Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Rapport d'une mission parlementaire : « L'interdiction du glyphosate pèsera lourdement sur les exploitations agricoles », sur LCP

3 Janvier 2021 , Rédigé par Seppi Publié dans #Glyphosate (Roundup), #Politique

Rapport d'une mission parlementaire : « L'interdiction du glyphosate pèsera lourdement sur les exploitations agricoles », sur LCP

 

Glané sur la toile 629

 

 

(Source)

 

 

Avec « L'interdiction du glyphosate pèsera lourdement sur les exploitations agricoles », LCP a produit un compte rendu assez détaillé de la restitution des travaux de la mission d'information de l'Assemblée Nationale "sur le suivi de la stratégie de sortie du glyphosate" faite mardi 15 novembre 2020 par les co-rapporteurs Jean-Luc Fugit et Jean-Baptiste Moreau (LaREM).

 

C'est une lecture édifiante sur le panurgisme et le manque de courage de la majorité parlementaire, et déprimante.

 

Plutôt que de recommander de tirer la prise sur une déclaration intempestive du Président Emmanuel Macron,

 

« Les rapporteurs veulent aller plus loin et "demandent à ce que les autorisations délivrées en 2020 par l’Anses puissent être revues d’ici 2022 en cas d’élément scientifique nouveau ou de découverte d’une nouvelle alternative". »

 

Comme si on allait trouver un « élément scientifique nouveau » qui condamnerait le glyphosate ou une « nouvelle alternative » en l'espace de deux ans...

 

 

Source : Agriculture et Environnement

 

Tout cela dans un contexte de cata annoncée :

 

« "Les agriculteurs ont conscience qu'il est désormais indispensable de faire évoluer les pratiques", a précisé mardi le président de la mission d'information, Julien Dive. Dans leur rapport, Jean-Baptiste Moreau et Jean-Luc Fugit reconnaissent toutefois que l'interdiction progressive du glyphosate créera des "surcoûts" parfois "conséquents" pour le monde agricole, "selon les types de culture et les pratiques culturales".

 

"Le coût total pour la filière céréalière française serait de 950 millions d'euros", a ainsi déploré Josiane Corneloup (Les Républicains). "Il est faux de penser que l'abandon du glyphosate permettra de créer de la valeur pour nos agriculteurs", a expliqué mardi Jean-Baptiste Moreau. "L'interdiction du glyphosate pèsera lourdement sur les exploitations agricoles", a ajouté le co-rapporteur.

 

Mais ils ont une solution :

 

« Les parlementaires proposent donc de les accompagner [les agriculteurs] encore davantage en créant un crédit d'impôt. »

 

En butinant dans le rapport de la mission, nous sommes tombés sur ceci :

 

« le LAMS reconnaît par ailleurs que la conversion en agriculture biologique est très difficile avec un sol "sale". M. Claude Bourguignon souligne que les céréaliers qui ont réussi cette réforme sont d’abord passés par une agriculture conventionnelle faiblement utilisatrice de glyphosate afin de nettoyer le sol ».

 

Un avis les porte-voix du bio et porte-flingue du biobusiness ?

 

La mission a aussi auditionné les ministres François de Rugy et Didier Guillaume ; ainsi que Mme Brune Poirson.

 

Qu'ont-ils retenu de M. François de Rugy ?

 

« Interrogé dès la première audition de la mission, M. François de Rugy, ministre de la transition écologique et solidaire indiquait, le 8 novembre 2018, que "800 000 tonnes de glyphosate [étaient] utilisées dans le monde, dont 8 800 [étaient] vendues en France [en 2017]. Le glyphosate est [...] le premier herbicide dans notre pays. Les quantités de glyphosate vendues ont augmenté fortement entre 2009 et 2014, puis baissé de 7 % entre 2014 et 2017. En 2014, 9 500 tonnes de glyphosate étaient vendues en France sur 27 000 tonnes d’herbicides, soit environ un tiers". »

 

Qu'ont-ils retenu de M. Didier Guillaume ? Rien !

 

Qu'ont-ils retenu de Mme Brune Poirson ? Rien !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Justin 03/01/2021 16:26

Mr Bourguignon... la bonne blague...

Marc FAURE 03/01/2021 16:15

Bonjour, vous citez Mrs Bourguignon, De Rugy et Mme Poirson : Mr Bourguignon, qui a été rétribué par nos impôts quand il était à l'INRA, puis qu'il a quitté pour fondé son entreprise a bien été content de trouver des "pigeons" loin de la France; son expertise étant loin de la réalité. Mr De Rugy est un éminemment parlementaire avide de mandats et de frais parlementaires sur lequel il ne paie pas d'impôts et il n'a aucune justification scientifique ou agricole; idem pour Mme Poirson. Ces gens là n'aucune valeur et n'ont jamais rien fait de concret dans leur vie, si ce n'est de la politique uniquement pour leur petite personne. Dehors !

Il est là, fils spirituel de Seppi 04/01/2021 22:03

Ne vous inquiétez pas, M Faure, Seppi sait très bien quel phénomène est M Bourguignon. Mais le citer est une bonne idée. Les biotausaurus se basent souvent sur les travaux de M Bourguignon pour dire qu'il est possible de passer de l'agriculture scientifique au bio en deux jours, cette citation leur rappelle que le bio n'est pas si simple et inefficace s'il renonce aux outils modernes comme les pesticides.

Seppi 03/01/2021 16:44

@ Marc FAURE le dimanche 03 janvier 2021 à 16:15

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Il me semble qu'il faut rendre à Brune Poirson... Elle a travaillé pour Véolia, notamment en Inde.