Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Dr Rattan Lal, Prix Mondial de l'Alimentation 2020, sur la santé des sols, les sciences végétales et la sécurité alimentaire

1 Février 2021 , Rédigé par Seppi Publié dans #Agronomie

Dr Rattan Lal, Prix Mondial de l'Alimentation 2020, sur la santé des sols, les sciences végétales et la sécurité alimentaire

 

CropLife International*

 

 

Les chaînes alimentaires partent du sol. Des sols sains et riches en nutriments sont essentiels pour produire les aliments dont nous avons besoin pour nourrir une population mondiale en croissance rapide. Un accent renouvelé sur la santé des sols peut conduire à des rendements plus efficaces des cultures qui renforceront les chaînes alimentaires mondiales et amélioreront la sécurité alimentaire et nutritionnelle mondiale.

 

 

Le Dr Rattan Lal est le directeur du Centre de Gestion et de Séquestration du Carbone (Carbon Management and Sequestration Center) de l'Université d'État de l'Ohio et a reçu le Prix Mondial de l'Alimentation 2020 pour ses travaux en pédologie, la science des sols. Nous nous sommes assis avec lui pour parler de l'importance de la santé des sols dans le renforcement des systèmes alimentaires et l'atténuation de l'impact du changement climatique. Cette interview a été formatée et adaptée à partir de son enregistrement original pour plus de concision et de clarté.

 

 

Pouvez-vous nous parler du Carbon Management and Sequestration Center de l'Université d'État de l'Ohio ?

 

L'objectif et la mission du Carbon Management and Sequestration Center est de déterminer comment nous pouvons créer un bilan carbone positif pour les sols afin de les restaurer. Grâce à ces efforts, nous pouvons faire de l'agriculture une partie de la solution afin de produire des aliments, de restaurer l'environnement et d'atténuer le changement climatique.

 

Nous avons accueilli environ 180 chercheurs invités au cours des 20 dernières années. Grâce à notre réseau mondial, nous avons favorisé une coopération internationale renforcée.

 

 

 

 

En parlant de coopération internationale, votre carrière s'est étendue sur quatre continents en cinq décennies. Comment votre travail dans le domaine des techniques innovantes de préservation des sols a-t-il évolué au cours de ces décennies ?

 

Je suis originaire d'Asie du Sud et je suis arrivé aux États-Unis en tant qu'étudiant il y a environ 55 ans. De là, je suis allé à Sydney et j'y ai passé quelque temps. Puis j'ai passé 18 ou 20 ans en Afrique de l'Ouest. Puis je suis revenu aux États-Unis.

 

Mais en fin de compte, peu importe où vous êtes, que ce soit en Asie, en Australie, en Afrique ou en Amérique. Le principe de base du sol et le fait qu'il doit être protégé, restauré et géré judicieusement sont vrais partout. Il peut être nécessaire d'affiner certaines applications en fonction de facteurs sociaux, culturels, économiques ou ethniques, mais les éléments de base sont les mêmes.

 

Et ces composantes sont les suivantes : assurer la moindre perturbation possible du sol ; toujours garder le sol couvert de cultures de couverture ou d'autres biomasses ; mettre en œuvre une gestion intégrée de la fertilité des sols et des combinaisons judicieuses d'engrais organiques et inorganiques ; et intégrer les cultures avec les arbres et le bétail.

 

Ces concepts de base sont applicables partout. Il s'agit de les adapter aux conditions locales.

 

 

 

 

Avez-vous remarqué des changements majeurs au fil du temps dans la façon dont le secteur envisage la santé et la gestion des sols, et une adaptation aux quatre principes que vous avez mentionnés ?

 

Au cours des 10 à 15 dernières années, il y a eu beaucoup de changements positifs. Par exemple, le concept de séquestration dans les sols a été mis en avant lors de la COP21 à Paris en 2015.

 

La COP22 à Marrakech, au Maroc, a introduit l'initiative AAA – Adaptation de l'Agriculture Africaine – fondée sur les mêmes principes.

 

La COP25 à Madrid a réuni 29 ministres de l'agriculture de toute l'Amérique latine pour adopter un programme en faveur de l'action climatique et des agriculteurs.

 

Au fil des ans, la santé des sols et, plus largement, l'agriculture sont devenues des outils importants pour atténuer le changement climatique.

 

 

Pouvez-vous nous dire comment votre travail sur les sols contribue à un approvisionnement alimentaire durable et à la sécurité alimentaire dans le monde entier ?

 

Un rapport récent de la FAO indique qu'environ 700 millions de personnes sont sous-alimentées. Aujourd'hui, il y en a environ 130 millions de plus à cause de la pandémie de Covid-19. Cependant, plus de 2 milliards de personnes sont mal nourries, principalement en raison d'un manque de micronutriments. Et ces nutriments doivent provenir du sol. Si le sol n'a pas ces nutriments, la nourriture produite à partir du sol sera également déficiente.

 

Cela a donné naissance à un nouveau concept appelé « One Health » (une seule santé). Cette « Une seule santé » représente la santé du sol, de l'environnement, des plantes, des animaux, des hommes et de la planète Terre. Elle est unique et indivisible. Si la santé du sol diminue, tout le reste diminue avec elle. Par conséquent, si vous améliorez la santé et la qualité du sol, la santé et le bien-être des personnes vivant sur cette terre s'améliorent également.

 

Lorsque le sol se dégrade et que la terre ne peut plus faire vivre les gens, nous créons des réfugiés pédologiques, ou des réfugiés climatiques. Il y a de l'instabilité politique, des troubles civils, de l'agitation. Il est donc très important d'inciter les forces politiques qui peuvent apporter la stabilité nécessaire à restaurer la qualité des terres.

 

En 2015, l'ONU a déclaré que 25.000 personnes meurent chaque jour de faim. Cela signifie qu'environ 17 personnes meurent chaque minute. Cette mort liée à la faim est en réalité une arme de destruction massive. Quelque part, nous devons nous attaquer à la faim, et pour s'attaquer à la faim et à la malnutrition, la santé des sols est très importante. La paix mondiale en dépend.

 

 

Dans le prolongement de vos commentaires sur « Une seule santé », pouvez-vous nous en dire un peu plus sur les liens entre la santé des sols, l'environnement, le changement climatique et la biodiversité ?

 

Lorsque vous considérez les ressources comme allant de soi et que vous utilisez des pratiques extractives qui ne peuvent être soutenues, le prix à payer est énorme. De nombreuses civilisations disparues, comme la Mésopotamie, la vallée de l'Indus, les Aztèques, les Mayas et les Incas, ont considéré leurs ressources naturelles comme allant de soi et ont dû payer un prix très élevé. D'une manière ou d'une autre, nous devons inverser la tendance à la dégradation. Nous devons veiller à ce que les sols soient maintenus et en bonne santé. Un sol sain détermine la santé des plantes, la santé des plantes détermine la santé des animaux, ce qui détermine la santé des humains, ce qui détermine la santé d'écosystèmes entiers.

 

 

 

 

Chez CropLife International, nous nous concentrons sur diverses technologies et innovations dans le domaine des sciences végétales. Pouvez-vous nous parler un peu du rôle que jouent les sciences végétales dans la santé des sols ?

 

La science des plantes joue un rôle important dans la santé des sols. Les plantes photosynthétisent 123 gigatonnes de CO2 atmosphérique en biomasse végétale. Malheureusement, la plus grande partie de ce CO2 retourne à la respiration des plantes et du sol. Mais imaginez que vous puissiez en retenir seulement 10 %, soit 12 gigatonnes. Si nous pouvons utiliser les plantes pour aider à la photosynthèse et retenir une partie de ce CO2 dans la biosphère, cela peut être énorme.

 

Les plantes biotechnologiques qui ont une biomasse plus résistante peuvent être très utiles. Les pédologues et les phytotechniciens doivent travailler ensemble pour concevoir des plantes qui pourraient y parvenir.

 

 

Qu'est-ce que cela signifie pour vous d'être le lauréat du Prix Mondial de l'Alimentation de cette année [2020] ? Et lorsque vous réfléchissez à votre travail et au chemin parcouru par l'industrie, qu'est-ce que le Prix Mondial de l'Alimentation vous fait penser à propos de l'avenir ?

 

Je vous remercie. Je suis très chanceux d'être nommé lauréat 2020, 50 ans après le prix Nobel de la Paix de Norman Borlaug. Mais c'est vraiment plus que cela. C'est une reconnaissance des agriculteurs du monde entier et de leur importance. Ils sont les plus grands gardiens des ressources naturelles et des terres. C'est une reconnaissance du lien entre le sol et l'environnement, et entre la santé du sol et la santé humaine. C'est la reconnaissance du fait que la santé des sols est essentielle à la paix, à la stabilité et à la tranquillité dans le monde.

 

° o 0 o °

 

Au cours des 50 dernières années, les travaux du Dr Lal ont aidé plus de 500 millions de petits exploitants agricoles, amélioré la sécurité alimentaire et nutritionnelle de plus de deux milliards de personnes et sauvé des centaines de millions d'hectares d'écosystèmes tropicaux naturels. Pour en savoir plus sur d'autres experts de premier plan qui travaillent à faire progresser la santé des sols, cliquez ici.

 

____________

 

* Source : Dr. Rattan Lal on Soil Health, Plant Science and Food Security | CropLife International

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Quel dommage de reproduire une erreur de traduction ancienne mais largement répandue, et qui entretient en France une confusion proche du contre-sens !
No-Till ne se traduit définitivement pas par Sans Labour...
Till ou tillage veut dire travail du sol et non pas labour (ploughing)
Donc No Till, c’est « non travail du sol ».

le Sans Labour ou Non Labour: et bien,… c’est le fait de ne pas labourer !
Et je vous garantis qu’on peut pratiquer le non labour et travailler intensivement le sol !
avec des disques, des dents, inclinés, crantés, de taille, forme et diamètre variables… mais sans retournement. Le génie humain (et l’industrie du machinisme) est assez remarquable pour ce faire et semble devoir inventer toujours des nouveautés !
Des sols en Sans-Labour peuvent être bien abimés et aussi sensibles à l'érosion que des sols labourés.

Pour protéger les sols, notamment contre l'érosion, il faut les couvrir en permanence et ne pas les déstructurer par le travail du sol mécanique (comme en forêt ou dans une prairie).
Ajoutez le pilier de la diversité des espèces et vous avez l'Agriculture de Conservation des Sols !

http://www.fao.org/conservation-agriculture/fr/
Répondre
C
Oops, wrong place.:-)
this comment was intended for ;
https://seppi.over-blog.com/2021/02/les-pratiques-de-sans-labour-dans-les-zones-vulnerables-reduisent-radicalement-l-erosion-des-sols.html#ob-comment-ob-comment-103321196