Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

OGM : l'épouvantail et l'ironie de la houe d'un agriculteur

20 Février 2021 , Rédigé par Seppi Publié dans #Afrique, #OGM

OGM : l'épouvantail et l'ironie de la houe d'un agriculteur

 

Slyvia Tetteh*

 

 

Image : Shutterstock/Mauro Pereira

 

 

L'avènement du changement climatique, associé à de nouveaux parasites et maladies des plantes, a aggravé la situation des agriculteurs ghanéens, les reléguant dans la pauvreté alors que les rendements de leurs cultures et leurs revenus chutent.

 

Les technologies agricoles modernes et respectueuses du climat, telles que les cultures génétiquement modifiées (OGM), peuvent aider à combattre ces menaces. Cependant, les campagnes alarmistes et de désinformation, que les Ghanéens appellent « épouvantails », font que les agriculteurs perçoivent ces technologies comme de la sorcellerie de l'homme blanc. Comme ils les considèrent comme contre-nature, ils sont contraints de recourir à des méthodes agricoles frustes et improductives – la « houe ».

 

L'adoption du niébé résistant à des insectes et du riz utilisant efficacement l'azote (NUE – nitrogen use-efficient) pourrait aider les agriculteurs du Ghana à améliorer leurs rendements, leurs revenus et leur vie. Ces cultures ont été contrôlées et recommandées par le Conseil pour la Recherche Scientifique et Industrielle (CSIR) du Ghana. Mais les délais réglementaires qui empêchent les agriculteurs d'accéder à ces semences améliorées, et les craintes persistantes concernant la technologie, pourraient éroder ces avantages tant au Ghana qu'en Afrique en général.

 

En Afrique aujourd'hui, près de deux personnes sur trois dépendent de la production alimentaire pour leur subsistance. Grâce à l'abondance de ses ressources naturelles et humaines et à son climat favorable, l'Afrique est bien placée pour développer la production agricole. Toutefois, les pratiques actuelles de gestion de la production agricole en Afrique ne permettent pas d'obtenir des rendements satisfaisants pour nourrir la population croissante.

 

L'Afrique a l'une des populations les plus jeunes de la Terre tout en étant le seul continent où la production alimentaire par habitant est en baisse et où la faim et la malnutrition touchent au moins une personne sur trois. La population de l'Afrique représente actuellement 17 % de la population mondiale et elle augmente encore rapidement. D'ici 2050, environ un tiers de la population mondiale vivra en Afrique. Pour nourrir cette population en croissance rapide, il faut augmenter les rendements agricoles en Afrique.

 

Dans une quête sans fin de rendements plus élevés à partir de cultures plus résistantes, les percées technologiques et les progrès de la biotechnologie ont donné naissance aux aliments génétiquement modifiés (OGM). Ils sont devenus une solution essentielle pour répondre à la demande alimentaire à l'échelle nationale et mondiale.

 

Les aliments génétiquement modifiés sont développés et commercialisés parce que le producteur ou le consommateur, ou les deux, y trouvent un avantage. Cet avantage se traduit souvent par un produit ayant un prix plus bas, une durée de conservation plus longue, des coûts de production plus faibles, une valeur nutritionnelle plus élevée, de meilleurs rendements, une résistance aux parasites et maladies, une tolérance à la sécheresse, etc.

 

Ces cultures pourraient aider les agriculteurs africains, dont la situation s'est aggravée avec l'avènement du changement climatique et les nouveaux parasites (comme la légionnaire d'automne) et les maladies des plantes qui en découlent. Le manque de pratiques agricoles résistantes au climat et la dévotion à la tradition ont contribué aux faibles rendements sur le continent.

 

La transformation de l'agriculture reste une priorité politique importante pour le gouvernement du Ghana. Depuis près de deux décennies, le Ghana a mis l'accent sur la « modernisation de l'agriculture » dans ses politiques agricoles nationales.

 

Le président du Ghana, Nana Akufo-Addo, a déclaré à plusieurs reprises : « Mon gouvernement est orienté vers et engagé dans le développement de l'agriculture au Ghana afin de la rendre attrayante pour la jeunesse. » Le programme du président est en bonne voie car une majorité des jeunes d'aujourd'hui sont agriculteurs grâce à l'exécution de certaines de ces bonnes politiques par son gouvernement, notamment la « politique du semis et de la plantation pour les aliments et les emplois ».

 

Mais dans le même temps, l'exode rural transforme bon nombre de terres agricoles dans les pays en développement comme le Ghana en programmes immobiliers et en utilisations autres que l'agriculture. La perte de terres agricoles contribue à une baisse de la productivité agricole et à une diminution des terres disponibles pour les agriculteurs.

 

Il est bien connu qu'avec la croissance économique, la part de l'agriculture dans la production totale diminue. C'est le cas au Ghana, où la production agricole est en baisse depuis plus de deux décennies et se situe actuellement à environ 20 % du PIB. Cette tendance n'est pas une bonne nouvelle pour le Ghana, qui s'efforce de nourrir sa population.

 

L'agriculture joue un rôle fondamental dans la réalisation d'une sécurité alimentaire durable et équitable sur le continent. Pour l'Afrique, l'agriculture sert également de colonne vertébrale au développement économique et à la réduction de la pauvreté. On estime que pour chaque augmentation du rendement agricole de un pour cent en Afrique, on obtient une réduction de 7 % de la pauvreté. Il est donc important d'envisager l'utilisation de technologies agricoles pour résoudre nos problèmes de pauvreté et de sécurité alimentaire.

 

L'Afrique manque de méthodes et d'équipements agricoles technologiquement avancés, bien que des progrès importants soient réalisés dans l'utilisation de la technologie dans les secteurs de la santé et de l'éducation. L'Afrique a eu sa part de développement dans le secteur agricole avec de nombreuses politiques adoptées par divers dirigeants pour faire du continent un « panier alimentaire ». Pourtant, selon les Nations Unies, environ 815 millions d'Africains se couchent chaque soir le ventre vide. L'Afrique subsaharienne enregistre toujours la plus forte prévalence de personnes sous-alimentées et on estime que près d'une personne sur quatre y souffre de la faim.

 

Les nouvelles technologies agricoles peuvent améliorer considérablement la vie des agriculteurs qui travaillent sans relâche pour mettre de la nourriture sur nos tables. Et pourtant, les pratiques religieuses, politiques et culturelles ont créé des lacunes dans de nombreux aspects de la vie sur le continent africain. De nombreux Africains grandissent dans la religion et les enfants sont endoctrinés par des croyances religieuses et superstitieuses. Ces croyances constituent une part importante de notre culture et influencent nos processus décisionnels. La tradition est importante pour nous.

 

La technologie, ce n'est en soi rien de nouveau, mais parfois le mot suscite une réaction émotionnelle négative car les gens peuvent avoir peur de ne pas comprendre les nouvelles idées ou les nouveaux processus. Un taux d'analphabétisme élevé d'environ 65 % est un facteur majeur qui permet la diffusion de la désinformation sur le continent et nous ne devons jamais perdre de vue ce fait. Sur un continent où le taux d'analphabétisme et de superstition est élevé, les nouvelles technologies sont parfois considérées comme de la sorcellerie.

 

Les aliments OGM, en particulier, remettent en question les normes des anciennes pratiques agricoles en Afrique. Ils défient les rythmes acceptés pour l'agriculture et les rendements anticipés des cultures et offrent une résistance inhabituelle aux parasites et maladies qui affectent les cultures. Le fossé générationnel en matière de technologie et le manque d'éducation sur le continent jouent tous deux un rôle dans l'insécurité et le ressentiment des agriculteurs âgés. La jeune génération recherche des emplois de cols blancs et laisse l'agriculture aux vieux qui préfèrent faire confiance à leurs anciennes méthodes et sont catégoriquement opposés à l'utilisation de la « sorcellerie de l'homme blanc » pour produire la nourriture qu'ils consomment.

 

Le colonialisme a eu un impact énorme sur la lenteur avec laquelle les indigènes acceptent les OGM et les autres avancées biotechnologiques sur le continent africain. La plupart des pratiques utilisées dans le cadre du colonialisme étaient caractérisées par la tromperie ou des motifs cachés. Les effets à long terme du colonialisme ont entretenu un scepticisme profondément ancré sur toute bonne intention de la part des oppresseurs coloniaux.

 

Malheureusement, les dirigeants de nombreux pays africains ne jouent aucun rôle dans l'atténuation de ces préoccupations sous-jacentes qui sont ancrées dans le cœur et l'esprit de la population. Produisant la même représentation déformée et suscitant la même méfiance que celle qui caractérisait les maîtres coloniaux, le leadership des pays africains est souvent profondément entaché de corruption et de motifs cachés de la part des dirigeants mêmes, élus pour diriger le peuple vers l'avenir. Les dirigeants actuels ne parviennent pas à éduquer la population et à éradiquer la désinformation concernant l'introduction des OGM ou les découvertes biotechnologiques dans l'industrie agricole. Les fantômes du colonialisme sont évidents dans les actions des dirigeants, et ces comportements sont un facteur important qui explique pourquoi les personnes travaillant dans l'agriculture continuent de refuser d'accepter ou d'adopter les découvertes biotechnologiques et les OGM.

 

Il est urgent que le Ghana adopte les cultures biotechnologiques pour produire des aliments à un rythme plus économique et plus rapide afin de répondre à la demande du peuple ghanéen et de fournir un marché d'exportation pour générer des devises étrangères. Selon des études et des projections économiques, l'adoption de ces cultures permettrait d'augmenter la génération de revenus internes, l'emploi et les devises, qui sont des indicateurs clés de l'autosuffisance et de l'indépendance. L'écart entre la demande et l'offre serait comblé, s'effondrerait et un excédent serait finalement généré.

 

Le Nigeria a approuvé deux cultures génétiquement modifiées et s'efforce de fournir des semences aux agriculteurs. Le Kenya s'apprête également à commercialiser du cotonnier et du maïs génétiquement modifiés. Ces pays ont des interventions gouvernementales fortes et affichent un soutien à la biotechnologie GM. Les progrès réalisés par ces premières Nations adoptantes donnent un aperçu de la manière dont les cultures GM sont de plus en plus considérées comme un moyen pour le continent de revigorer son secteur agricole et d'atteindre la sécurité alimentaire.

 

Pour que le continent soit libéré de la faim, il faut beaucoup d'éducation sur les technologies disponibles, de formation et d'efforts pour changer les croyances et les mentalités de la société concernant les cultures génétiquement modifiées. Il reste beaucoup de travail à faire et l'aide de tous est nécessaire pour que le Ghana et le reste du continent accueillent ces découvertes révolutionnaires et contribuent à faire de l'Afrique le panier alimentaire du monde.

 

_____________

 

Source : GMOs: Scarecrow and the irony of a farmer’s hoe - Alliance for Science (cornell.edu)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

un physicien 20/02/2021 11:48

Et pendant ce temps, le CCFD mène une campagne sur le thème : une seule solution :
l’écologie intégrale.
Africains, on vous souhaite bon appétit.