Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Le Mexique mène une guerre contre les technologies sûres

25 Mars 2021 , Rédigé par Seppi Publié dans #OGM, #Glyphosate (Roundup)

Le Mexique mène une guerre contre les technologies sûres

 

Georgina Gutierrez*

 

 

 

 

Le plus étrange dans la guerre du Mexique contre les outils de protection des cultures est l'hypothèse selon laquelle les agriculteurs comme moi ne se soucient pas de ce que nous pulvérisons sur nos champs.

 

 

 

 

Bien sûr que nous nous en soucions : je vis et je travaille à l'endroit même où nous cultivons du maïs, de l'orge et d'autres espèces pour nourrir nos vaches laitières. Pourquoi risquerais-je la santé de ma famille avec des produits chimiques nocifs ? Cela n'a aucun sens.

 

Ce n'est que l'un des mystères qui se cachent derrière les pressions exercées pour interdire le glyphosate, un produit sûr qui m'aide à réussir en tant qu'agricultrice.

 

Le gouvernement mexicain veut néanmoins l'interdire d'ici 2024. Il cherche également à interdire le maïs génétiquement modifié.

 

Le président Andrés Manuel López Obrador ne semble pas se soucier de savoir à qui ces interdictions vont nuire – et il semble même se réjouir de façon perverse du fait qu'elles vont nuire à ses détracteurs dans le secteur agricole. Il nous traite comme des ennemis.

 

J'aimerais qu'il nous considère comme des alliés pour atteindre l'objectif de la sécurité alimentaire. Pour relever ce défi, les agriculteurs mexicains doivent avoir accès aux meilleures technologies du monde. Cela inclut le glyphosate, qui est l'outil de protection des cultures le plus populaire au monde.

 

Le glyphosate est populaire parce qu'il est sûr et efficace. Les agriculteurs des États-Unis et du Canada l'utilisent et ils sont nos principaux partenaires commerciaux. Les agriculteurs européens apprécient également cette option. Pourquoi pas les Mexicains ?

 

En luttant contre les mauvaises herbes, le glyphosate aide nos cultures à prospérer. Lorsque nous produisons plus de nourriture sur moins de terres, nous contribuons à rendre la nourriture abondante, abordable et disponible pour tous. En même temps, nous préservons l'environnement car nous n'avons pas besoin de cultiver des hectares supplémentaires pour compenser nos pertes dues aux mauvaises herbes.

 

Malheureusement, le président López Obrador a des idées archaïques sur l'alimentation. Il aime invoquer le passé précolombien du Mexique, et surtout le fait que le maïs – la culture la plus populaire au monde – est originaire de notre coin de planète.

 

Il est bon d'être fier de cet héritage. En tant qu'agricultrice mexicaine, je le suis certainement. Mais nous devons éviter la tentation de romancer cet aspect de notre culture. Résistons à l'idée que nos plus anciens ancêtres étaient en quelque sorte plus « naturels » que nous le sommes aujourd'hui.

 

 

Les scientifiques s'accordent à dire que le maïs est né au Mexique il y a des milliers d'années. CIMMYT/ Peter Lowe

 

 

Les anciens agriculteurs mexicains qui ont aidé à transformer une herbe appelée « téosinte » en une culture vivrière étaient des gens pratiques, capables de résoudre les problèmes. Ils ne comprenaient rien de ce que nous savons aujourd'hui sur la génétique des plantes, mais ils utilisaient les connaissances qu'ils avaient pour améliorer leur production agricole.

 

Leur exemple devrait nous inspirer – non pas pour remonter le temps jusqu'à une époque plus primitive, mais plutôt pour mobiliser la science et la technologie du 21e siècle afin de relever les défis uniques du changement climatique, des parasites et maladies et de la demande des consommateurs.

 

Le président López Obrador ne semble pas le comprendre, et son mélange toxique d'idéologie populiste et d'analphabétisme scientifique est plus dangereux que toutes les technologies sûres qu'il dénonce. Pour lui, tout cela est une question de politique – et n'a rien à voir avec ce dont les agriculteurs et les consommateurs mexicains ont réellement besoin.

 

Il y a une ironie à l'œuvre ici : le Mexique ne peut même pas produire suffisamment de maïs pour répondre à sa propre demande. Nous sommes autosuffisants en maïs blanc qui entre dans la composition de nos tortillas, mais nous importons du maïs jaune pour nourrir notre bétail. L'interdiction du glyphosate et du maïs génétiquement modifié nous rendra encore plus dépendants du maïs des États-Unis et d'ailleurs. Au lieu de nous aider à produire plus de nourriture, cette mesure rendra presque certainement notre nourriture plus chère, ce que la plupart des Mexicains ne peuvent pas se permettre, d'autant plus que la Covid-19 continue de nuire à notre économie.

 

Il est important que le Mexique tire parti du commerce international, car la capacité à faire passer les biens et les services par les frontières profite à tout le monde. Mais pas au détriment de la population mexicaine – agriculteurs et consommateurs – lorsque la politique rend plus difficile la culture du maïs dans son pays.

 

Une autre ironie concerne la pandémie. Le nombre de décès dus à la Covid-19 a augmenté partout cet hiver, mais le Mexique a souffert plus que la plupart des autres pays. Nous avons récemment dépassé l'Inde en nombre de décès, devenant ainsi le troisième pays le plus touché, derrière les États-Unis et le Brésil. Plus de 161.000 Mexicains ont succombé au coronavirus, selon les chiffres officiels, mais beaucoup d'entre nous savent que le nombre de décès est nettement plus élevé. Et ce nombre ne cesse de croître.

 

Le mois dernier, le président López Obrador a lui-même contracté la Covid-19. Je lui souhaite un prompt rétablissement. J'espère également que cela lui donnera l'occasion de réfléchir à la solution à la pandémie : la distribution réussie de vaccins développés à partir du même ensemble de technologies génétiques qu'il cherche maintenant à interdire dans l'agriculture.

 

Parfois, la meilleure façon d'honorer le passé est d'embrasser l'avenir, ce qui signifie que le Mexique devrait renoncer à ses efforts autodestructeurs visant à interdire les technologies sûres.

 

___________

 

* Georgina Gutierrez, productrice de lait, Mexique

 

Gina est une productrice de lait de cinquième génération. Sa ferme familiale est située dans la région centrale du Mexique et on y trait actuellement 420 vaches. La ferme a 40 hectares de cultures : maïs, orge, triticale et ray-grass mis en ensilage pour le bétail. Gina travaille avec son père, un vétérinaire responsable de la santé et de la nutrition des animaux, et son frère, un agronome, qui s'occupe des cultures. Gina est impliquée dans l'exploitation à plein temps depuis 2008.

 

En mai 2015, Gina a lancé une page Facebook pour la défense du secteur laitier. La Vida Láctea compte maintenant près de 30.000 adeptes. Elle a récemment terminé une maîtrise en droit des sociétés et fait partie de la catégorie des jeunes leaders du secteur laitier. Elle écrit régulièrement pour Ganadero et Hoard's Dairyman en espagnol. En 2018, Gina s'est vu décerner le Kleckner Awaed du Réseau Mondial d'Agriculteurs.

 

Source : Mexico’s Self-Defeating War on Safe Technologies – Global Farmer Network

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

un physicien 25/03/2021 12:28

Il semble que dans leur sagesse profonde, les agriculteurs précolombiens aient utilisé une méthode traditionnelle pour optimiser le rendement de leurs cultures : le sacrifice humain. Faut-il y revenir ?