Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Point de vue : L'agriculture urbaine peut-elle apporter de réelles solutions à l'insécurité alimentaire ?

26 Décembre 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #agriculture urbaine

Point de vue : L'agriculture urbaine peut-elle apporter de réelles solutions à l'insécurité alimentaire ?

 

Jonathan Lawler, AGDAILY*

 

 

Image : Joshua Resnick, Shutterstock

 

 

L'agriculture urbaine est indéniablement une tendance croissante. Mais ce n'est pas non plus une nouveauté. J'ai un livre datant de la fin des années 1800 qui traite du jardinage sur les terrains urbains à Londres et de la manière de produire des aliments dans un espace très limité dans un environnement urbain. Et qui ne se souvient pas des célèbres jardins de la Victoire aux États-Unis pendant la Première et la Seconde Guerre mondiales ? Les jardins familiaux existent dans le monde entier depuis des siècles. L'idée de nourrir sa famille et sa communauté, même lorsqu'il n'y a pas d'accès à un terrain, témoigne de la volonté de l'humanité de produire et de fournir les produits de première nécessité pour survivre.

 

J'ai participé à de nombreux projets dans des villes, des petites villes, des banlieues en expansion, etc., qui correspondent à la définition de l'agriculture urbaine. Un de mes projets préférés a été l'installation de jardins sur des terrains d'Habitat for Humanity (habitat pour l'humanité) dans une ville située juste au sud de la mienne. Un terrain en particulier était en face d'un centre pour personnes âgées. Un homme du nom de M. Byrne vivait à quelques maisons du jardin et du centre pour personnes âgées. Il s'est arrêté pendant la mise en place du projet pour en savoir plus. Nous lui avons dit ce que nous faisions, et il nous a confié que, même à 92 ans, il serait plus qu'heureux de « garder un œil sur les choses » et de s'occuper du jardin. Sa femme était décédée un an plus tôt, et je peux dire qu'il était impatient de trouver quelque chose pour passer le temps. J'étais également très confiant dans sa capacité à faire le travail. Il avait servi pendant la Seconde Guerre Mondiale dans la 25e Division d'infanterie, et j'étais assez certain qu'il pouvait s'occuper des opérations au jardin. Pendant que nous étions là-bas, les personnes âgées se rendaient au jardin et partageaient des souvenirs de leur propre jardin et des conseils sur la culture. Elles pouvaient aussi rapporter la récolte chez eux.

 

Des années plus tard, je me souviens encore de M. Byrne et de ce que ce jardin représentait pour lui et pour les gens de sa communauté.

 

 

 

 

Je vous dis cela parce que le lien avec la communauté est un aspect si important de l'agriculture urbaine. Mais je tiens également à souligner que la plupart des gens pensent aux jardins communautaires lorsque le sujet de l'agriculture urbaine est abordé. Je pense que pour la plupart, les jardins communautaires existent comme une entreprise sociale, une opportunité de rassembler les gens, et que certains de ces jardins ont beaucoup de succès alors que d'autres ne produisent tout simplement pas beaucoup en termes de rendement ou d'engagement.

 

Y a-t-il une possibilité de produire suffisamment pour nourrir une communauté dans un paysage urbain ? À mon avis, oui, si cela est fait correctement. L'agriculture verticale et les fermes hydroponiques d'intérieur réalisées à l'échelle sont assez impressionnantes. Cependant, elles sont également limitées dans la variété de fruits et légumes qu'elles peuvent produire. Malheureusement, même avec le bien que j'ai vu dans ces projets, il y a toujours une abondance de désinformation.

 

 

L'agriculture urbaine au milieu de la « Big Ag »

 

Ce que j'entends constamment, c'est que l'agriculture urbaine est présentée comme une sorte d'alternative à « Big Ag » ou à la monoculture. Il existe un maillage de termes agricoles qui conduit à la diffusion de fausses informations et à une compréhension de base erronée de l'agriculture. Je ressens constamment le besoin de rappeler aux gens que « biologique » ne signifie pas qu'aucun produit chimique n'est utilisé, que les « variétés sans pépins » ne sont pas le résultat du génie génétique moderne (ou « OGM »), qu'il n'y a pas de « sans produits chimiques » et que Monsanto (c'est Bayer maintenant !) ne « glisse » pas des semences génétiquement modifiées dans des paquets de semences à la jardinerie locale. Pourtant, ces idées sont perpétuées dans un cadre éducatif. Des agriculteurs urbains m'ont dit qu'ils ne veulent pas planter seulement une ou deux variétés (pour assurer un rendement important) sur un petit terrain parce qu'ils sont « contre la monoculture ». Ouah ! D'ACCORD.

 

J'ai vu le commentaire suivant sur une page populaire de l'agriculture urbaine que je suis :

 

« Ce serait bien si nous pouvions recommencer à cultiver des fruits et des légumes d'antan avec des graines au lieu de manger des ordures sans graines et OGM que notre gouvernement nous donne. »

 

Ce qui me dérange le plus, c'est la désinformation. Sans une éducation appropriée et une bonne compréhension de la science qui sous-tend la production des aliments, il est impossible de faire une projection précise de ce qui est possible ; cela conduit à une mauvaise interprétation de l'efficacité ultime des mesures en matière d'accès à la nourriture et d'insécurité alimentaire. Vous ne pouvez pas nourrir quelqu'un avec vos sentiments.

 

 

 

 

Vous pouvez trouver exemple après exemple de la façon dont le prochain projet d'agriculture urbaine est révolutionnaire. Regardez les organisations se préoccupant d'alimentation saine et ces documentaires sur l'alimentation qui suscitent des gémissements et tentent de peindre l'agriculture moderne dans toutes les nuances de sombre possibles. Des « fermes » sur les toits aux micro-espaces verts hydroponiques dans un espace industriel abandonné.

 

L'agriculture conventionnelle est tellement vilipendée qu'il est presque impossible d'avoir des conversations. Cela est particulièrement vrai dans un environnement urbain, où l'on entend régulièrement dire que les urbanistes et les architectes paysagistes ont une influence tellement plus grande sur l'accès à la nourriture que les « grands acteurs » de notre système alimentaire. Lorsque j'ai créé Brandywine Creek Farms, je voulais faire partie de ce secteur de l'accès à la nourriture. Une part importante du problème de l'insécurité alimentaire est l'accès – en fait, il semble que la question sous-jacente sur laquelle presque toutes les fermes urbaines se lancent dans leur mission soit l'accès à la nourriture. Mais les fermes urbaines sont-elles vraiment en mesure de s'attaquer au problème de l'accès à la nourriture ? Souvent, ceux qui travaillent en milieu urbain sont les premiers à qualifier l'agriculture moderne de non durable. Or, les données dont nous disposons actuellement vont non seulement à l'encontre de cette ligne de pensée, mais elles montrent aussi que les centres urbains tels qu'ils sont actuellement planifiés sont en fait la seule véritable caractéristique non durable du paysage américain.

 

 

La réalité de l'agriculture urbaine

 

L'agriculture urbaine telle qu'elle est pratiquée actuellement est davantage une question d'idéologie qu'une question d'agriculture elle-même et, dans certains cas, elle conduit en fait à l'embourgeoisement de zones que des gens qu'elle était censée aider à l'origine sont forcés de quitter du fait de l'évolution démograhique.

 

L'agronomie, l'horticulture, et l'économie agricole de base ne sont généralement pas au premier plan d'une exploitation agricole urbaine. Beaucoup de fermes urbaines que j'ai visitées fonctionnent avec une méthodologie inefficace. Je dirais que la mauvaise méthodologie et la mauvaise idéologie ont infecté une grande partie de l'agriculture urbaine comme un virus – et comme un virus, elles contribuent à répandre des informations erronées sur l'agriculture.

 

J'ai travaillé et prodigué des conseils dans plusieurs exploitations agricoles urbaines. Dans l'une d'elles, il y avait 12 poules, et la personne qui dirigeait l'exploitation m'a expliqué comment ils faisaient une produit pour une pulvérisation foliaire biologique à partir d'un thé de fumier de poule. Aïe ! Je n'ai pas demandé s'ils faisaient payer plus cher les produits sur lesquels on avait pulvérisé de l'E. coli ou des salmonelles. L'autre chose que j'avais remarquée, ce sont toutes les différentes variétés de fruits et légumes qui étaient cultivées. L'espace agricole urbain est précieux, et j'ai remarqué que huit plants de melon occupaient beaucoup de terrain sur une petite surface.

 

Les données de l'agriculture urbaine sont un sujet facile : la plupart des fermes urbaines produisent des centaines de kilos de chaque culture spécifique. Quel en est l'impact ? L'une des fermes que j'ai visitées se vantait d'un rendement d'un peu plus de 4.000 livres de fruits et légumes [1.800 kg]. Je me suis fait confirmer qu'il s'agissait de la production récoltée, sans compter les pertes dues à la pression des insectes et des maladies. Elle s'étendait sur un peu moins d'un quart d'acre [1.000 mètres carrés], ce qui correspondait à la taille et aux récoltes moyennes des fermes urbaines que j'ai visitées.

 

Selon Delish.com, l'Américain moyen consomme 278 livres [126 kg] de fruits et 415 livres [188 kg] de légumes. Donc, si la ferme urbaine est axée sur la souveraineté alimentaire, alors elle peut nourrir 5,8 personnes. Théoriquement, une ville d'environ 500 000 habitants aurait besoin de plus de 10.000 acres [4.000 hectares] d'agriculture urbaine pour répondre à ses besoins, en se basant entièrement sur les rendements que j'ai vus [ma note : en légumes et, a priori, quelques fruits].

 

 

 

 

En plus d'utiliser des méthodologies inefficaces ou de vouloir que les gens se nourrissent de légumes-feuilles et de micro-verts, le gorille de 800 livres [360 kg] dans la pièce avec l'agriculture urbaine est le principe microéconomique de l'économie d'échelle. Les exploitations agricoles urbaines qui produisent beaucoup (du moins selon leurs normes) doivent encore pratiquer des prix supérieurs à la moyenne pour survivre. Il n'y a absolument rien de mal à ce qu'un agriculteur demande des primes ou des prix encore plus élevés tant qu'il y a un acheteur, mais que se passe-t-il si ces acheteurs ne sont pas sur votre marché ?

 

J'ai parlé à Jon Whitesel, qui dirige Circle City Farms à Indianapolis, où il élève des poulets de chair et des lapins et produit des légumes. La décision de M. Whitesel de fermer sa ferme urbaine n'a rien à voir avec le fait qu'il n'est pas un homme d'affaires avisé, bien au contraire. Il comprenait l'offre et la demande ainsi que les économies d'échelle.

 

« Eh bien... je n'avais plus d'argent et je ne pouvais plus vendre mes produits », a déclaré M. Whitesel, qui travaillait sur un peu moins d'un hectare de terre. « Cela me coûtait plus de 12 dollars pour produire un poulet de chair en me conformant aux labels que les clients voulaient (élevage en plein air, sans OGM/aliments non médicamenteux). Je suppose que je ne sais pas où trouver des gens qui peuvent s'offrir un poulet de chair à 25 dollars. Je pensais que nous pourrions faire un petit bénéfice avec une entreprise agricole urbaine à domicile, mais nous n'avons tout simplement pas l'échelle nécessaire pour que cela ait un sens. »

 

Le problème est que l'agriculture urbaine – du moins en surface et dans la plupart des déclarations en ligne – est centrée sur la mission qu'elle s'est elle-même donnée de lutter contre l'insécurité alimentaire et de fournir un accès à la nourriture – et cela ne se concrétise jamais vraiment. L'accès n'est pas seulement une question de manque de nourriture, il peut aussi s'agir du prix. Ainsi, à moins qu'ils ne soient subventionnés par les municipalités ou par des organisations caritatives à but non lucratif, leurs coûts seront toujours plus élevés que ceux des exploitations rurales traditionnelles. Leurs modèles sont toujours limités par les difficultés à produire des économies d'échelle. Très peu de centres urbains disposent de terres prêtes à être transformées en zones de culture sans beaucoup d'améliorations. La qualité du sol peut limiter leur capacité à produire des aliments en toute sécurité en raison des niveaux élevés de plomb et d'arsenic que l'on trouve dans de nombreuses zones urbaines. L'utilisation commune d'approches biologiques et holistiques dans l'agriculture urbaine contribue indéniablement à de faibles rendements.

 

Y a-t-il donc des avantages à l'agriculture urbaine en dehors de l'alimentation de votre propre famille ou de quelques voisins ? Oui ! Et ils dépassent de loin les inconvénients. L'éducation et la promotion de l'agriculture, en particulier pour ce qui est d'intéresser les jeunes à l'agriculture, sont des enjeux importants. Il n'y a rien de plus gratifiant que de voir un groupe d'adolescents s'intéresser à la production de denrées alimentaires ou de voir des enfants d'âge préscolaire vous demander de conduire un tracteur « juste une fois de plus » et de voir leur visage s'illuminer lorsque vous travaillez le sol. C'est là que l'agriculture urbaine doit être prise au sérieux. Les possibilités de formation et d'emploi sont nombreuses.

 

Pourtant, l'agriculture urbaine a été largement rejetée par l'ensemble du secteur agricole, souvent à cause de la rhétorique entendue de beaucoup de ceux qui la pratiquent. Et ce serait une erreur d'ignorer ou de rejeter cette partie de la filière. Ceux d'entre nous qui exploitent une ferme à proximité d'une municipalité qui pratique l'agriculture urbaine devraient s'impliquer. Nos voix doivent être entendues, non pas parce qu'elles sont plus importantes, mais parce que nous pouvons leur offrir une perspective différente. J'en ai fait l'expérience directe. J'ai travaillé sur plusieurs projets d'agriculture urbaine et j'ai eu le privilège de pouvoir embaucher ceux qui ont commencé dans l'agriculture urbaine dans ma ferme. Il est étonnant de voir à quel point les agriculteurs urbains et les agriculteurs ruraux peuvent apprendre à connaître des points de vue différents.

 

Je vois l'avenir de l'agriculture avec des possibilités de formation non seulement dans l'Amérique rurale, mais aussi en milieu urbain, ce qui nous donne un autre vivier pour recruter les futures générations d'agriculteurs. L'agriculture moderne doit être impliquée dans l'agriculture urbaine. Il faut faire corriger la rhétorique et établir des liens au niveau individuel. Invitez-les dans votre ferme ! Montrez-leur ce que votre ferme fait réellement, en leur donnant à voir une réalité libre de préjugés. Si possible, établissez un partenariat avec eux.

 

_____________

 

* Jonathan Lawler dirige les Brandywine Creek Farms dans l'Indiana et est un défenseur de la lutte contre la faim et de l'agriculture. Il travaille sur une émission de télévision intitulée Punk Rock Farmer qui sera diffusée au printemps. Sa devise est FARM OR DIE (cultiver ou mourir).

 

Source : Can urban agriculture provide real solutions for food insecurity? | AGDAILY

Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article