Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Moins d'un an pour développer un vaccin contre la Covid – voici pourquoi vous ne devez pas vous inquiéter

2 Décembre 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Covid-19

Moins d'un an pour développer un vaccin contre la Covid – voici pourquoi vous ne devez pas vous inquiéter

 

Mark Toshner*

 

 

 

 

Je suis un geek des essais cliniques. J'entends sans cesse les gens parler des sept à dix ans qu'il faut pour fabriquer un vaccin et du danger qu'il y a à accélérer le processus. Le mot qui revient sans cesse est « précipité » et il rend le citoyen moyen nerveux quant à la sécurité du vaccin. En tant que médecin spécialiste des essais cliniques, je vais donc vous dire ce que je fais pendant la plupart de ces dix ans – et ce n'est pas grand-chose.

 

Je ne suis pas paresseux. Je fais des demandes de subventions, elles sont rejetées, je les présente à nouveau, j'attends leur examen, je les présente à nouveau ailleurs, parfois dans une boucle de malheur. Lorsque j'ai la chance de trouver des financements pour des essais, je passe ensuite des mois à me soumettre aux comités d'éthique. J'attends que les autorités de réglementation se prononcent, je m'occupe des changements de personnel au sein de la société pharmaceutique et d'un « changement d'orientation » pour mes essais, et finalement, si j'ai beaucoup de chance, je passe du temps à mettre en place les essais : trouver des sites d'essai, des sites de formation, paniquer parce que le recrutement est mauvais, trouver d'autres sites. J'ai alors généralement plus de problèmes de réglementation et, enfin, si mon gros pot de chance n'est pas épuisé, je pourrais avoir une thérapie viable... ou pas.

 

À ce stade, l'opération peut être retardée en raison de questions de rentabilité ou d'un certain nombre d'autres obstacles. Je ne vais même pas aborder les années qu'il faut normalement pour faire les études « précliniques », celles qui précèdent les essais sur l'homme.

 

 

Dix ans pour développer un vaccin, ce n'est pas bien

 

La prochaine fois que quelqu'un s'inquiète de la rapidité étonnante des essais de vaccins, faites-lui remarquer que dix ans, ce n'est pas bien, ce n'est pas bien du tout. Ce n'est pas 10 ans parce que c'est ce qu'il faut pour conclure à une absence de danger, ce sont 10 années difficiles à lutter contre l'indifférence, les impératifs commerciaux, la malchance et la bureaucratie. Cela représente des obstacles dans le processus dont nous avons maintenant prouvé qu'ils sont « faciles » à surmonter. Il suffit de disposer d'une somme d'argent illimitée, de quelques personnes intelligentes et très motivées, de toute l'infrastructure mondiale des essais, d'un réservoir presque illimité de volontaires altruistes et merveilleux pour les essais, et de quelques régulateurs sensés.

 

Avec tout cela et le fait que l'horloge tourne au rythme d'une pandémie qui tue des gens chaque seconde, il s'avère que nous pouvons faire des choses étonnantes. Les essais de vaccins n'ont été rien de moins qu'un miracle. Une révolution dans la façon dont nous faisons des essais qui, quand on y pense, n'est peut-être pas si surprenante étant donné notre capacité à innover quand nous en avons vraiment besoin.

 

Et nous en avons vraiment besoin – la nécessité étant la mère de l'invention. La sécurité n'a pas été compromise. Tous les essais sont passés par les « phases » ou étapes correctes pour tout médicament ou vaccin normal. Des centaines de milliers de personnes parmi les meilleures d'entre nous se sont portées volontaires et ont reçu un vaccin expérimental. Le monde a suivi les opérations de si près que lorsqu'une seule personne tombait malade, nous en débattions tous.

 

À ce jour, il n'y a pas eu un seul décès associé aux vaccins contre la Covid et seulement une poignée d'événements potentiellement graves. Imaginez que vous observiez tout le monde dans une petite ville pendant six mois et que vous rapportiez chaque crise cardiaque, chaque accident vasculaire cérébral, chaque trouble neurologique ou tout ce qui pourrait être jugé grave. C'est vraiment étonnant. C'est un triomphe de la science médicale.

 

Je n'ai même pas encore parlé de l'heureux concours de circonstances qui a fait que tout cela s'est produit à un moment où le séquençage de tous les gènes d'une personne ou d'un virus est si routinier que personne ne s'en soucie. Cela a donné un coup de fouet à la science préclinique qui devait servir de pierre angulaire à plusieurs nouvelles technologies au bon moment pour être exploitées.

 

À l'heure actuelle, trois vaccins ont déjà percé et démontré une efficacité supérieure à ce que nous avions espéré. La barre a été fixée par les régulateurs à environ 50 %. Moderna et Pfizer ont tous deux fait état d'une efficacité de 95 %, et l'Université d'Oxford a fait état d'une efficacité de 90 % pour un schéma posologique particulier. Les données sur la sécurité doivent encore suivre, mais le bilan des vaccins est excellent, et je suis optimiste.

 

Rien de tout cela n'est destiné à minimiser les défis qui nous attendent encore. Cela ne veut pas dire non plus que les vaccins ne posent pas de questions de sécurité auxquelles il faut encore répondre. Il s'agit toutefois d'un triomphe de bons processus et de personnes remarquables. Je suis persuadé que lorsque les autorités réglementaires examineront les données de sécurité et d'efficacité, examinées de près par tous les scientifiques intéressés dans le monde, les vaccins ne seront utilisés que si leurs avantages l'emportent clairement sur les risques – et vous devriez également être confiants.

 

_____________

 

Mark Toshner est le directeur de la recherche biomédicale translationnelle à l'Université de Cambridge.

 

Cet article a été publié à l'origine sur The Conversation.

 

Source : Less than a year to develop a COVID vaccine – here’s why you shouldn’t be alarmed - Alliance for Science (cornell.edu)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Sur le même sujet, une interview assez poussée du Pr Yves Buisson:

https://www.jim.fr/medecin/actualites/pro_societe/e-docs/les_vaccins_covid_au_pied_du_mur._une_interview_du_pr_yves_buisson__185453/document_actu_pro.phtml
Répondre
F
"une pandémie qui tue des gens chaque seconde" que voilà une belle exagération. Les chiffres de worldometer (le lien dans le texte) culminent à 12267 morts pour la journée du 25 novembre, soit 0.14 mort par seconde à l'échelle mondiale. Je pinaille, je sais...
Répondre
M
Bonjour, je ne suis pas assez cultivé sur le plan scientifique concernant les vaccins; il est, quand même, surprenant d'apprendre la rapidité d'action de nombreux laboratoires contre cette maladie, alors qu'ils en font nettement moins contre le paludisme et autres maladies des pays pauvres. Je suis vacciné contre la grippe, également. J'espère que nos autorités scientifiques sauront faire le tri. Sont-elles les mêmes, qui au niveau Européen, ont interdit le Crisp pour les végétaux ? Je trouve nos chers écolos bien silencieux sur ce dossier vaccin.
Répondre
M
Ils ne sont pas silencieux, voir ces prises de position de Michèle Rivasi
https://www.michele-rivasi.eu/a-la-une/vaccins-et-traitements-anti-covid-19-la-commission-europeenne-doit-defendre-les-interets-de-la-population-et-non-ceux-de-big-pharma
https://www.michele-rivasi.eu/a-la-une/vaccins-ogm-cest-non
U
@bebop et ange
Ce serait intéressant que vous nous disiez les raisons de votre méfiance.
Répondre
B
Franchement, cet enthousiasme (naïf ?) ne me convainc pas.
Je précise que je suis régulièrement vacciné contre la grippe.
Répondre
A
je ne suis pas convaincue non plus , et moi aussi je suis vaccinée contre la grippe.
mais "Le Conversation " est un journal tout-à-fait progressiste et pro-dems, donc ce n'est pas étonnant de trouver un tel article