Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

La pauvreté et la faim suivent l'invasion de la chenille légionnaire d'automne en Afrique

21 Avril 2021 , Rédigé par Seppi Publié dans #Article scientifique, #Afrique

La pauvreté et la faim suivent l'invasion de la chenille légionnaire d'automne en Afrique

 

Alliance Cornell pour la Science*

 

 

 

 

L'invasion de la légionnaire d'automne en Afrique a contribué à la pauvreté et à la faim chez les petits exploitants agricoles, selon une étude pionnière.

 

Les niveaux sévères d'infestation par la légionnaire d'automne ont réduit le revenu des ménages par habitant de 44 % et augmenté la probabilité qu'un ménage connaisse la faim de 17 %, selon l'étude menée par le Centre for Agricultural and Bioscience International (CABI) et publiée dans Food and Energy Security.

 

Il s'agit de la première étude à explorer les effets de l'invasion de la légionnaire d'automne sur les revenus et la sécurité alimentaire d'un pays, en l'occurrence le Zimbabwe.

 

« Nos résultats suggèrent que si la légionnaire d'automne ne peut pas être éradiquée, prendre des mesures pour au moins prévenir un niveau d'infestation sévère peut réduire de manière significative les pertes de bien-être en termes de revenus et de sécurité alimentaire », a déclaré l'auteur principal, le Dr Justice Tambo, qui est basé au Centre Suisse du CABI à Delémont. « D'autres études sont toutefois nécessaires pour déterminer le niveau d'infestation seuil qui n'entraîne pas de pertes de bien-être significatives. Plus important encore, il serait utile d'étudier lesquelles des mesures de contrôle permettent d'obtenir les résultats les plus positifs, à la fois rentables, sûrs et durables sur le plan environnemental. »

 

Les résultats offrent un soutien supplémentaire à l'adoption du maïs génétiquement modifié Bt, qui s'est avéré résister avec succès à la légionnaire d'automne lors d'essais sur le terrain en Afrique.

 

Les recherches du CABI ont porté sur des données d'enquête obtenues auprès de 350 ménages de petits exploitants cultivant du maïs dans six provinces du Zimbabwe. Elles ont montré que les ménages touchés par la légionnaire d'automne étaient 11 % plus susceptibles de connaître des pénuries alimentaires et que les membres de la famille avaient 13 % plus de chances de se coucher le ventre vide ou de passer une journée entière sans manger en raison de l'insuffisance des disponibilités alimentaires du ménage.

 

Les scientifiques ont également découvert que les ménages touchés par la légionnaire d'automne qui n'ont pas mis en œuvre de stratégie de lutte avaient un revenu par tête inférieur de 50 %, alors que les agriculteurs qui l'ont fait n'ont pas subi de perte de revenu significative. Environ 30 % des 185 ménages qui ont signalé une infestation de légionnaire d'automne dans leurs exploitations n'ont mis en œuvre aucune intervention.

 

Ceux qui ont réussi à lutter contre le ravageur ont généralement utilisé des pesticides de synthèse ou ont ramassé les masses d'œufs et les larves à la main. D'autres méthodes consistaient à verser de la cendre ou du sable dans les verticilles de maïs, à arracher et brûler les plantes infestées et à appliquer des détergents.

 

La légionnaire d'automne a été signalée pour la première fois au Zimbabwe au cours de la campagne 2016-17 et a continué à se propager et à endommager les cultures dans ce pays et ailleurs sur le continent.

 

Une étude antérieure a révélé que ce ravageur peut réduire la production de maïs au Zimbabwe d'environ 264.000 tonnes par an, ce qui se traduit par une perte de revenus de 83 millions de dollars US.

 

L'étude a été menée par M. Tambo et ses collègues du CABI au Kenya et en Zambie, et en collaboration avec le ministère zimbabwéen des Terres, de l'Agriculture, de l'Eau et de l'Habitat Rural.

 

______________

 

* Source : Poverty and hunger follow Africa's fall armyworm invasion - Alliance for Science (cornell.edu)

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
U
Il semble que cette sale bête est arrivée sur le territoire français, en Nouvelle Calédonie. Que feront nos autorités ?
Répondre