Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Sylvester Oikeh : Améliorer les conditions de vie grâce à des cultures saines

30 Novembre 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Divers

Sylvester Oikeh : Améliorer les conditions de vie grâce à des cultures saines

 

Joan Conrow*

 

 

 

 

Le Dr Sylvester Oikeh, scientifique nigérian, utilise depuis longtemps ses prouesses en matière de recherche pour faire progresser les cultures saines à des fins humanitaires.

 

Sa motivation est simple : améliorer les conditions de vie.

 

« Pour la plupart des enfants en Afrique, la nourriture est ce que vous obtenez de la ferme », a déclaré M. Oikeh. « Il n'y a pas de marché. Si vous n'avez pas de nourriture, vous avez faim. »

 

Pour contribuer à ce que les enfants africains ne souffrent pas de la faim et de la malnutrition, Oikeh a contribué à deux projets importants : HarvestPlus et Water Efficient Maize for Africa (WEMA – maïs efficace pour l'eau pour l'Afrique).

 

En tant que boursier postdoctoral à l'Université Cornell, Oikeh a établi pour la première fois le lien entre le fer et le zinc dans le grain de maïs et l'amélioration de la nutrition humaine. Ses recherches et son expertise en matière de preuve de concept ont inspiré les travaux de HarvestPlus, un partenariat mondial qui a remporté le Prix Mondial de l'Alimentation 2016 pour ses efforts de développement d'aliments biofortifiés visant à améliorer la nutrition.

 

En 2009, il a rejoint la Fondation Africaine pour les Technologies Agricoles (AATF) en tant que chef de projet pour WEMA, un effort de recherche public-privé mené par l'Afrique qui a utilisé la biotechnologie et la sélection conventionnelle pour développer 125 hybrides de maïs tolérant à la sécheresse, dont cinq sont génétiquement modifiés (GM).

 

 

Le projet a choisi le maïs parce que plus de 300 millions de personnes – un tiers de la population africaine – en dépendent comme principale source de nourriture.

 

Les agriculteurs de sept pays d'Afrique subsaharienne cultivent actuellement des hybrides conventionnels ; seule l'Afrique du Sud a approuvé les variétés génétiquement modifiées. Oikeh est frustré par les obstacles politiques qui ont empêché l'adoption de variétés capables d'augmenter les rendements et de résister avec succès à l'invasion des légionnaires d'automne qui ont dévasté les cultures de maïs conventionnel.

 

« Nous voyons une technologie qui peut être bénéfique, mais les agriculteurs sont privés de cette technologie », a-t-il déclaré. « Pour moi, c'est un crime contre l'humanité, et je sens qu'il faut faire quelque chose de toute urgence. Laissons les agriculteurs africains choisir ce qu'ils veulent cultiver. »

 

Malgré les obstacles, M. Oikeh ne se laisse pas décourager dans sa volonté d'utiliser la biotechnologie pour produire des plantes plus saines qui peuvent améliorer la vie des agriculteurs. « Chaque jour, vous vous demandez si vous devez abandonner cette cause ou continuer à vous battre, en espérant qu'un jour les gens se réveilleront et diront : "Regardez, cette cause est juste". Soutenons ces gens pour qu'ils se battent pour cette cause. C'est ce que j'espère. C'est ce qui me permet de continuer". »

 

______________

 

* Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/2020/11/sylvester-oikeh-improving-lives-through-healthy-crops/

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article