Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Ce que les cultures de couverture nous ont apporté

30 Janvier 2021 , Rédigé par Seppi Publié dans #Agronomie

Ce que les cultures de couverture nous ont apporté

 

Risa DeMasi, co-fondatrice de GO SEED, AGDAILY*

 

 

Ma note : cet article déborde du cadre des cultures de couverture au sens strict.]

 

 

Jon Bansen de Double J Jerseys (image : GO SEED)

 

 

A l'approche de Noël, nous allons bientôt échanger des cadeaux avec nos proches. Alors que nous faisons le point sur une autre année de travail avec les producteurs, les chercheurs et les experts techniques pour intégrer les cultures de couverture dans divers systèmes, de nombreux cadeaux qu'ils apportent à la filière agricole ne sont pas passés inaperçus.

 

De l'allongement des saisons de pâturage à la réduction des factures d'aliments pour animaux et d'engrais, les bonnes pratiques en matière de cultures de couverture peuvent améliorer la productivité à long terme et contribuer à créer une entreprise plus globale et plus rentable.

 

Ci-dessous, des agriculteurs, des chercheurs et des experts en cultures de couverture nous font part des cadeaux faits par les cultures de couverture dont ils sont le plus reconnaissants pour cette année.

 

 

Réduction des intrants

 

Il y a treize ans, David Holste, de Holste Farms près de Dieterich, dans l'Illinois, a commencé à incorporer des cultures de couverture dans la ferme familiale de maïs et de soja de près de 400 hectares pour améliorer la santé du sol. Ce qui a commencé par 32 hectares de seigle en interculture entre le maïs et le soja est depuis passé à un système de culture sans labour complet, les cultures de rente étant implantées « en vert » dans une culture de couverture vivante et sur pied.

 

En installant un semoir pneumatique sur leur moissonneuse-batteuse à tablier de 35 pieds (10,67 mètres), les agriculteurs de la Holste épandent des semences de cultures de couverture à la volée pendant qu'ils coupent le soja, ce qui permet au champ d'avoir une culture établie toute l'année. Non seulement cela réduit la circulation dans les champs, mais cela réduit aussi considérablement les besoins en main-d'œuvre.

 

« Avant le maïs, nous avons commencé à implanter du trèfle afin que, lorsqu'il arrive à maturité, il libère suffisamment d'azote pour avoir un impact sur nos coûts d'engrais sans compromettre les rendements. En ayant une culture établie dans le champ toute l'année, nous avons également constaté une énorme réduction de nos problèmes d'érosion et de mauvaises herbes. » – David Holste

 

 

Exploiter une génétique améliorée

 

Tout comme l'amélioration des variétés de maïs ou de soja, de nombreux investissements et recherches ont été consacrés à la mise au point de variétés de plantes de couverture présentant des caractéristiques améliorées en termes de performance et d'uniformité – une chose à laquelle Jerry Hall, directeur de la recherche de GO SEED, a consacré sa carrière.

 

Lors d'un récent essai mené par l'Université de l'État du Mississippi, les chercheurs ont évalué la disponibilité de l'azote, la suppression des mauvaises herbes et la couverture du sol sur 90 jours de plus de 30 variétés de plantes de couverture différentes dans quatre stations de recherche différentes. Implantées au cours de la première semaine d'octobre, les cultures de couverture ont été interrompues le 15 mars et le 1er avril afin d'évaluer les effets sur la maturité.

 

Dans l'ensemble, les chercheurs ont constaté que la production totale d'azote de la biomasse de surface augmentait de 19 et 27 % dans deux des endroits où l'arrêt avait été retardé de deux semaines. En conséquence, les variétés incluses dans l'essai qui ont été délibérément sélectionnées pour une maturité plus tardive ont eu un avantage significatif sur les variétés à maturité plus précoce. En examinant les 13 variétés différentes de trèfle utilisées dans le cadre de l'essai, le trèfle le plus tardif a fixé 208 kg d'azote par hectare, alors qu'une variété moins performante ne fixait que 46 kg d'azote par hectare.

 

Bien qu'il faille noter que les notations de suppression des mauvaises herbes (1 = aucune suppression, 10 = suppression totale des mauvaises herbes) ont varié dans les quatre stations de recherche, il y avait des différences marquées entre les variétés au sein de certains groupes d'espèces à chaque endroit. Dans l'une des stations, la variété de pois d'hiver la plus performante a obtenu un indice de suppression des mauvaises herbes de 7, tandis que la variété la moins performante a obtenu un indice de 4.

 

« Que vous sélectionniez une légumineuse ou un ray-grass annuel, il est essentiel de faire des sélections basées sur la performance des caractères et sur ce qui fonctionnera dans votre environnement pour tirer le meilleur parti de votre culture. En utilisant des variétés améliorées, vous pouvez tirer profit de caractéristiques spécifiques – qu'il s'agisse de la suppression des mauvaises herbes, de l'apport d'azote ou des dates de maturité – qui serviront de solutions à vos problèmes particuliers. En utilisant des semences tout venant (variety not declared – VNS) ou une variété standard de l'industrie qui n'est pas soumise à un contrôle de qualité, vous commencez votre système de culture de couverture sur le mauvais pied avant même qu'elles ne soient mises en terre. Les solutions et les connaissances sur la façon de les utiliser sont disponibles et s'améliorent chaque jour. »Jerry Hall

 

 

Fournir une couverture végétale dans des conditions moins qu'idéales

 

Il n'y a pas beaucoup de cultures qui survivent à des conditions de saturation continue dues à des inondations régulières. Chris Herring, de Columbus, dans le Mississippi, a trouvé une solution qui lui permet de fournir un fourrage de haute qualité dans des parcelles utilisées pour la production de cerfs pour la chasse aux trophées, tout en survivant dans un champ qui a été inondé plus de 21 fois en neuf mois.

 

« Nous utilisons une variété améliorée de trèfle qui a prospéré dans des conditions de saturation qui ont historiquement noyé les autres cultures. Cela est dû en partie à ses racines pivotantes, qui peuvent atteindre plus d'un pied de long, qui maintiennent le sol en place et améliorent les conditions de nos sols les plus lourds. En prime, la culture produit une grande quantité de biomasse à 20-25 % de protéines, ce qui est idéal pour faire de gros profits»Chris Herring

 

 

Réduire les coûts des aliments pour animaux

 

Au cours des 20 dernières années, Jon Bansen, de Double J Jersey's près de Monmouth, dans l'Oregon, est passé d'une alimentation qui absorbait 50 % du budget annuel de l'exploitation à une alimentation qui n'en représente plus que 10 %. En trayant 175 vaches jersiaises et en élevant 125 jeunes animaux de remplacement dans sa ferme de 260 hectares de prairies, la majorité de l'alimentation de la ferme est constituée de fourrage pâturé.

 

Pour que cette transition se fasse sur le papier et dans l'environnement unique de la ferme, Jon a utilisé des mélanges à pâturer composés de plus de 10 espèces différentes avec des graminées, des dicotylédones, des plantes aromatiques et des légumineuses pour prolonger la saison de pâturage.

 

« Pour être vraiment rentable sur une exploitation laitière en pâturage, 50 % de l'alimentation pour toute l'année doit provenir du pâturage. Ainsi, si vous nourrissez les vaches à 100 % avec des aliments stockés pendant les mois d'hiver, la partie pâturée au printemps, en été et en automne doit être de l'ordre de 80 à 90 % pour atteindre cet objectif. Au lieu de faire brouter des couvertures drues pendant notre rotation de 30 jours, nous sortons les vaches quand l'herbe est encore haute d'au moins 12 cm pour conférer aux peuplements une plus grande longévité. La combinaison de la diversité des espèces et de la stratégie de pâturage nous a permis d'allonger la saison de pâturage et de réduire les besoins en eau d'irrigation de deux semaines de chaque côté de la saison. »Jon Bansen

 

 

La couverture de vos actifs

 

De tous les cadeaux que les cultures de couverture apportent, le plus important est la façon dont elles contribuent à la santé des sols, explique Brent Jones, responsable de la ferme de recherche de GO SEED dans l'Iowa. Les cultures de couverture vont permettre d'améliorer le sol en surface et en profondeur, la biomasse agissant comme une barrière protectrice entre le sol et les conditions environnementales difficiles, ce qui permet de réinjecter de la matière organique dans le sol au fur et à mesure de la décomposition des cultures. L'augmentation de la matière organique retournée dans le sol va également nourrir les microbes, contribuant ainsi à l'amélioration de la santé et de la fertilité des sols.

 

« Selon le type d'espèces de votre mélange d'espèces de couverture, votre champ peut bénéficier d'apports en nutriments au fur et à mesure de la décomposition de la culture de couverture. En plus de la biomasse, les structures racinaires étendues de certaines espèces de plantes de couverture aideront à maintenir le sol en place pour empêcher l'érosion éolienne et éventuellement l'érosion par la pluie. Le même effort de collaboration entre les racines et la biomasse permettra également de réduire le lessivage des éléments nutritifs en séquestrant des éléments comme l'azote dans la culture de couverture, ce qui le rendra disponible pour les cultures futures. À eux seuls, ces avantages contribueront grandement à la protection des sols – votre atout le plus précieux – tout en jetant des bases solides et productives pour l'avenir de votre entreprise. »Brent Jones

 

 

Recevoir vos propres dons de plantes de couverture

 

Si vous voulez recevoir vos propres cadeaux des cultures de couverture ou améliorer la façon dont elles fonctionnent déjà dans votre système, l'étape la plus importante est de consacrer du temps à vous informer sur ce qui fonctionnera le mieux pour votre entreprise.

 

Lisez des publications qui partagent des connaissances techniques et des histoires de producteurs, participez à des appels Zoom en soirée avec des marchands de semences qui discutent de différentes pratiques, lisez les résultats des recherches et des essais agricoles dans votre région sur la carte d'information sur les cultures de couverture, et passez la tête par-dessus la clôture du voisin pour savoir ce qu'il fait.

 

Les cadeaux que les cultures de couverture peuvent offrir à votre entreprise sont innombrables.

 

______________

 

* Source : Cover Crop Corner: What cover crops have gifted us | AGDAILY

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

un physicien 30/01/2021 18:38

Mieux on connait les processus, plus on peut obtenir de l'agriculture et plus on peut laisser de place à la nature sauvage.