Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

L'Afrique de l'Est continue de dépendre des combustibles issus de la biomasse, ce qui nuit à la santé et aux forêts

22 Décembre 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Afrique

L'Afrique de l'Est continue de dépendre des combustibles issus de la biomasse, ce qui nuit à la santé et aux forêts

 

Richard Wetaya*

 

 

 

 

Les craintes se multiplient quant au sort de la qualité de l'air et des forêts de l'Afrique de l'Est, alors que la population de la région s'accroît rapidement et continue à dépendre fortement de l'utilisation de combustibles issus de la biomasse comme le charbon de bois.

 

« Le tableau est sombre : les niveaux élevés de pauvreté continueront à pousser davantage de personnes dans la région à brûler de la biomasse (bois, charbon, résidus de culture et fumier) pour répondre aux besoins de base en énergie domestique », a déclaré Derrick Mugisha, un scientifique ougandais spécialisé dans l'environnement.

 

Le résultat probable sera une exposition accrue à la fumée de la biomasse, estiment les responsables de la santé. L'Organisation Mondiale de la Santé a averti que l'exposition fréquente à la fumée issue de la biomasse peut déclencher des effets sur la santé tels que la pneumonie, la tuberculose et les maladies pulmonaires obstructives chroniques.

 

La population de l'Afrique de l'Est croît deux fois plus vite que le taux mondial de 1,19 % et la demande en énergies traditionnelles tirées de la biomasse a considérablement augmenté dans la région au cours des dernières années. Les habitants de la région ont généralement peu accès à des combustibles et à des technologies de cuisson propres, sûrs et modernes, ce qui contribue à une dépendance accrue à l'égard des combustibles ligneux solides et de l'énergie de la biomasse, qui devrait se poursuivre à l'avenir.

 

 

Des hommes fabriquent du charbon de bois dans une forêt de l'Afrique de l'Est. Image : Richard Wetaya

 

 

L'énergie tirée de la biomasse représente environ 70 % des besoins énergétiques globaux de la population au Kenya, tandis que plus de 95 % des Tanzaniens dépendent de l'énergie du bois. En Ouganda, le combustible tiré de la biomasse représente environ 90 % de la consommation énergétique résidentielle.

 

L'accès à des combustibles propres pour la cuisson reste très limité en Afrique subsaharienne, et n'augmente que légèrement, passant de 15 % de la population en 2015 à seulement 17 % en 2018. Depuis 2015, seuls 25 millions de personnes ont eu accès à la cuisine propre dans la région, tandis que 900 millions n'y avaient toujours pas accès en 2018, la croissance démographique ayant dépassé les efforts d'approvisionnement.

 

En Afrique subsaharienne, près de 490.000 décès prématurés par an sont liés à la pollution atmosphérique domestique, les femmes et les enfants étant les plus touchés.

 

 

Il est temps de changer

 

« À bien des égards, la forte dépendance de l'Afrique de l'Est à l'égard des combustibles issus de la biomasse a conduit à une récolte non durable du bois de chauffage et à une surexploitation des forêts et des ressources forestières, accélérant ainsi la déforestation et ses effets sur le changement climatique », a déclaré l'écologiste Phiona Wamukota.

 

 

Des travailleurs défrichent une forêt de l'Afrique de l'Est pour des usages agricoles. Image : Richard Wetaya

 

L'Organisation Météorologique Mondiale (OMM) a récemment averti que les températures chaudes et les autres impacts du changement climatique frappent durement l'Afrique et réduisent les rendements des cultures du continent. En réponse, les environnementalistes d'Afrique de l'Est ont intensifié leur appel pour un nouveau départ dans la manière dont la région aborde les problèmes qui contribuent au changement climatique. Les déficits pluviométriques de 2018 et 2019 ont entraîné des mauvaises récoltes au Kenya et en Ouganda.

 

La demande de combustibles issus de la biomasse n'est cependant pas la seule cause de la déforestation. On observe également une croissance exponentielle du défrichement des forêts pour récolter du bois et faire place aux pâturages et à l'agriculture. L'utilisation de semences génétiquement modifiées qui produisent des rendements plus élevés pourrait réduire la pression sur les forêts tout en faisant une place à l'agriculture.

 

 

Un avenir sombre pour les forêts

 

Les estimations actuelles sur la perte de la couverture forestière de la région ne sont pas agréables à lire.

 

La Tanzanie aurait le taux de déforestation le plus élevé au monde, des estimations récentes montrant que le pays perd chaque année 483.859 hectares de son écosystème forestier au profit de la production de charbon de bois.

 

Les universitaires Nike Doggart, Theron Morgan-Brown et Emmanuel Lyimo, qui ont récemment étudié le lien entre l'agriculture et la déforestation en Tanzanie, notent que sans un changement de politique délibéré, la Tanzanie pourrait bien suivre la trajectoire d'autres pays, réduisant sa couverture forestière naturelle à seulement 15 %, avec des pertes associées de sa biodiversité unique et d'autres écosystèmes.

 

La couverture forestière de l'Ouganda se réduit également rapidement en raison d'une combinaison de facteurs. Un exemple en est la récente controverse sur la forêt de Bugoma de 900 hectares, l'un des écosystèmes forestiers les plus fragiles du pays. Quelque 24 hectares de la forêt ont été récemment défrichés pour produire de la canne à sucre.

 

L'Ouganda connaît une perte annuelle moyenne de 2 % de ses forêts naturelles, l'un des taux les plus élevées au monde, selon le rapport de 2019 sur les performances du secteur de l'eau et de l'environnement en Ouganda.

 

Les Services Forestiers du Kenya estiment que le pays perd actuellement plus de 50.000 hectares de forêt chaque année à cause de la déforestation, ce qui se traduit par une perte de 1,13 % de la couverture forestière.

 

« La combustion de la biomasse est un important pollueur en matière de carbone et si aucune mesure n'est prise, les émissions de gaz à effet de serre de la région vont s'aggraver. L'argument selon lequel la biomasse est une ressource énergétique durable et un combustible neutre en carbone qui contribue moins au changement climatique est toujours discutable », a déclaré Sam Owach, spécialiste de la gestion de l'environnement.

 

Les gouvernements doivent s'efforcer d'améliorer l'accès à une énergie abordable, fiable et moderne, comme l'exige le septième objectif de développement durable des Nations Unies, a déclaré M. Owach. « Les gouvernements de la région doivent également faire face à la question de la forte croissance démographique car elle présente des défis pour la réalisation de l'agenda 2030 pour le développement durable et aussi pour une qualité de vie élevée pour leurs citoyens ».

 

 

Les efforts pour contrôler les taux de croissance démographique élevés

 

Selon de récentes projections des Nations Unies, la population du Kenya augmentera d'environ un million par an – soit 3.000 personnes par jour – au cours des 40 prochaines années et atteindra environ 85 millions en 2050. La population de l'Ouganda, quant à elle, devrait atteindre 50 millions de personnes d'ici 2025 et 102 millions d'ici 2050. Selon le plan de développement quinquennal de la Tanzanie, la population du pays augmente de 2,7 % par an, soit plus du double de la moyenne mondiale de 1,2 % et plus que la moyenne africaine de 2,5 %.

 

Ces dernières années, des mesures ont été prises pour tenter de freiner les taux élevés de croissance démographique de la région.

 

Le Kenya concentre ses efforts sur l'élargissement de l'accès équitable à des services de planification familiale de qualité au niveau national, en plus de l'allocation d'un budget pour la planification familiale, a déclaré le Dr John Masasabi Wekesa, directeur général par intérim du Ministère de la Santé du pays. La politique démographique du pays vise à réduire le nombre d'enfants qu'une femme a au cours de sa vie de cinq en 2009 à trois d'ici 2030.

 

Le gouvernement tanzanien s'est engagé à faire passer la disponibilité des méthodes modernes de contraception de 40 à 70 % d'ici 2020 à tous les niveaux de son système de santé, tandis que l'Ouganda s'est également engagé à accroître l'utilisation des méthodes modernes de planification familiale afin de garantir que les femmes puissent choisir quand elles veulent avoir des enfants et combien.

 

______________

 

* Source : Health and forests suffer as East Africa continues to rely on biomass fuels - Alliance for Science (cornell.edu)

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
L'occasion de rappeler le site Copernicus qui nous donne des mesures satellitaires réelles quotidiennes de le pollution atmosphérique dans le monde, ainsi que par exemple ici des feux : https://atmosphere.copernicus.eu/charts/cams/fire-activity?facets=undefined&time=2020122100,24,2020122200&projection=classical_global
L'occasion aussi de rappeler que dans les chiffres officiels sur le net, les Occidentaux sont fictivement et scandaleusement taxés par des experts aussi fallacieux qu'orientés, d'une pollution qu'ils ne produisent pas au prétexte qu'en achetant des produits industrialisés à d'autres continents, ils transfèrent ainsi une pollution qu'ils auraient produites en ayant ses industries chez eux. Cela peut être vrai pour le continent indo-asiatique, mais j'aimerais bien savoir quelles sont les industries africaines ? Avec 1/6 de la population mondiale, le continent africain produit environ 2% de la valeur industrielle. Certes, il y a un secteur minier en Afrique mais s'il est générateur de destruction environnementale, il n'est pas un gros producteur de pollution atmosphérique d'autant que les minerais sont rarement transformés en Afrique, mais expédiés brut, notamment vers l'Asie. La pollution atmosphérique africaine est donc essentiellement liée à la culture ou l'élevagessur brûlis encore massivement répandue, et à la production tout aussi massive de charbon de bois de cuisine. Ensuite, bien sûr les infrastructures industrielles africaines ne seront pas développés à coût de solaire implanté massivement par les ruineuses ONG, aucune industrie ne fonctionne au solaire. Et tant qu'on en restera au solaire, il faudra des groupes électrogène puants quand le jour tombe. Et rappelons que les ONG écolo s'opposent en général aux projets de barrage hydroélectriques car il ne faut pas toucher à la biodiversité ! Certains s'imaginent que les ONG gaucho-écolo aident l'Afrique, non ils brident son développement et la maintiennent dans le passé.
Répondre
U
Quelque 24 hectares de la forêt ont été récemment défrichés pour produire de la canne à sucre.

Celle qu'on importe pour remplacer nos betteraves ?
Répondre