Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Des chercheurs de Virginia Tech estiment que l'élimination des vaches laitières aurait un impact minimal sur les émissions de gaz à effet de serre

1 Février 2021 , Rédigé par Seppi Publié dans #élevage

Des chercheurs de Virginia Tech estiment que l'élimination des vaches laitières aurait un impact minimal sur les émissions de gaz à effet de serre

 

Virginia Tech Daily*

 

 

 

 

Selon des chercheurs de Virginia Tech**, le retrait des vaches laitières des États-Unis ne réduirait que légèrement les émissions de gaz à effet de serre tout en diminuant l'apport en nutriments essentiels.

 

 

L'industrie laitière aux États-Unis est massive. Elle répond aux besoins alimentaires de la grande majorité de la population.

 

Cette même industrie contribue également à environ 1,58 % des émissions totales de gaz à effet de serre du pays. Une solution couramment proposée pour réduire la production de gaz à effet de serre a été de réduire ou d'éliminer cette industrie au profit de la production végétale.

 

Une équipe de chercheurs de Virginia Tech a voulu découvrir l'impact réel que ces vaches ont sur l'environnement.

 

Les chercheurs ont trouvé qu'éliminer les vaches laitières de l'industrie agricole américaine ne réduirait les émissions de gaz à effet de serre que d'environ 0,7 % tout en diminuant considérablement l'approvisionnement en nutriments essentiels pour l'homme.

 

« Il y a des impacts environnementaux associés à la production de nourriture, point barre ! L'industrie laitière a bien un impact environnemental, mais si vous le considérez dans le contexte de l'ensemble de l'industrie américaine, il est plutôt minime », a déclaré Robin White, professeur associé au Département des Sciences Animales et Avicoles et membre de l'équipe de recherche. « À cet impact minimal est associé un apport très important de nutriments de haute qualité, digestibles et bien équilibrés pour la consommation humaine. »

 

M. White faisait partie d'une équipe qui comprenait des scientifiques du Centre de Recherche sur les Fourrages Laitiers des États-Unis, qui fait partie du Département Américain de l'Agriculture, et qui a soutenu Dairy Management Inc. qui a examiné quelques scénarios différents pour le bétail laitier aux États-Unis, lesquels tenaient compte des pratiques de gestion actuelles, de la mise à la retraite des vaches et du dépeuplement [réduction du nombre de vaches] de l'industrie agricole américaine.

 

L'équipe de M. White a examiné l'impact environnemental et nutritionnel de trois scénarios différents.

 

Les émissions de gaz à effet de serre sont restées inchangées dans le scénario de gestion du troupeau dans lequel le bétail devient une industrie uniquement d'exportation et l'approvisionnement en nutriments disponibles diminue. Dans ce scénario économiquement réaliste, l'industrie reste similaire à ce qu'elle est aujourd'hui, mais les États-Unis ne bénéficient plus des nutriments consommables par l'homme que fournissent les vaches laitières.

 

Le scénario dans lequel les vaches sont mises à la retraite – où les vaches vivent le reste de leur vie dans des pâturages ou en liberté – a entraîné une réduction de 12 % des émissions agricoles et les 39 nutriments considérés ont tous diminué.

 

Le scénario de dépeuplement – où les vaches sont abattues – a entraîné une réduction de 7 % des émissions agricoles. Trente des 39 éléments nutritifs ont augmenté dans le cadre du scénario de dépeuplement, bien que plusieurs éléments nutritifs essentiels aient diminué.

 

Un facteur important dans tous les scénarios est l'utilisation des terres qui doivent être gérées après le retrait des vaches. L'impact sur l'industrie en aval doit être pris en compte dans les résultats des scénarios. Par exemple, un pâturage qui était autrefois utilisé pour le bétail ne serait plus utilisé pour cette ressource. Les surfaces utilisées pour les céréales, les engrais et autres changeraient également de fonctionnalité.

 

« L'utilisation des terres a été un point central dans tous les scénarios de retrait des animaux car les hypothèses sur la façon d'utiliser les terres rendues disponibles si nous retirons le bétail laitier influencent grandement les résultats des simulations », a déclaré M. White. « Si le bétail laitier n'est plus présent dans l'agriculture américaine, nous devons prendre en compte les effets en aval, comme l'affectation des pâturages et des terres céréalières précédemment utilisées pour la production d'aliments pour animaux laitiers, l'élimination des sous-produits alimentaires et l'approvisionnement en engrais. »

 

Les plantes ont longtemps été considérées comme une méthode plus renouvelable pour obtenir des nutriments essentiels pour l'homme, mais cela nécessite de cultiver la terre, ce qui produit également des émissions.

 

Une des raisons majeures pour lesquelles l'impact des vaches laitières sur l'environnement est minime est due aux progrès réalisés dans l'industrie au cours des 50 dernières années, a déclaré M. White. Comme pour la plupart des industries, l'efficacité s'améliore avec le temps. Pour produire le même milliard de kilogrammes de lait en 2007 qu'en 1944, il n'a fallu que 21 % des animaux, 23 % des denrées alimentaires, 35 % de l'eau et seulement 10 % des terres.

 

Pour M. White, il s'agissait d'une extension des recherches précédentes menées en 2017 sur la réduction du nombre d'animaux dans l'agriculture américaine et les impacts associés sur la nutrition et les gaz à effet de serre.

 

___________

 

* Source : Virginia Tech researchers find that removal of dairy cows would have minimal impact on greenhouse emissions | Virginia Tech Daily | Virginia Tech (vt.edu)

 

** Contributions of dairy products to environmental impacts and nutritional supplies from United States agriculture, D.L. Liebe, M.B. Hall, R.R. White

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
La production laitière aux états unis est en constante augmentation.un peu plus de 4 fois la production Française .Heureusement qu'ils font des études pour contre dire toutes ces désinformations anti élevage.Depuis l'arrivée des quotas laitiers en France en 1984 le troupeau laitiers français a été plus que divisé par 2! .Le total bovins laitiers et viande est inférieur de 30% a celui de 1983.Mais pour les escrolos ,agence ,ministères et cie ont fait exprés d'ignorer les chiffres de 1983 et on ne regarde que 1990 où le cheptel vu la réduction des quotas (8%) avait déjà globalement baissé de 20%.
Répondre
D
cette approche m'a toujours étonné: début du XIX, on estimait le nombre de bisons à 50/70 millions de têtes!
Le cheptel bovin US actuel (race à viande + laitières) est au alentour de 90 millions de têtes (tout âge confondu), avec 30 millions de vaches allaitantes et 9 millions de vaches laitières.
cela permet de relativiser les chiffres brandis par certains sur l'impact de l'élevage sur les GES (si tant est que cela ait un sens).
Quand on voit les marges d'erreur de ces savants calculs, ça ne mérite que la poubelle.
Ces comptes d'apothicaires sont clairement de la pseudo science qui n'ont qu'une finalité idéologique.
Répondre