Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Biden veut casser les brevets des vaccins contre la Covid. Il devrait faire très attention.

11 Mai 2021 , Rédigé par Seppi Publié dans #Covid-19

Biden veut casser les brevets des vaccins contre la Covid. Il devrait faire très attention.

 

Josh Bloom*

 

 

Le président Biden a déclaré qu'il envisageait de suspendre les brevets des vaccins contre la Covid-19. Si cela se produit, les fabricants de médicaments seront très peu incités à se lancer à nouveau dans la recherche, quand ou si un nouveau variant résistant émerge. Ce sont des entreprises, pas des organisations caritatives.

 

 

Image : Wiktionary

 

 

Il est impossible de passer une carrière dans la recherche sur les médicaments sans avoir la discussion suivante des dizaines de fois :

 

Quelqu'un : « Les prix des médicaments sont trop élevés. Nous devrions casser les brevets et laisser les fabricants de génériques les produire à bas prix. »

 

Moi : « Bien, mais préparez-vous à ce que l'innovation s'arrête net. Les entreprises ne vont pas dépenser des milliards de dollars pour découvrir et développer de nouveaux médicaments si un fabricant de génériques va commencer à vendre ses produits pour une fraction du prix. »

 

En fait, c'est exactement ce que j'ai fait valoir dans le Wall Street Journal en 2012.

 

Le problème avec mon argument est qu'il oppose une situation réelle actuelle (prix élevés des médicaments) à une possibilité floue et théorique – peut-être y aura-t-il un nouveau traitement pour quelque chose dans le futur. Après tout, les gens ne peuvent pas savoir quels médicaments ou traitements seront découverts dans 10 ou 20 ans, ni de quelle maladie ils pourraient souffrir à l'avenir ou si un nouveau médicament pourrait la traiter. C'est la nature humaine. Une quote-part de cent dollars en vaut deux dans la brousse. Les gens ne veulent tout simplement pas avoir à payer des prix élevés (et je suis d'accord, ils sont très élevés) pour quelque chose aujourd'hui pour traiter dans le futur une affection qui peut ou peut ne pas se produire.

 

Si l'argument des « médicaments du futur » est largement théorique pour ceux qui paient des prix élevés aujourd'hui, la découverte des vaccins contre la Covid-19 – sans doute le progrès médical le plus important de notre vivant – change la donne. Nous parlons maintenant d'une situation réelle avec des conséquences réelles et immédiates. Et ces conséquences pourraient être catastrophiques si le président Biden réussit à annuler les brevets des trois vaccins approuvés (aux États-Unis) qui sont maintenant mis en circulation et sauvent d'innombrables vies.

 

Il est impossible de regarder ou de lire les nouvelles sans entendre parler du « variant sud-africain » ou du variant « britannique » (B.1.1.7). Bien que le vaccin Pfizer-BioNtech soit très efficace contre ces deux variants, sera-t-il efficace contre d'autres variants, qui apparaîtront inévitablement à l'avenir ? Personne ne le sait.

 

Ayant à mon actif deux décennies de recherche sur les antiviraux, je peux vous dire sans réserve que (en grande partie à cause de la résistance) les médicaments efficaces contre les infections virales à ARN sont rares. Les médicaments les plus efficaces (et les plus importants) contre les virus à ARN sont ceux qui guérissent l'hépatite C, une infection grave du foie qui a touché 170 millions de personnes dans le monde. Mais l'intervalle entre la découverte du virus et l'approbation du premier médicament réellement efficace a été de 24 ans, période pendant laquelle des milliards de dollars ont été dépensés en recherche alors que les médicaments échouaient les uns après les autres, souvent lors d'essais cliniques de stade avancé (1).

 

Bien que le temps nécessaire pour modifier un vaccin à ARNm pour couvrir les futures variants ressemble davantage à 2,4 mois qu'à 24 ans, cela soulève toujours la même question. Si j'étais Albert Bourla, PDG de Pfizer, je serai très réticent à consacrer du temps et des ressources au développement d'un vaccin modifié pour qu'une autre société, qui n'a pas engagé de frais de développement, puisse casser le prix, évinçant ainsi Pfizer du marché.

 

Il ne s'agit pas d'un argument théorique. Voici les cours des actions de Pfizer et Moderna après l'annonce de M. Biden.

 

 

 

 

M. Biden joue avec le feu. Pfizer, qui n'a pas reçu d'argent des États-Unis, et Moderna, qui a dépensé un milliard de dollars avant d'accepter une aide de 1,5 milliard de dollars des États-Unis, ont le droit de faire un profit raisonnable pour leur temps et leur argent. Mais si M. Biden réussit, pouvez-vous penser à une raison pour laquelle l'une ou l'autre des sociétés se lancerait à nouveau dans l'aventure si un nouveau variant résistant émergeait, qui est « immunisé » contre le vaccin actuel ? Je n'en vois aucune. Ce sont des entreprises, pas des organisations caritatives. Il existe un certain nombre de moyens de veiller à ce que les pays les plus pauvres puissent être vaccinés sans pénaliser les entreprises qui ont réussi à découvrir ces formidables vaccins.

 

Pensez à ce que serait la vie aujourd'hui sans eux. Ce n'est pas beau à voir.

 

 

NOTE :

 

(1) Le premier médicament réellement efficace a été le Sovaldi, qui a été critiqué par la presse et les consommateurs pour son coût de 1.000 dollars par pilule. Bien entendu, on n'a pas mentionné que (a) Gilead, la société qui vend le médicament, offrait une assistance aux patients et d'autres réductions, et (b) que même au prix fort, la durée du traitement – 12 semaines – signifiait que le coût serait de 84.000 $. Ce n'est pas très différent du traitement précédent (IFN/ribavirine), qui était administré pendant 6 à 24 mois, coûtait à peu près la même chose pendant toute la durée du traitement, avait un taux de réussite d'environ 40 % et s'accompagnait d'effets secondaires intolérables.

 

____________

 

Josh Bloom, directeur des sciences chimiques et pharmaceutiques.

 

Josh Bloom, vice-président exécutif et directeur des sciences chimiques et pharmaceutiques, vient du monde de la découverte de médicaments, où il a fait de la recherche pendant plus de 20 ans. Il est titulaire d'un doctorat en chimie.

 

Source : Biden Wants to Break COVID Vaccine Patents. He Should Tread Very Carefully. | American Council on Science and Health (acsh.org)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

un physicien 11/05/2021 10:58

Un brevet, en échange de la protection, doit contenir une description complète. Privées de brevet, les entreprises garderont le secret sur leurs médicaments. La différence sera une moindre circulation de l'information et un ralentissement des recherches.

Seppi 11/05/2021 11:46

@ un physicien le mardi 11 mai 2021, 10:58

Bonjour,

Merci pour votre commentaire. Triple ralentissement:
1. Par non diffusion d'informations techniques ;
2. Par non incitation à inventer pour contourner le brevet ;
3. Par incitation, le cas échéant, de "percer" le brevet.
Gamin, j'ai eu en cours d'histoire une page sur Bernard Palissy brûlant ses meubles pour essayer de retrouver le secret des faïences italiennes. Quel gâchis...