Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Les pratiques de sans-labour dans les zones vulnérables réduisent radicalement l'érosion des sols

2 Février 2021 , Rédigé par Seppi Publié dans #Agronomie

Les pratiques de sans-labour dans les zones vulnérables réduisent radicalement l'érosion des sols

 

AGDAILY Reporters*

 

 

 

 

L'érosion des sols est un défi majeur pour la production agricole. Elle affecte la qualité des sols et transporte des sédiments chargés d'éléments nutritifs qui polluent les cours d'eau. Si l'érosion des sols est un processus naturel, les activités agricoles telles que le labour conventionnel l'exacerbent. Une nouvelle étude de l'Université de l'Illinois montre que les agriculteurs qui appliquent des pratiques de sans-labour peuvent réduire considérablement le taux d'érosion des sols.

 

Le passage complet au sans-labour réduirait la perte de sol et le rendement en sédiments de plus de 70 %, déclare Sanghyun Lee, étudiant en doctorat au département de génie agricole et biologique de l'Université de l'Illinois et auteur principal de l'étude, publiée dans le Journal of Environmental Management.

 

Mais même une modification partielle des pratiques culturales pourrait avoir des résultats significatifs, ajoute-t-il.

 

« Si nous nous concentrons sur les zones les plus vulnérables en termes d'érosion des sols, alors seulement 40 % de sans-labour produit presque la même réduction qu'une mise en œuvre à 100 % du sans-labour », dit Lee.

 

L'étude a utilisé des données physiques et une modélisation informatique pour estimer l'érosion des sols dans le bassin versant de Drummer Creek, qui fait partie du bassin versant de la rivière Upper Sangamon, dans le centre de l'Illinois. Les principales cultures de la région sont le maïs et le soja, et le travail du sol est une pratique agricole prédominante.

 

« Le taux d'érosion des sols est accru et accéléré par une production agricole non durable. L'une des principales raisons est le travail conventionnel du sol », explique M. Lee. « Notre modèle fournit un outil pour estimer les impacts du travail du sol sur l'érosion des sols dans le bassin versant. »

 

Lee et les co-auteurs Maria Chu, Jorge Guzman et Alejandra Botero-Acosta ont développé le cadre de modélisation, en couplant un modèle hydrologique (MIKE SHE) avec le Projet de Prédiction de l'Érosion par l'Eau (WEPP), pour examiner les impacts de la pratique du sans-labour dans le bassin versant. Le modèle WEPP a fourni les sources de sédiments provenant des champs soumis à différentes pratiques de labour et le modèle hydrologique a simulé le transport des sédiments à travers le bassin versant.

 

Les chercheurs ont inclus des données historiques sur le climat, les propriétés des sols, des données d'échantillons de sédiments et d'autres mesures pertinentes, puis ont utilisé le modèle couplé pour prédire comment différentes pratiques culturales affectent les taux d'érosion des sols.

 

« Les agriculteurs préfèrent peut-être labourer parce que les conditions climatiques humides entraînent un compactage du sol », explique M. Lee. « Cependant, l'érosion du sol enlève la couche arable, qui contient beaucoup de nutriments, et cela peut réduire le rendement à long terme. L'érosion du sol affecte également la qualité de l'eau, tant localement, dans le temps, qu'à distance. »

 

« Les agriculteurs doivent donc mettre en balance les avantages du labour avec les conséquences de l'érosion des sols et choisir les meilleures stratégies de gestion. »

 

Le cadre de modélisation peut aider à identifier les zones les plus vulnérables, afin que les producteurs puissent mettre en œuvre des pratiques de gestion durable là où cela compte le plus, note M. Lee.

 

______________

 

* Source : No-till practices in vulnerable areas radically reduce soil erosion | AGDAILY

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Quel dommage de reproduire une erreur de traduction ancienne mais largement répandue, et qui entretient en France une confusion proche du contre-sens !
No-Till ne se traduit définitivement pas par Sans Labour...
Till ou tillage veut dire travail du sol et non pas labour (ploughing)
Donc No Till, c’est « non travail du sol ».

le Sans Labour ou Non Labour: et bien,… c’est le fait de ne pas labourer !
Et je vous garantis qu’on peut pratiquer le non labour et travailler intensivement le sol !
avec des disques, des dents, inclinés, crantés, de taille, forme et diamètre variables… mais sans retournement. Le génie humain (et l’industrie du machinisme) est assez remarquable pour ce faire et semble devoir inventer toujours des nouveautés !
Des sols en Sans-Labour peuvent être bien abimés et aussi sensibles à l'érosion que des sols labourés.

Pour protéger les sols, notamment contre l'érosion, il faut les couvrir en permanence et ne pas les déstructurer par le travail du sol mécanique (comme en forêt ou dans une prairie).
Ajoutez le pilier de la diversité des espèces et vous avez l'Agriculture de Conservation des Sols !

http://www.fao.org/conservation-agriculture/fr/
Répondre