingtaine de jeunes qui apprennent directement de lui. Il implique les jeunes dans presque tous ses projets. Il a employé des milliers d'entre eux. »

 

 

Des jeunes visitent l'installation de stockage de mangues de M. Davies Korboe.

 

 

« Les jeunes ont besoin de modèles », a déclaré M. Korboe. « C'est pourquoi nous essayons de les encadrer. Nous voulons qu'ils sachent que l'agriculture offre un énorme potentiel. Nous essayons de les encourager à rejoindre le secteur, que ce soit au stade initial de l'agriculture ou aux niveaux de la production ou de la valeur ajoutée. Nous voulons que les jeunes participent à l'ensemble de la chaîne de valeur, car l'agriculture peut nous libérer et les jeunes ont un rôle à jouer dans tout cela. »

 

M. Takyi Stagaster, consultant en agrobusiness à Accra, connaît M. Korboe depuis 2005. « Je pense que Davies rêve d'agriculture quand il dort », a déclaré M. Stagaster. « Il est obsédé par l'agrobusiness et par ce qu'il peut faire pour améliorer le secteur. Il est membre de différents conseils agricoles ici et tous ceux qui sont dans le secteur connaissent Davies. »

 

M. Korboe attribue à son père le mérite d'avoir influencé sa décision de devenir agriculteur.

 

« Mon père était commissaire/ministre dans la région orientale lorsque j'avais cinq ans », a déclaré M. Korboe. « Mais je n'ai pas rencontré un père qui était un politicien. J'ai rencontré un père qui était un agriculteur. Il avait beaucoup de bétail. Il plantait du cacao, du gingembre, etc. et gagnait beaucoup d'argent. Il m'a appris que je n'avais pas besoin d'un poste au gouvernement pour gagner de l'argent, que je n'avais pas besoin d'être dans un bureau pour changer des vies. Il m'a appris que je pouvais avoir un impact dans tout ce que j'entreprenais. »

 

Après l'université, M. Korboe est retourné dans son village, dans le sud du pays, et a géré une plantation de teck. « C'était à l'époque où la couverture forestière du Ghana était en train d'être déboisée », se souvient-il. Après le teck, ce furent les mangues.

 

« J'ai simplement dû changer quelques éléments », a-t-il déclaré. « J'ai rendu visite à quelques producteurs de mangues pour apprendre comment ils gèrent leur affaire et pour me faire une idée de ce qu'il me faudrait pour planter un verger réussi. J'avais fait mon étude de marché et je savais qu'il y avait une demande de mangues au Ghana. Différents fabricants de jus de fruits avaient besoin de mangues, et je pouvais les fournir. »

 

M. Korboe a planté son verger de manguiers en 2003, en commençant par environ 1.000 arbres. Il a fait sa première récolte quatre ans plus tard et n'a jamais regardé en arrière.

 

Il récolte entre cinq et huit tonnes métriques de mangues par hectare, vendant la récolte aux producteurs de jus locaux. Mais il a l'objectif ambitieux de produire le jus et de l'exporter lui-même cette année.

 

« En fin de compte, nous devons réfléchir à la manière dont nous pouvons ajouter de la valeur à ce que nous produisons », a déclaré M. Korboe. « L'agriculture peut être une énorme révélation pour nous tous au Ghana et en Afrique ».

 

Depuis, M. Korboe a planté 1.250 hectares supplémentaires de manguiers dans le nord du Ghana. Il s'attend à ce que les arbres commencent à donner des fruits l'année prochaine.

 

Mme Marjorie Abdin, vice-présidente de la Fédération des Associations d'Exportateurs Ghanéens [FAGE], a rencontré M. Korboe il y a plus de 10 ans, alors qu'il était président d'une association de mangues. Elle dit n'avoir jamais vu quelqu'un d'aussi dévoué à l'agriculture.

 

« Sa passion pour l'agriculture en général et son engagement à améliorer le sort des producteurs de mangues et de l'industrie de la mangue en particulier ont fait de lui un choix parfait sur lequel je pouvais compter pour obtenir des conseils et des informations », a-t-elle déclaré. « Sa décontraction et sa volonté d'apporter son aide dans les domaines qui touchent le secteur privé dans son ensemble l'ont rendu populaire auprès des agriculteurs, des chefs de gouvernement et des capitaines d'industrie. »

 

En tant qu'homme, il est travailleur, craint Dieu, gentil et généreux, a ajouté Mme Abdin.

 

M. Boamah Nyamekye, qui a décrit M. Korboe comme son « élève », a déclaré que l'agriculteur avait tous les attributs pour devenir le meilleur entrepreneur de l'agrobusiness au Ghana et au-delà.

 

« Il comprend que l'agriculture est une entreprise », a déclaré M. Nyamekye. « Il ne s'aventure jamais à planter une culture spécifique sans avoir identifié le marché au préalable. Il est discipliné, dévoué et engagé envers ses fermes. »

 

Mais il est désintéressé dans tout son travail. Ainsi, lorsqu'il n'est pas à la ferme, M. Korboe est généralement dans la communauté pour enseigner aux jeunes l'importance des pratiques agricoles améliorées, ou dans les bureaux du gouvernement local pour plaider en faveur de meilleures politiques qui peuvent améliorer la production alimentaire du pays.

 

M. Korboe a de grandes ambitions pour son exploitation et est prêt à faire le nécessaire pour qu'elles deviennent réalité. « Dans les 15 prochaines années, nous voulons être la meilleure entreprise agroalimentaire d'Afrique, en concurrence avec d'autres exploitations mondiales », a-t-il déclaré.

 

________________

 

* Source : Farmer Davies M. Korboe champions youth involvement in agriculture - Alliance for Science (cornell.edu)

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article