Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Une agriculture résiliente

9 Novembre 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Afrique

Une agriculture résiliente

 

Ruramiso Mashumba*

 

 

 

 

La Covid-19 a laissé un impact durable. Pour les agriculteurs du Zimbabwe et de toute l'Afrique, la production et la distribution de denrées alimentaires n'ont jamais semblé aussi difficiles.

 

L'expérience de la pandémie est peut-être compliquée, mais elle a aussi permis de tirer une leçon simple : nous devons être résilients.

 

La résilience est la capacité de résister aux épreuves et de se rétablir rapidement. Le mot vient d'une racine latine qui signifie « rebondir ».

 

C'est une métaphore utile, mais nous devons aussi nous rappeler que la résilience ne doit pas être un concept abstrait pour les agriculteurs, mais doit décrire un mode de vie qui implique des mesures concrètes pour la survie et l'amélioration de l'agriculture.

 

Ici, au Zimbabwe, la Covid-19 a forcé la fermeture de tout, y compris de nos frontières. Les biens et les services ne pouvaient plus entrer et sortir du pays. Pour les agriculteurs qui cultivent des légumes frais et des fleurs et dépendent des marchés d'exportation, cette situation a été dévastatrice. Ils ont perdu une quantité énorme de revenus, plus que les agriculteurs du monde développé n'en auraient perdu, car une grande partie de ce que ceux-ci produisaient était peut-être assuré.

 

Un meilleur accès à l'assurance nous permettrait de rebondir plus rapidement après une période difficile. Nous avons besoin d'une assurance-protection des cultures qui nous aiderait à faire face aux pertes dues à la sécheresse. L'assurance-revenu nous aiderait à nous maintenir à flot pendant les pandémies. L'assurance du matériel protégerait nos tracteurs et nos moissonneuses-batteuses contre tout, du vol à l'incendie.

 

Une façon pour les agriculteurs de devenir plus résilients est donc de nous permettre d'avoir un meilleur accès à l'assurance. C'est un défi pour les fonctionnaires et les banquiers, qui devraient s'efforcer de trouver des moyens d'utiliser les outils d'assurance pour améliorer l'agriculture dans le monde en développement.

 

L'ironie de l'assurance, c'est que vous la prenez en espérant ne pas en avoir besoin.

 

On peut également avoir besoin de quelque chose que l'on ne peut pas acheter.

 

Les agriculteurs doivent avoir accès à tous les principaux outils et technologies de l'agriculture, tels que les semences améliorées et les produits de protection des cultures. Ceux-ci nous donnent la capacité de vaincre les mauvaises herbes, les parasites et les maladies qui menacent nos cultures pendant les années normales et de relever les défis du changement climatique. Ces menaces sont encore plus dangereuses pendant les années de stress, comme en 2020, lorsque nous avons moins de ressources à disposition.

 

Une solide compréhension de la résilience signifie la capacité à tirer parti des meilleures technologies et à surmonter les craintes irrationnelles qui les entourent parfois.

 

 

 

 

La résilience exige également une infrastructure solide. Cela inclut des routes adéquates qui nous permettent de transporter les aliments avec rapidité et facilité. Cela signifie l'accès à des méthodes standard de conservation et de transport, comme les entrepôts frigorifiques, qui permettent aux aliments de rester frais plus longtemps.

 

Le Zimbabwe perd jusqu'à 30 % de sa production chaque année simplement parce que nous ne pouvons pas la conserver au froid. Très peu d'agriculteurs ont accès à des installations de stockage au froid. Je n'en ai pas du tout. De ce fait, mes pois et autres produits ont une durée de conservation beaucoup plus courte. J'ai pour objectif de construire une chambre froide pour moi et pour les autres agriculteurs de ma région, mais pour l'instant, il s'agit plus d'une aspiration que d'un plan concret.

 

Un autre aspect de l'infrastructure est la connectivité. Dans ma région du monde, nous n'avons pas de service internet fiable. Beaucoup d'agriculteurs n'en ont pas du tout. J'y ai investi pour moi-même, ce qui m'a permis de participer à des conversations et à des conférences à une époque où les voyages internationaux sont presque impossibles. Grâce à une connectivité adéquate, par exemple, j'ai participé à la récente manifestation annuelle parrainée par le Comité de la Sécurité Alimentaire Mondiale. Elle s'est tenue à Rome, mais je l'ai rejointe depuis ma ferme près de Marondera, dans la campagne zimbabwéenne.

 

Une forme plus vitale de connectivité implique la connexion des chaînes d'approvisionnement et des réseaux commerciaux. Les agriculteurs comme moi doivent vendre leurs produits sur les marchés locaux ainsi qu'à des clients dans d'autres pays, ce qui signifie que nous devons travailler avec des partenaires qui s'engagent à livrer nos aliments de la ferme à l'assiette.

 

Pendant la pandémie, les agriculteurs du Zimbabwe ont bénéficié de la résilience d'une compagnie aérienne néerlandaise qui a maintenu ses vols à partir de Harare, la capitale du Zimbabwe. Pour moi, cela a été une bouée de sauvetage car cela m'a permis de rester en contact avec un important marché d'exportation des Pays-Bas.

 

Nous nous inquiétons parfois du maillon le plus faible d'une chaîne. La résilience fonctionne dans le sens inverse : un seul maillon fort rend les autres maillons de la chaîne plus forts également.

 

______________

 

Ruramiso Mashumba, agricultrice, Zimbabwe

 

Ruramiso Mashumba est une jeune agricultrice qui cultive des pois mange-tout, du maïs, du riz brun entier, du sorgho, du millet, des gommiers et élève des porcs à Marondera, au Zimbabwe. Elle est titulaire d'une licence en gestion d'entreprise agricole de l'Université de West England. Ruramiso est la fondatrice de Mnandi Africa, une organisation qui aide les femmes rurales à lutter contre la pauvreté et la malnutrition en leur donnant les moyens d'agir et en les dotant de compétences et de connaissances dans les domaines de l'agriculture, de la nutrition, des marchés et de la technologie ; en les aidant à accéder à l'agrotechnologie grâce à un programme de partage des intrants ; et en achetant et en vendant collectivement des biens et des services. La vision de Mnandi est de mettre fin à la faim et à la pauvreté.

 

En 2017, Ruramiso a été nommée « Echoing Green Fellow » et est la vice-présidente des jeunes ambassadeurs de la Confédération des Syndicats Agricoles d'Afrique Australe pour la région. En 2018, Ruramiso a remporté l'emblématique prix africain de l'agriculture et de l'élevage. Elle a également remporté le prix des 10 meilleurs jeunes de la JCI en 2019. En 2020, Ruramiso a été nommée parmi les 1.000 meilleurs entrepreneurs du Zimbabwe et a également été reconnue comme l'une des 54 meilleures femmes d'Afrique.

 

Source : https://globalfarmernetwork.org/2020/11/resilient-agriculture/

 

 

 

Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article