Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Élevage « Herta » dans l'Allier « épinglé » par L214 : RAS selon les services officiels... RAS pour la plupart des médias

18 Décembre 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #élevage

Élevage « Herta » dans l'Allier « épinglé » par L214 : RAS selon les services officiels... RAS pour la plupart des médias

 

 

(Source)

 

 

Les services officiels auront pris leur temps... Deux semaines après une visite de contrôle dans un élevage pour la rédaction d'un rapport et la communication en direction du public et des médias.

 

Le mercredi 2 décembre 2020, L214, la petite entreprise incorporée sous forme d'association au gros budget abondé par une fondation états-unienne finançant également des travaux sur la « viande » cellulaire – l'Open Philanthropy Project a versé 1.347.742 dollars, soit 1.140.000 euros – avait diffusé une vidéo mettant en cause un élevage de porcs de Limoise dans l’Allier, fournisseur de la marque Herta et de sa gamme « Préférence ».

 

La vidéo et les accusations firent évidemment le bonheur de nombreux « journalistes » et s'abattit sur la médiasphère comme la vérole sur le bas clergé.

 

Rares ont été ceux qui, à l'instar de Mme Géraldine Woessner dans le Point (voir « L214 : la cause animale dévoyée ? » et sur ce blog « "L214 interdit toute nuance", une vidéo de Mme Géraldine Woessner »), ont « osé » prendre du recul et faire preuve d'esprit critique ; du reste, sur Twitter, le shitstorm subi par Mme Woessner a été intense. Ben voyons ! Dans les rédactions, on ne prend tout de même pas le temps de vérifier et, ce faisant, le risque de ne pas participer au festival de buzz et, peut-être même, de louper un gros et juteux scandale...

 

La cible favorite de nos critiques, le journal qui fut de référence – cependant « avec AFP » – titre ainsi le 4 décembre 2020 (date sur la toile) : « Herta suspend son approvisionnement dans un élevage porcin mis en cause par L214 ». En chapô :

 

« Le leader français de la charcuterie a suspendu "par précaution" son approvisionnement dans un site de l’Allier, où des images tournées par l’association montrent des actes de maltraitance animale. »

 

Avérés, les « actes de maltraitance animale » ?

 

Herta a eu une double réaction. Une bonne tout d'abord. Du Monde (et de l'AFP) :

 

« "Herta a immédiatement diligenté un audit sur le bien-être animal dans cette exploitation", a réagi l’entreprise, rappelant que "parallèlement, les services publics ont procédé à un audit complet de la ferme". »

 

Et une moins bonne, mise en exergue dans le chapô... L214 a gagné par forfait son attaque contre Herta par producteur interposé...

 

Du reste, au Royaume-Uni, les supermarchés Waitrose avaient aussi annoncé avoir suspendu la vente des saucisses Herta « dans l'attente d'une enquête ». Et ça a fait le bonheur des pisse-copie.

 

Précédemment, le mercredi 2 décembre 2020 à 23 heures (date et heure sur la toile), le Monde publiait déjà sous la plume de Mme Mathilde Girard « Des conditions de vie peu roses pour les porcs de la "filière préférence" d’Herta », avec en chapô :

 

« L’association L214 publie, mercredi soir, des images tournées dans un élevage porcin qui fournit la gamme "préférence" d’Herta, censée être la filière "plus responsable" de la marque. »

 

C'était donc le jour même de la mise en ligne de la vidéo par L214, ce qui témoigne des complaisances, sinon des connivences. Au moins, le Monde aura-t-il fait preuve de prudence et de mesure dans le choix de son titre...

 

Qu'en est-il quinze jours plus tard.

 

Le communiqué de presse des Services de l'État dans l'Allier – « Contrôle effectué dans l’élevage de porcs de Limoise, faisant l’objet d’une vidéo de l’ association L214 » est plutôt lapidaire. Sur le fond :

 

« Des contrôles réguliers sont effectués.

 

Cette exploitation agricole est connue des services vétérinaires à plusieurs titres. En effet, dotée de plusieurs ateliers que sont, outre l’élevage de porcs, un élevage de vaches laitières, une usine de fabrication d’aliment et un méthaniseur, elle fait l’objet d’inspections régulières pour le contrôle du respect des différentes réglementations auxquelles elle est soumise.

 

Pour autant et au vu du film produit, une inspection inopinée de l’élevage de porcs a été immédiatement diligentée afin de pouvoir confronter les dires de L214 avec les constats de terrain.

 

L’inspection, qui s’est déroulée les 2 et 3 décembre, a été conduite par trois inspecteurs spécialisés et expérimentés dans la filière porcine.

 

Ainsi, ont notamment été contrôlés :

 

  • la conformité de l’ensemble des locaux où sont détenus les animaux présents,

  • le respect de la densité de porcs par cage,

  • l’absence de cadavres,

  • le bon entretien des animaux.

 

De manière générale, l’inspection conclut à la bonne tenue de l’élevage et à l’absence de non-conformité majeure.

 

Contrairement aux éléments filmés, il n’a pas été observé d’animaux en souffrance ni de cadavres.

 

La vidéo de L214 semble avoir été réalisée en juin 2020 ce qui rend difficile un constat six mois plus tard. »

 

Notons que les services officiels ayant été prévenus la veille de la mise en ligne de la vidéo – rendons à L214... –, ils ont effectivement pu procéder à un contrôle « inopiné ».

 

À l'heure où nous écrivons, on ne peut pas dire que cette information a été largement diffusée. Et les quelques articles de presse que l'on peut trouver restent au niveau de l'information brute, n'abordant pas la question du scandale de la manipulation médiatique – et pour cause : les médias qui ont fait l'effort d'informer ont participé à cette manipulation. Leurs articulets n'ont évidemment pas le même impact que la dénonciation d'un scandale sanitaire (allégué).

 

L'élevage mis en cause – et l'élevage porcin en général – continuera donc de souffrir de la mauvaise presse dont il a été l'objet.

 

France 3 Auvergne-Rhône-Alpes a même réussi un exploit avec son titre, « Allier : un élevage de porcs contrôlé après une vidéo choc de L214 ». Pourquoi ce titre d'apparence neutre, non informatif, qui laisse planer la suspicion ? Où est votre déontologie ?

 

En résumé :

 

« Mercredi 16 décembre, la préfecture de l’Allier a communiqué au sujet d’un élevage de porcs où l’association L214 avait réalisé une vidéo choc à Limoise. Une inspection a eu lieu début décembre. Aucun animal en souffrance n’a été observé. »

 

Si vous avez pensé que l'information essentielle du communiqué de presse a été : « ...l’inspection conclut à la bonne tenue de l’élevage et à l’absence de non-conformité majeure », alors vous ne pensez pas comme l'employé du service public audiovisuel.

 

En dessous du résumé ? Une photo tirée de l'opération médiatique de L214. Mais on a utilisé le conditionnel de prudence dans la légende... Tic journalistique ou technique d'enfumage (au su ou à l'insu du plein gré de la rédaction) ?

 

 

 

 

Parce que, voyez-vous, la rédaction met en pavé : « Un constat difficile six mois plus tard », et recommande aux lecteurs ses articles précédents, dont « Souffrance animale : dans une vidéo choc, L214 accuse un élevage de l’Allier de maltraiter des porcs ».

 

Tout cela sent la tentative de promouvoir malgré tout le récit de L214... Mais on peut préférer le bon mot de Michel Rocard : « Toujours préférer l'hypothèse de la connerie à celle du complot. La connerie est courante. Le complot exige un esprit rare. »

 

 

Post scriptum

 

Il n'y aura bien sûr rien ou pas grand-chose dans les médias...

 

 

(Source)

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Vous faites allusion dans votre article à la vérole qui s'abattrait sur le bas clergé... Je tiens à souligner que le haut clergé n'est pas non plus à l'abri de la vérole, voir comment est mort le cardinal Danielou...(pour les plus jeunes, Google est votre ami)
Répondre