Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

L'agriculture biologique est-elle durable ? (Non !)

17 Février 2021 , Rédigé par Seppi

L'agriculture biologique est-elle durable ? (Non !)

 

Glané sur la toile 648

 

 

Il doit y avoir du compost qui n'est pas « organic »...

 

Le 21 janvier 2021, nous avions publié « La contribution du "conventionnel" à la fertilisation du "bio" » sur un thème que nous avons souvent labouré : pour une partie de ses éléments fertilisants, l'agriculture biologique utilise, horresco referens, des engrais de synthèse épandus par l'agriculture « conventionnelle » mais ostracisé par l'idéologie de pureté (alléguée) et le cahier de charge du « bio ». Mais, Deo gratias, ils sont en quelque sorte sanctifiés par le passage par les estomacs d'animaux d'élevage, devenant des engrais organiques.

 

Dans ce billet, nous avions évoqué un article de Pleinchamp, « La bio vit-elle sur les réserves chimiques des Trente Glorieuses ? ». Il y était surtout question du phosphore.

 

Il y avait précédemment un article plus court dans Pleinchamp, au titre évocateur, « Vers une faim de phosphore en agriculture biologique ? » Comme dans l'article précité, le point d'interrogation ne se justifiait pas :

 

« Essais à l’appui, il [M. Régis Hélias, Arvalis Institut du Végétal] révèle que l’agriculture biologique vit aujourd’hui sur les apports d’éléments chimiques des Trente glorieuses, lesquels vont finir par s’épuiser, impactant insidieusement mais sûrement les rendements en AB. Problème : les sources alternatives en phosphore compatibles avec l’AB ne sont pas légion et il ne faut pas non plus compter sur les effluents organiques, l’élevage contribuant in fine à l’exportation de l’élément.

 

Pleinchamp vient de produire un autre article fort intéressant, « Faim d’azote et fin de croissance pour les grandes cultures bio ? »

 

La question se pose d'une manière générale, plus particulièrement encore à la lumière des ambitions – ébouriffantes – d'augmenter la part du « bio » dans l'agriculture française et européenne : les sources d'azote « blanchi », en provenance de l'agriculture « conventionnelle », seront-elles suffisantes ?

 

La question a pris une dimension encore plus critique en France, où les idéologues fondamentalistes du « bio » ont décrété une interdiction des effluents « industriels » (fumiers ou excréments d'animaux liquides en provenance d’élevages comptant plus de 60.000 poules pondeuses élevées en cages, plus de 3.000 porcs de plus de 30 kg ou encore plus de 900 emplacements de truies en systèmes caillebotis ou grilles intégral).

 

Extrait :

 

« "On estime que les éléments minéraux proviennent à 80% des élevages conventionnels, indique Marianne Sanlaville, responsable des filières bio pour la Coopération agricole Occitanie. Cela signifie que l’on a recours indirectement aux engrais de synthèse et que l’on hérite par ailleurs de la fertilisation issue des engrais de synthèse, dans le cas des conversions. Ces pertes de disponibilité représentent une menace pour la filière des grandes cultures bio françaises, la plus dynamique en Europe jusqu’à présent, avec un doublement des surfaces au cours des cinq dernières années." »

 

Arvalis a fait des simulations. L’étude intégrait trois stratégies alternatives en matière de fertilisation. La première ? L'« impasse totale pour cause d’indisponibilité ».

 

On croit rêver ! D'autant plus que les idéologues français entendent exporter leur folie furieuse au niveau de l'Union Européenne...

 

Mais il n'y a pas de quoi s'inquiéter (ironie) :

 

« "Il nous faut accompagner les filières vers une plus grande autonomie des systèmes, ce qui réclame du temps, déclare Marianne Sanlaville. Il reste à quantifier l’impact des nouvelles restrictions pour la filière." »

 

On décide d'abord... l'étude d'impact suivra (peut-être)... Et puis « accompagner les filières », n'est-ce pas mettre l'argent du contribuable sur la table pour financer une lubie ? Nous en avons bien sûr les moyens (ironie)...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Justin 17/02/2021 15:36

C'est un peut comme un croisement d'un OGM avec un non OGM dont le résultat n'est pas un OGM...

lemiere 17/02/2021 15:20

en fait rien de nouveau, mais à quoi cela sert t il d'argumenter avec des dogmatiques?