Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Regarder 2020 comme un verre à moitié plein

3 Janvier 2021 , Rédigé par Seppi Publié dans #Divers

Regarder 2020 comme un verre à moitié plein

 

Edgard Ramirez*

 

 

 

 

L'année 2020 a présenté des défis imprévus dans le monde entier. Mais si nous voulons voir le verre à moitié plein, nous devons aussi nous souvenir de nos bénédictions – et peut-être que dans des moments difficiles comme ceux-ci, nous avons une obligation particulière de reconnaître les choses qui sont bien dans nos vies.

 

Il est vrai que 2020 a été une année difficile. C'est l'année où nous avons découvert que, peu importe si les choses allaient mal, elles pouvaient toujours devenir pires.

 

Nous avons souffert de la pandémie de Covid-19, des fermetures économiques et des troubles politiques.

 

Tout le monde ou presque se réjouit de voir 2020 entrer dans les livres d'histoire.

 

Mais nous vivons aussi une époque de technologie miraculeuse : moins d'un an après que la plupart d'entre nous ont entendu le mot « coronavirus » pour la première fois, l'aide est en route. Des vaccins sont en cours d'acheminement. Les générations précédentes n'ont pas connu un tel succès. Elles ont subi et souffert alors que les maladies suivaient leur cours mortel.

 

Personnellement, je suis reconnaissant que ma famille soit en bonne santé, y compris mes parents.

 

Je ne veux pas minimiser nos difficultés. Ici, en Argentine, nous avons dû limiter considérablement nos interactions avec nos familles et nos amis. Les conditions d'incertitude et de peur permanentes sont préoccupantes. Toutes les écoles ont fermé sans que nos enfants ne reçoivent une éducation appropriée.

 

Dans notre ferme, nous devons faire face à une sécheresse qui rend difficile la culture du maïs et du soja. Alors que nous essayons de semer nos cultures – c'est la fin du printemps dans l'hémisphère sud – nous devons faire face à des précipitations qui représentent 60 % de leur niveau normal et à des températures qui ont grimpé en flèche au-dessus de 40° Celsius. Le problème est plus complexe du fait que nous sortons de saisons qui ont également été sèches.

 

Au moins, nous pouvons travailler. Les fermetures dues à la Covid-19 n'ont pas affecté les bases de ce que nous faisons à la ferme. Les gouvernements du monde entier ont forcé de nombreuses entreprises à fermer ou à réduire leurs activités. En Argentine, avec un permis personnel, les agriculteurs continuent cependant à travailler. La production alimentaire doit continuer car nous avons tous besoin de manger.

 

C'est une autre chose à garder à l'esprit : malgré tous les défis de cette année, qui ont notamment entraîné des perturbations dans les chaînes d'approvisionnement de l'industrie alimentaire, notre résilience fondamentale nous a permis de maintenir un niveau essentiel de sécurité alimentaire. Les choses pourraient très facilement être bien pires. L'histoire est pleine de famines.

 

L'agriculture sans labour a amélioré notre situation en Argentine. Parce que nous ne suivons pas la pratique agricole traditionnelle qui consiste à labourer les sols, nous les aidons à conserver l'humidité et les nutriments nécessaires à la croissance et à la maturité des cultures. Cela signifie que notre situation est bien meilleure qu'elle ne l'aurait été à une époque antérieure.

 

L'un de mes objectifs personnels en tant qu'agriculteur est de partager la stratégie de l'agriculture sans labour avec d'autres agriculteurs. En tant que membre de l'Association Argentine des Agriculteurs Sans Labour, dont l'acronyme en espagnol est « Aapresid », j'ai travaillé pendant plusieurs années pour faire connaître ce concept aux producteurs africains. Dans Aapresid, nous disons et croyons que personne n'en sait plus que nous en savons tous ensemble.

 

Bien que la pandémie nous ait empêchés de traverser l'océan, comme nous l'avons fait auparavant, nous communiquons toujours avec des agriculteurs et des techniciens au Ghana, en Guinée-Conakry et en Afrique du Sud. Je ne connais personne qui préfère les réunions virtuelles aux réunions en personne, mais nous devrions tous être heureux de disposer de technologies qui rendent la distance plus courte et nous permettent de continuer à apprendre les uns des autres.

 

Il est important de se rappeler que l'Argentine et l'Afrique ne sont pas les mêmes. Ce n'est pas parce que quelque chose fonctionne dans la pampa qu'il en sera de même dans les savanes. Pourtant, je continue à croire que certaines de nos approches de l'agriculture peuvent faire la différence là-bas, en orientant les Africains vers la durabilité économique et environnementale.

 

Ils peuvent certainement apprendre de nos erreurs. Alors que les Africains envisagent d'adopter la production agricole sans labour et les cultures de couverture, j'aime leur raconter toutes les bourdes que nous avons commises au cours de notre histoire en adoptant ces stratégies et en les affinant au fil des ans. Cet échange d'informations et d'expériences nous rend tous meilleurs producteurs de denrées alimentaires, même en une année comme 2020.

 

« Aller en Afrique est un apprentissage permanent ! » disent les Africains. « Si vous voulez partir rapidement, allez-y seul. Si vous voulez aller loin, allez-y à plusieurs ! »

 

La possibilité de voir les défis de l'Afrique en apprenant à la première personne leur culture, leurs pensées et leur époque me fait penser à ce que nous avons en Argentine et dans le monde développé, où l'eau potable, l'électricité et le wifi sont des caractéristiques ordinaires de la vie. En Afrique, ce n'est pas le cas. Et parfois, lorsque je commence à regarder 2020 comme un verre à moitié vide, je dois m'arrêter et me rappeler que d'autres aspirent à profiter des avantages que nous avons aujourd'hui.

 

Et je me dis aussi que 2021 sera bientôt là.

 

___________

 

Edgard Ramirez, agriculteur, Argentine

 

Agriculteur, agronome et conseiller produisant du soja, du maïs, du blé sur 275 hectares. Il dirige un programme international visant à transférer la technologie de la culture sans labour en Afrique, en commençant par le Ghana et la Guinée, où on cultive du maïs et du soja.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

jean 03/01/2021 15:04

Un collègue m'a écrit 2020 enfin fini ,vivons d'espoirs pour 2021 le 1° janvier.dans ma réponse 2020 c'est le prix nobel a une française dont les découvertes permettent beaucoup de progrès dont cette rapidité a sortir des vaccins et des guérisons de maladies géniques.Si la recherche n'est pas muselée par le malthusianisme bobo écolo notre humanité a encore un bel Avenir.
ps merci a SEPPI pour toutes les infos qu'il nous donne.et meilleurs voeux a tous

Maître Folace 04/01/2021 17:01

Bon ben c'est pas gagné Jean, Mélenchon (expert en vaccins car il achète régulièrement des surgelés) vient de proclamer que le vaccin à ARNm est de la "thérapie génique" et qu'il est moins risqué de se fournir en Chine, en Russie et à Cuba. Tant de négation des progrès de la science dans un pays qui a été si longtemps à la pointe de la recherche dans de nombreux domaines, tant de balles tirées dans nos deux pieds, je ne comprends plus où on va.

un physicien 03/01/2021 12:32

Trouvé dans Wikipedia :
Le 11 janvier, les autorités chinoises diffusent la séquence génétique des protéines du coronavirus, et le 13 janvier, l'équipe de recherche de Moderna, associée aux instituts américains de recherche sur la santé (NIH), finalise la séquence de son vaccin contre la Covid-19, l'ARNm-1273. "Le vaccin a été fait en deux jours, sur ordinateur, sans jamais avoir le virus, explique en mars le PDG français de Moderna therapeutics Stéphane Bancel .
Deux jours !
La science a parfois du bon.

Maître Folace 03/01/2021 17:14

Voilà ce qu'en dit quelqu'un payé depuis des lustres avec notre argent:
Nous considérons par ailleurs que c’est une bonne chose que la Commission ait pu s’engager et coordonner à l’échelle européenne la signature des accords d’achats anticipés de futurs vaccins. Nous avons besoin de vaccins réellement sûrs et efficaces et non de vaccins OGM développés à la va-vite. Ce n’est pas le moment de permettre aux multinationales pharmaceutiques de manipuler les marchés avec la complicité de l’argent public, de limiter leur responsabilité, de dissimuler les effets indésirables ou de conclure à huis clos des accords lucratifs avec les institutions européennes.
Un seul commentaire: consternant