Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Un « bricoleur » n'est pas un paysan

12 Mars 2021 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information

Un « bricoleur » n'est pas un paysan

 

 

 

 

Les guillemets dans le titre sont destinés à respecter l'honorabilité – nullement en cause, bien au contraire – de la personne qui est le personnage central d'un article de France 3 Bretagne, « A Rennes, Mikaël a fait le pari de vivre de l'agriculture urbaine ».

 

En chapô :

 

« A Rennes, Mikaël Hardy a prouvé qu’un paysan peut vivre dignement en exploitant une petite parcelle sans emprunt et sans subvention. La sienne mesure un demi-hectare et il en tire deux SMIC. Son secret : tout travailler à la main pour éviter le coût de la mécanisation. »

 

Pour le dire crûment, y en a marre de ces reportages de « journalistes » qui ne comprennent rien ou pas grand-chose aux sujets qu'ils abordent, prennent des vessies pour des lanternes et font prendre des vessies pour des lanternes dans les milieux qui sont détachés des réalités de l'agriculture.

 

Nous ne pouvons qu'espérer que M. Mickaël Hardy vit dignement de son travail, s'agissant tant de la pénibilité d'un travail entièrement manuel que des résultats.

 

Mais de là à l'appeler « paysan » et à laisser entendre que sa démarche est un exemple généralisable, il y a un pas que le journaliste aurait dû s'interdire de franchir.

 

M. Mickaël Hardy travaille donc sur un demi-hectare « prêté » par la ville de Rennes. Cela représente une charge en moins. Exploite-t-il toute la surface, à la main, sans outils motorisés ? Nous ne le saurons pas vraiment. Mais les photos laissent entrevoir qu'une partie du terrain est aménagée en une sorte d'espace vert.

 

 

 

 

Selon l'article :

 

« Mikaël a mûrement réfléchi sa stratégie basée sur la permaculture : "Sur 1 m² avec un tracteur on fait deux rangs de légumes. A la main j’en fais sept. Pour moi l’idéal, c’est 3000 m² à la main pour 2 personnes. Chacun en retire un SMIC."

 

Les travaux de la ferme expérimentale du Bec Hellouin en Normandie vont encore plus loin, affirmant que 1000 m² suffisent pour dégager un SMIC. »

 

Des travaux dont les comptes rendus doivent être étudiés avec la plus grande attention pour distinguer les illusions des réalités.

 

Rapport d'étape de 2013 :

 

 

 

 

Rapport d'étape de 2014 :

 

 

 

 

M. Mickaël Hardy s'est installé sans emprunt ni subvention, en maintenant une activité parallèle.

 

« Aujourd’hui, ce pionnier vend des plants, des graines et sa production de légumes en paniers ou sur les marchés de Rennes. Pour se rendre sur les marchés, là encore, Mikaël bannit les engins à moteur. C’est donc à vélo qu'il parcourt les trois kilomètres. »

 

C'est donc que, pour que « ça marche » ainsi, il ne faut pas être trop éloigné de son marché. Ce n'est ps donné à tout le monde.

 

 

M. Mickaël Hardy vend aussi 30 paniers de légumes par semaine (à 15 euros le panier). Mais :

 

« Mikaël Hardy, lui, estime pourvoir à l’alimentation de 80 familles sur sa parcelle. "En France on a 5000 m² de terre disponible pour nourrir chaque habitant. Or une vache a besoin de 10 000 m² donc avec un régime végétarien, on peut arriver à une autonomie de 100% sur le territoire français.»

 

Là, on est entré dans le discours de l'intégrisme « écologique », largement déroulé dans l'article. Ainsi :

 

« Vers une autosuffisance des métropoles ?

 

En se basant sur des hypothèses de régime alimentaire moins carné et une utilisation optimale des surfaces "vertes" disponibles (toits, espaces publics...), l'étude de l'Agrocampus affirme que la métroppole rennaise peut assouvir  ses besoins alimentaires dans un rayon de 22 kilomètres autour de Rennes (soit 8 km au-delà des frontières de la métropole stricto sensu). »

 

Y compris pour les productions qui nous fournissent l'énergie, telles que le blé tendre et le blé dur, la betterave sucrière (pour laquelle on devrait installer une sucrerie) ?

 

Le rêve éveillé « écolo », quoi...

 

En tout cas, qualifier de « paysan » un personnage qui produit des graines, des plants et des légumes – et manifestement déploie ou envisage de déployer d'autres activités – est une aberration, tout comme les ambitions de créer une « autonomie alimentaire » des centres urbains qui fonctionneraient comme les anciennes seigneuries de la féodalité.

 

Ras le bol ! Oui, « on » peut vivre d'une micro-ferme, et M. Mickaël Hardy nous le prouve (pour autant que l'article soit honnête). Non, tout le monde ne peut pas vivre d'une micro-ferme.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

MARC 13/03/2021 11:34

Bonjour, c'est une honte pour les vrais maraichers ! On ne leur fait pas de cadeaux sur les terres, les cotisations sociales, la MSA, les taxes foncières, ... Dans 5 ans, il sera ou ? ce bobo ! dans une organisation sociale ou administrative ou président de son association vivant des consultations payantes. Dehors Mr Hardy !

Hbsc Xris 12/03/2021 20:59

Le site de sa ferme PermaGRennes https://fr-fr.facebook.com/PermaGRennes/ où on découvre quelqu'un qui "vend" des journées d'information comme l'animation à la découverte des plantes sauvages comestibles des 13 et 15 mars à 10 € par participant (activité peu raisonnable à mon sens). Cela doit être autrement plus lucratif que de vendre des légumes, tout comme le conseil vendu à 3 € (Dieu que je suis une burne à aller conseiller des gens gratuitement !). On découvre aussi des conférences à accès payant et une école de permaculture sur laquelle je n'ai pas pu trouver grand chose. Est-elle payante ou simple main d'oeuvre gratuite ? Un petit mot de la vente de plants et des graines qui est également hautement lucrative surtout à des bobos qui n'y connaissent rien et paient le prix fort. Bref le système classique des maraichers bio qui "réussissent" non pas en vendant des légumes, mais par un business annexe. Tout cela pour dire que j'aimerais bien connaitre son bilan financier réel, avec la part réelle de légumes vendus dans le chiffre d'affaires. Pourquoi des instances agricoles comme des associations de maraichers n'envoient-elles pas de commissions d'études pour analyser une telle ferme modèle ? De deux choses l'une, où ce maraicher est vraiment un maraicher d'exception auquel cas il ouvrira ses portes et se soumettra à toutes les questions et bilans et on découvrira peut-être quelque chose d'exceptionnel, il faut toujours garder l'esprit ouvert... ou le maraicher ferme ses portes totalement ou partiellement à un examen approfondi et on sera éclairé également...

Fm06 12/03/2021 20:44

En effet. Conversation avec une collègue qui me parle d’une personne admirable qui gère seule un gîte rural et produit elle même en permaculture les légumes qu’elle sert à ses hôtes: elle produit tout avec seulement 1000 m2, c’est fantastique.Je pose naïvement la question: y-compris les céréales et les protéines? Silence éloquent...