Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Perturbateurs endocriniens : les bons, les méchants et deux Stéphane du Monde

15 Février 2021 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Activisme, #Perturbateurs endocriniens

Perturbateurs endocriniens : les bons, les méchants et deux Stéphane du Monde

 

 

L'Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) a mis en consultation, jusqu'au 4 février 2021, un projet de document, « EFSA Scientific Committee Opinion on biological plausibility of non-monotonic dose responses and their impact on the risk assessment » (opinion du Comité Scientifique de l'EFSA sur la plausibilité biologique des réponses non monotones aux doses et leur impact sur l'évaluation des risques).

 

Une réponse non monotone est, graphiquement, une courbe qui n'est pas « régulière », par exemple en U. Le sujet est particulièrement prisé par les aficionados de la perturbation endocrinienne : la substance incriminée a/aurait des effets ravageurs à très faible dose, effets qui disparaissent aux doses plus élevées utilisées dans les évaluations de risques... Merveilleux phénomène qui permet de récriminer, gesticuler et protester ad nauseam et, dans certains cas, de se faire la peau d'une substance comme le bisphénol A.

 

Ce sujet passionne également les contempteurs du principe de Paracelse, « Alle Dinge sind Gift, und nichts ist ohne Gift; allein die Dosis machts, daß ein Ding kein Gift sei » (toutes les choses sont poison, et rien n'est sans poison ; seule la dose fait qu'une chose n'est pas un poison), abrégé en : « la dose fait le poison. »

 

 

L'Endocrine Society a répondu à l'appel à commentaires... le Monde rapporte

 

Le projet de document n'a pas eu l'heur de plaire à l'Endocrine Society.

 

Le contraire eût été étonnant...

 

Le Monde, pages Planète, le rapporte sous la signature de M. Stéphane Foucart et de Mme Stéphane Horel dans « L’Autorité européenne de sécurité des aliments accusée de minimiser certains effets des perturbateurs endocriniens » (texte complet traduit en anglais ici). En chapô :

 

« L’Endocrine Society, une société savante rassemblant 18 000 chercheurs et cliniciens spécialistes du système hormonal, critique vivement un projet de rapport de l’EFSA sur les effets inhabituels de certaines substances. »

 

 

 

 

Une « société savante » ? C'est au mieux l'association des professionnels de l'endocrinologie, essentiellement états-uniens, regroupant chercheurs, praticiens, étudiants et entrepreneurs.

 

Et, par l'activisme qu'elle déploie, un lobby. Parmi les chercheurs, il y a un important contingent de militants prenant une ou plusieurs, ou toutes les substances chimiques contestées (notamment les pesticides) pour cible.

 

 

 

 

Cela ne l'empêche évidemment pas de produire des documents scientifiques de qualité – ici des observations sur le projet de document de l'EFSA.

 

En résumé,

 

« Dans sa construction actuelle, le document est une évaluation inexacte des réponses aux doses non monotones (NMDR) ; sans révision substantielle, l'adoption de l'avis entraînera l'utilisation de critères restrictifs qui limiteront la capacité des organismes de réglementation à prendre des décisions en matière de protection de la santé. »

 

Nous ne jugerons pas de la pertinence des observations : c'est hors de notre portée.

 

Les deux Stéphane ont produit quelques citations pour étayer leur thèse. Cela pourra impressionner le lecteur moyen mais plongera le lecteur un peu plus averti dans un abîme de perplexité, déjà en raison de l'absence de contexte. Que penser par exemple de :

 

« Dans la mesure où les auteurs ne précisent pas à quel ensemble de connaissances ils se réfèrent, la plausibilité reste une notion très vague et subjective » ?

 

Si nous avons bien compris la lettre de l'Endocrine Society, il s'agit de l'ensemble de connaissances empiriques, d'une part, et théoriques, d'autre part.

 

La citation ci-dessus est tirée de la critique générale numéro 2 de l'Endocrine Society. Après un intermède – « proteste-t-elle » (admirez le choix des mots...) –, elle se poursuit par un élément de la critique numéro 6. Le lecteur ne comprendra pas que deux éléments de texte ont été amalgamés.

 

Tout compte fait, il ne nous semble pas que la réponse détaillée réponde à la qualification employée dans le titre de l'article du Monde des deux Stéphane.

 

L'EFSA « accusée » ? Une manifestation de plus de la singulière hargne des auteurs contre l'Autorité et le processus d'évaluation en général. Ce mot a du reste disparu du titre dans l'édition papier datée du 5 février 2021...

 

La lettre de l'Endocrine Society, incidemment, est signée par Mme Barbara Demeneix dont nous avons déjà évoqué le naufrage militant. Écrire cela peut paraître de l'ad hominem ; sa qualité de présidente du groupe consultatif de l'Endocrine Society sur les perturbateurs endocriniens est cependant une illustration du militantisme au sein de la « société savante ».

 

 

Jeter la suspicion sur des membres du Comité Scientifique de l'EFSA

 

Quittons ce domaine très technique, cette divergence de vues entre – selon la Weltanschauung des deux Stéphane – le bon, l'Endocrine Society, et le méchant, l'EFSA.

 

Entrons dans le monde (et le Monde) glauque du journalisme d'insinuation : la mise en cause des membres du panel qui ont rédigé le projet d'opinion.

 

Les deux auteurs de l'article du Monde commencent par évacuer la réponse de l'EFSA qui se serait « justifiée […] dans un courriel au Monde ». Puis :

 

« […] Mme [Diane] Benford et M. [Josef] Schlatter ont également participé aux travaux d'International Life Sciences Institute (ILSI), une organisation de lobbying scientifique financée par des géants de l'agrochimie, de l'agroalimentaire et du médicament pendant de nombreuses années et jusqu'en 2012, lorsque l'EFSA a prié l'ensemble de ses experts d'y mettre un terme. M. Schlatter n'a en revanche pas renoncé à se détacher de l'International Society of Regulatory Toxicology and Pharmacology (Société internationale de toxicologie et de pharmacologie réglementaires), dont il est membre depuis 1998. »

 

L'ILSI a très mauvaise presse dans le monde du militantisme – à preuve, la description qu'en font nos deux auteurs de manière pavlovienne ou panurgique. Quant à l'ISRTP, elle écrit sur son site :

 

« L'objectif de la Société est de fournir un forum public ouvert aux décideurs politiques et aux scientifiques pour promouvoir une science toxicologique et pharmacologique solide comme base pour la réglementation touchant la sécurité et la santé humaine, et l'environnement. »

 

Mais... mais... pour les deux Stéphane :

 

« Cette organisation, qui arbore le nom pompeux d'une société savante, est en fait une entité aux financements opaques et tenue par l'industrie : agroalimentaire, chimie, médicament, pesticides, de Frito Lay au cigarettier R.J. Reynolds»

 

Sources ? Preuves ? Une liste de... six « sponsors » pour l'année... 2007 (dans laquelle R.J. Reynolds ne figure pas, son soutien ayant cessé l'année précédente, comme celui d'une dizaine d'autres entreprises). De quoi étayer l'argument des financements opaques et du contrôle par « l'industrie »...

 

Et quel contraste avec la description de l'Endocrine Society !

 

Mais l'essentiel est évidemment de susciter la suspicion sur un rapport qui, manifestement, ne répond pas aux attentes des jusqu'au-boutistes de la perturbation endocrinienne (et des professionnels de ce secteur de la santé) pour qui l'ignorance doit justifier l'action :

 

« Alors que le rapport conclut à "la nécessité de comprendre le(s) mécanisme(s) sous-jacent(s)", l'Endocrine Society estime, elle, "déraisonnable" de poser cette exigence. Un niveau de preuve aussi élevé pourrait considérablement retarder les mesures de restriction à l'encontre de produits nocifs. »

 

Et pour cela, quoi de plus tentant que de jeter la suspicion sur deux membres du groupe de travail de l'EFSA? Sur la base d'affiliations à l'ILSI et de travaux dans ce cadre qui ont pris fin en... 2012 et sur la base d'une adhésion à une association...

 

 

Même Philippus Theophrastus Aureolus Bombast von Hohenheim...

 

Le principe « c'est la dose qui fait le poison » n'échappe pas à cette manœuvre : il a été

 

« énoncé par l'alchimiste Paracelse au XVIe siècle, bien avant l'invention de l'électronique »...

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lemiere 17/02/2021 15:26

en général la réponse à la dose on la suppose...mais si la réponse n'ets pas monotone on est pas dans la merde on n'aplus le droit d'extrapoler quoique ce soit.. dieux merci c'est plutôt monotone.

lemiere 17/02/2021 15:25

en général la réponse à la dose on la suppose...mais si la réponse n'ets pas monotone on est pas dans la merde on n'aplus le droit d'extrapoler quoique ce soit.. dieux merci c'est plutôt monotone.

Hbsc Xris 15/02/2021 20:52

Tout peut-être toxique, question de dose, même l'eau si indispensable à la vie. Au coeur de la canicule de 2019, un ami médecin dans un service d'urgence de province m'a fait raconté être épuisé par l'afflux de personnes âgées dans leur service. Me pensant très au courant, je lui ai écris "Ah oui, des gens âgés déshydratés ?" Et il m'a répondu "Non pas du tout, on en a très peu" Et il m'a expliqué, "le problème c'est les personnes âgées noyées qui affluent". Noyées ? Tout le monde se jetait à l'eau pour se rafraichir ? Non pas du tout, à force que les journaux déclamant qu'il fallait boire beaucoup, des personnes âgées étaient surhydratées par leur entourage. Le service d'urgence avait pris l'habitude d'appeler les personnes surhydratées qui leur arrivait "des noyés". La surhydratation engendre dissolution et évacuation des sels minéraux indispensables dans l'organisme. Il s'en suit fatigue, nausées, douleurs et crampes au 1er stade, puis propos incohérents, vertiges, convulsions, et pour finir coma voir décès. En ce qui le concernait le problème émanait surtout de quelques ehpad locaux où sans aucun doute le personnel avait cru bien faire. Le directeur de l'hôpital avait contacté la presse pour qu'il y ait des mises en garde dans le journal. Il n'y a jamais eu d'articles, et aucun journaliste ne s'est jamais déplacé à l'hôpital, sans doute parce que le sujet n'était pas conforme à "leurs croyances".
Il n'existe aucun chiffre à ma connaissance, sur la question des surhydratations, tout simplement parce qu'aucune statistique n'a jamais été élaborée sur le sujet.
Ajoutons également qu'aujourd'hui, facteur peut-être aggravant pour la surhydratation, on limite soigneusement les consommations de sel, notamment chez les gens âgés plus sujets à de l'hypertension. (Et on leur donne, pour boire davantage, des boissons sucrées ! alors même que le sucre est de plus en plus suspect d'aggraver l'hypertension) Il est quand même étrange de penser qu'autrefois, les européens partant vivre sous des climats très chauds se voyaient conseiller de manger très salé, voir de prendre des pastilles de sel en complément.

max 15/02/2021 16:49

Bien que non antivax, le monde planète participe aussi à une certaine défiance envers les vaccin en faisant un article sur un nombre très petit de cas hypertension (73 sur plusieurs millions de vaccinations) avec le vaccin pfizer. Un nombre aussi dérisoire méritait-il un article qui risque juste de rajouter à la défiance existante. Après on auras le droit à une nouvelle intervention des médias sur pourquoi les Français sont-il aussi défiant envers les vaccins.
https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/02/13/vaccin-pfizer-biontech-des-cas-d-hypertension-arterielle-sous-haute-surveillance_6069843_3244.html
Avec Foucard et Horel qui mettent en cause les agences sanitaire pour se faire mousser et avantager leurs amis (CRIIGEN, génération future, etc), ce n'est pas étonnant qu'ils (avec le monde) soit devenue une source pour les complotiste.
https://twitter.com/docteurgonzo4/status/1345922544239575040
https://twitter.com/sylvangui/status/1309785601550540802
https://www.facebook.com/groups/pseudo.scepticisme/permalink/2670132599967552/
https://twitter.com/CarcanaJohn/status/1360211451172982786

max 16/02/2021 15:23

L'aversion envers les vaccins à ARNm de Mélenchon ne vient pas que de son aversion au génie génétique, mais aussi de son aversion aux États-Unis. Il est resté dans le point de vue communiste ou es U.S.A. sont l’ennemie capitaliste impérialiste. Il est même persuadé que les problèmes économique du Venezuela sont de la faute des U.S.A.
Un billet de Yann Kindo sur le sujet.
https://blogs.mediapart.fr/yann-kindo/blog/311220/vaccins-arn-messager-debout-la-france-insoumise
Pour le reste, ça fait tellement longtemps qu'il est du coté de l'écologie politique. Il défend une agriculture bio composé de plein de petite exploitation familiale au lieu des grande méchante exploitation industrielle de la France. Et son expert en Nucléaire est un anti-nucléaire notoire.
De toute manière que peut-on attendre d'un mec qui prend en exemple le Venezuela et Robespierre et considère Castro comme un humaniste. Quand on le regarde, voit qu'il se prend pour la réincarnation de la fusion entre Cheguevara et Staline.

Maître Folace 15/02/2021 17:45

L'autre jour Mélenchon sur C8 a déclaré que le seul vaccin efficace était le Spoutnik V tant il a d'aversion pour le génie génétique. Personne n'a relevé. Il a aussi vanté les hydroliennes "ce qu'on appelait autrefois les moulins à vent", peut-être un lapsus mais s'il voulait parler des moulins à eau il oublie cette continuité écologique des cours d'eau que notre amie Hsb usw... a souvent mentionnée et qui a conduit à les détruire méthodiquement.

Justin 15/02/2021 13:49

Et la lumière artificielle, premier perturbateur endocrinien auquel on est confronté et accessoirement tueur de lucioles, on en parle?
https://www.youtube.com/watch?v=s07NVof3teI

max 15/02/2021 15:56

Prems
https://seppi.over-blog.com/2021/01/glyphosate-anses-circ-et-journalisme-d-insinuation.html

Seppi 15/02/2021 15:25

@ Justin le lundi 15 février 2021 à 13:49

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Je n'y avais jamais pensé !