Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

400.000 morts par an en Europe à cause de la pollution de l’air ? De petits éclaircissements de M. Philippe Stoop sur Atlantico

11 Mai 2021 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Santé publique

400.000 morts par an en Europe à cause de la pollution de l’air ? De petits éclaircissements de M. Philippe Stoop sur Atlantico

 

Glané sur la toile 663

 

 

Sources :

news-27052-etude-invs-impact-sanitaires-pollution-air.pdf (actu-environnement.com)

Attention : le lien INVS sur Atlantico est corrompu. On accède au document référencé par le lien ci-dessus.

la_mortalite.pdf (chs-drome-sante.org)

 

 

M. Philippe Stoop est Directeur Recherche & Innovation de la société ITK, et membre correspondant de l’Académie d’Agriculture de France. Il est surtout un magicien des statistiques appliquées à la biologie.

 

Dans une récente contribution à Atlantico, il explique, avec pédagogie, une situation reflétée dès le titre : « 400 000 morts par an en Europe à cause de la pollution de l’air ? Petits éclaircissements sur les (énormes) bugs méthodologiques de l’OMS »

 

En fait, l'article porte aussi sur la situation en France :

 

« Santé Publique France (SPF) a développé pour la France un modèle basé sur la méthodologie OMS, qui a été publié pour la 1ère fois en 2016, et qui estimait le nombre de décès prématurés dus aux PM 2.5 à 48 000 par an. Ce modèle a été actualisé dans un rapport récent, qui révisait à la marge les chifres (39 500 victimes par an entre 2016 et 2019), et s’offrait même le luxe d’une bonne nouvelle : le confinement de 2020 aurait permis d’éviter 2300 morts). Mais cela toujours sans montrer aucune comparaison entre les résultats du modèle et la réalité, et pour cause : les chifres de mortalité réelle ne sont pas encore connus ! »

 

Voici un élément de l'explication :

 

« […] C’est un fait incontestable, mais une corrélation ne suffit pas à démontrer une causalité. Dans les études de ce type, il est très difficile de s’assurer qu’il n’y a pas des facteurs de confusion, qui viennent brouiller les résultats. Par exemple, dans une étude à l’échelle d’une métropole, il est clair que les habitants les plus riches n’habitent pas dans les zones les plus polluées. Or on sait bien que la longévité est fortement corrélée au niveau de vie. On risque donc d’attribuer à la pollution un efet qui est en fait dû à la pauvreté. De même, quand on fait des comparaisons entre les villes et les campagnes très éloignées des grandes villes, qui sont les seules régions presque exemptes de particules fines, on compare des régions à mode de vie très diférents, qui peuvent influer sur la longévité pour beaucoup d’autres raisons, par exemple avec une activité physique plus importante et une alimentation plus saine dans les campagnes : on sait depuis longtemps que les agriculteurs ont une espérance de vie supérieure à la moyenne. Bien sûr, les études épidémiologiques essaient de corriger les biais causés par ces facteurs sociologiques de confusion, mais il est toujours difficile d’être sûr que ces ajustements statistiques ont correctement fonctionné. Ces résultats sont d’autant plus surprenants, qu’ils ne sont corrélés à aucune augmentation d’une pathologie identifiée : c’est une surmortalité purement statistique, que l’on ne peut relier à aucune cause sanitaire claire. »

 

Pour le reste, allez sur site (Atlantico offre un nombre limité de visites gratuites).

 

Pour rappel, il y a aussi « La pêche aux alphas, niveau expert : Quand les particules fines nous enfument » sur ce qui fut un excellent site.

 

Et « Pollution de l’air : 38 000 morts par an dans le monde, dont 48 000 en France… »

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Murps 12/05/2021 00:07

"Par exemple, dans une étude à l’échelle d’une métropole, il est clair que les habitants les plus riches n’habitent pas dans les zones les plus polluées."
Mais c'est quoi une zone plus polluée ???
Un endroit ou les gens crèvent étouffés par les particules présentes dans l'air ? la mortalité dans ces zones est supérieure à la moyenne et c'est à cause des PM 2,5 machin ???
Les "scientifiques" qui ont pondu le "modèle SPF" sont vraiment scientifiques ? il n'y a aucune erreur de raisonnement ? aucune arrière pensée politique ou idéologiques ?

un physicien 11/05/2021 11:25

La référence invs produit une erreur 404

un physicien 11/05/2021 16:20

@Seppi
Référence intéressante. On y apprend sans surprise que l'air est le plus pollué dans les grandes villes, mais aussi (tableau 2) que c'est là qu'on meurt le moins ...

Seppi 11/05/2021 11:39

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

J'avais vu. C'est pourquoi j'ai mis le lien d'Actu-environnement qui, lui, est fonctionnel.