Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Dans l'utilisation de l'eau, la technologie nous aidera à faire plus avec moins

22 Mars 2021 , Rédigé par Seppi Publié dans #Inde, #Agronomie

Dans l'utilisation de l'eau, la technologie nous aidera à faire plus avec moins

 

V. Ravichandran*

 

 

 

 

Selon une nouvelle étude, les pénuries d'eau menacent de dévaster la sécurité alimentaire de l'Inde, entraînant une baisse des récoltes hivernales de 20 % à l'échelle nationale et jusqu'à 68 % dans les régions clés.

 

À l'approche de la Journée Mondiale de l'Eau, le 22 mars, célébrée chaque année par les Nations Unies, nous devrions nous concentrer sur la ressource limitée qu'est l'eau douce. Si les agriculteurs indiens comme moi n'y ont plus accès, nous perdrons aussi notre capacité à produire la nourriture dont nous avons tous besoin.

 

L'Inde compte plus de 1,3 milliard d'habitants. Près d'un habitant de la planète sur cinq vit ici : nous sommes la deuxième Nation la plus peuplée, après la Chine. Pourtant, nous ne possédons que 4 % des eaux terrestres de la planète.

 

Nous devons produire suffisamment de nourriture pour que personne ne souffre de la faim. Si nous ne faisons pas d'efforts sérieux pour conserver notre eau, cela deviendra un problème de plus en plus difficile à traiter et à résoudre.

 

L'analyse récente de l'agriculture indienne, basée sur des images satellites et des données de recensement et publiée dans la revue Science Advances le mois dernier, suggère que nous nous dirigeons à toute vitesse vers une crise. La menace est que nous produisions moins de nourriture, même si notre population continue d'augmenter, ce qui entraînera la faim et la malnutrition. Selon une estimation de la Banque mondiale, notre PIB pourrait diminuer de 6 % d'ici 2050 en raison de la pénurie d'eau.

 

J'ai vu les signes de la pénurie d'eau dans ma propre ferme. Bien que nous utilisions l'eau des rivières pendant la mousson, nous pompons l'eau souterraine avec des moteurs électriques et des moteurs diesel à d'autres moments de l'année. Il y a une vingtaine d'années, nous pouvions compter sur l'extraction d'une eau de haute qualité à 12 mètres sous nos pieds. Aujourd'hui, cependant, le niveau de l'eau est tombé à environ 60 mètres sous terre. À certains endroits, il est descendu à 75 mètres.

 

La forte baisse de la ressource en eau souterraine et de sa qualité est un sujet sérieux dont il faut s'inquiéter.

 

Les agriculteurs ne doivent pas seulement faire face au problème de l'épuisement de l'eau douce en Inde, ils doivent aussi montrer la voie vers une solution. L'agriculture représente 78 % de l'utilisation de l'eau de notre pays, éclipsant les autres bénéficiaires, tels que les secteurs domestique (6 %), industriel (5 %) et électrique (3 %).

 

La bonne nouvelle est que nous pouvons peut-être inverser la situation. Comme l'électricité pour les pompes agricoles est fournie gratuitement aux agriculteurs dans de nombreux États, cela encourage involontairement de nombreux agriculteurs indiens à utiliser l'eau avec une grande inefficacité. Cela signifie que nous avons une grande marge de progression, surtout si nous reconnaissons que nous n'avons pas toujours besoin d'inonder nos champs pour faire pousser nos produits.

 

Nous devrions nous fixer comme objectif « plus de récolte par goutte » – « more crop per drop », un slogan que j'ai découvert lors d'une visite d'exploitations agricoles en Israël, un pays sec où les agriculteurs considèrent l'eau comme un bien précieux. Les politiques israéliennes de gestion de l'eau s'appuient sur des technologies modernes, comme la micro-irrigation, qui visent à donner aux plantes uniquement l'eau dont elles ont besoin et rien de plus.

 

Ce modèle devrait inspirer le reste d'entre nous. Nous devrions nous efforcer de fournir la bonne quantité d'eau au bon endroit et au bon moment.

 

Malheureusement, nombre de nos pratiques actuelles sont loin de cet idéal.

 

Le riz, par exemple, est l'un de nos aliments de base. Je le cultive dans ma ferme. Comme toutes les cultures, il est assoiffé : la production d'un kilo de riz peut nécessiter jusqu'à 3.500 litres d'eau. Pourtant, de nombreux agriculteurs indiens utilisent 4.800 litres et, dans certains États, ce chiffre peut atteindre 6.000 litres.

 

Nous pouvons faire beaucoup mieux, surtout si nous investissons dans le goutte-à-goutte ou la micro-irrigation, comme je l'ai fait dans ma ferme.

 

Une autre approche utile est appelée « humidification et assèchement alternatifs ». Plutôt que d'inonder nos champs, nous pouvons les arroser par intermittence, en permettant au sol d'absorber l'eau avant d'en remettre. Un troisième outil est le « système d'intensification du riz », qui implique la gestion des semis, des mauvaises herbes et autres. (Voir cette vidéo, qui montre comment nous avons adopté le SRI dans ma ferme).

 

D'autres réponses peuvent faire appel à la technologie GM, qui nous permet de cultiver des plantes qui résistent mieux aux mauvaises herbes, aux parasites et aux maladies. Elles peuvent également améliorer la tolérance aux sécheresses et aux inondations. Peut-être qu'à l'avenir, nous développerons des variétés plus économes en eau. La nouvelle technique d'édition de gènes CRISPR est extrêmement prometteuse pour l'agriculture.

 

Utilisées correctement, ces techniques offrent un merveilleux paradoxe : l'utilisation de l'eau diminue et les rendements augmentent.

 

C'est ainsi que nous allons résoudre notre crise de l'eau : la technologie nous aidera à faire plus avec moins.

 

______________

 

V. Ravichandran, agriculteur, Tamil Nadu, Inde

 

Sur une ferme de 24 hectares, Ravi produit du riz, de la canne à sucre, du coton et des légumineuses. Pour utiliser judicieusement l'eau pendant les mois d'été, il utilise des arroseurs et un système de goutte à goutte. Il a ajouté la mécanisation pour pallier la pénurie de main-d'œuvre ; 12 employés. Lauréat du prix Kleckner - 2013.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Justin 22/03/2021 21:48

Présentation de l'imagerie satellite Sentinelle pour analyser le degré d'humidité des sols et evapotranspiration des cultures

https://youtu.be/SvGPbWBASaU