Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Se mouiller en politique pour ne pas laisser la Nouvelle-Aquitaine se dessécher » de M. Daniel Sauvaitre

1 Novembre 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Divers

« Se mouiller en politique pour ne pas laisser la Nouvelle-Aquitaine se dessécher » de M. Daniel Sauvaitre

 

Glané sur la toile 601

 

 

 

 

Nous avons vu dans « Un panorama des défis de la politique agricole dans Réussir avec M. Julien Denormandie... – ...et une réponse indirecte à M. Yannick Jadot » l'activisme déployé du côté du Marais Poitevin contre les « bassines », des réservoirs permettant de stocker l'eau quand elle est disponible, voire en excès, et l'utiliser pour l'irrigation... donc pour la production agricole et alimentaire.

 

Cet activisme est un chapitre d'une « tendance » bien plus lourde, l'opposition à l'irrigation, elle-même fondée sur des ressorts politiques, économiques et sociologiques divers.

 

Cette opposition est aussi largement médiatisée... enfin surtout en période de sécheresse. Les voix de la raison ont de la peine à se faire entendre.

 

Nous avons donc vu un extrait de la pensée de M. Julien Denormandie, Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation.

 

Voici maintenant un extrait de la déclaration de M. Daniel Sauvaitre – arboriculteur et viticulteur, maire de Reignac, conseiller régional de la Nouvelle-Aquitaine, président de l’Association Nationale Pommes-Poires, secrétaire général d’Interfel (interprofession des fruits et légumes), membre de la WAPA (World Apple and Pear Association)... et blogueur.

 

Il a mis en ligne sa déclaration faite au Conseil Régional au sujet de l'irrigation. C'est : « Se mouiller en politique pour ne pas laisser la Nouvelle-Aquitaine se dessécher ».

 

Une prose superbement léchée !

 

« Une pluviométrie abondante tout l’hiver suivie d’une sécheresse sévère et de températures caniculaires cet été se traduisent par des récoltes de misère en cultures sèches pour les céréales et des prairies grillées pour les éleveurs.

 

Dans ce contexte et au regard de ce qui nous est promis pour les années qui viennent on s’attendrait logiquement à ce que l’optimisation de la gestion de l’eau soit une priorité de notre région. Que la longue histoire de la maîtrise des aléas climatiques par l’agriculture depuis ses origines soit confortée et accompagnée hardiment par notre collectivité.

 

Le ministre de l’agriculture Julien Denormandie, comme son prédécesseur, affiche maintenant sa détermination aux côtés des agriculteurs pour profiter de la chance qu’a notre pays d’être bien arrosé pour mettre de l’eau de côté quand elle est en excès afin d’en disposer quand elle manque dramatiquement.

 

La stratégie qui nous est proposée dans cette délibération évoque bien la souveraineté alimentaire, la résilience des territoires en cas de crise climatique, l’adaptation au changement climatique et la compétitivité des exploitations, mais nulle part on ne parle de stocker plus d’eau pour pouvoir mieux irriguer. Même chose pour les 21 actions déclinées. Pas une n’évoque clairement l’irrigation.

 

J’ai relu la feuille de route Néo Terra, j’ai relu le rapport AcclimaTerra, on n’y trouve aucun volontarisme pour agir afin de garder la Nouvelle Aquitaine bien verte en été.

 

Plus d’eau stockée pour l’agriculture, c’est plus de souveraineté alimentaire. C’est plus d’efficience de l’agriculture. C’est plus de diversification en arboriculture, en maraichage, en horticulture, en pépinière. C’est plus d’autonomie en protéines végétales. C’est plus d’élevage et de bien être animal.

 

C’est aussi moins de réchauffement climatique en Nouvelle Aquitaine, à la campagne mais aussi dans ces ilots de chaleur que sont les villes. C’est aussi plus de carbone prélevé dans l’atmosphère et retenu dans les sols.

 

Cette eau qu’il faut stocker, elle n’est pas pour le seul bénéfice de quelques agriculteurs. Elle est pour nous tous, pour notre alimentation. Elle est pour les consommateurs d’autres régions de France ou du monde qui n’ont pas la chance d’avoir notre pluviométrie. Une pluviométrie qui n’a pas vocation à se réduire si l’on en croit les modèles prospectifs du réchauffement de la planète.

 

L’agriculteur ne garde pas l’eau pour lui. Il la transforme en nourriture pour le plus grand nombre. Il garantit et confirme qu’elle est un bien commun comme le stipule la loi. Dans cette affaire l’agriculteur est un porteur d’eau pour la population tout entière.

 

Etonnamment, le parti pris de notre région à ce jour est plutôt d’essayer d’apprendre aux agriculteurs à se passer d’eau. »

 

Il y en a encore sous le capot pour aller sur site.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Hbsc Xris 02/11/2020 03:27

Une politique dans la lignée des destructions actuelles de biefs et retenues de moulins parfois pluricentenaires. Les propriétaires de vieux moulins sont actuellement harcelés au nom d'un dogme écologique appelé "continuité écologique des cours d'eau". Les choses sont simples, soit les propriétaires font construire à leurs frais les délirantes passes à poissons réglementaires, soit ils acceptent de faire raser "gratis" par l'Etat, leurs ouvrages hydrauliques, tant pis pour l'histoire, tant pis aussi pour l'électricité quand ils en produisaient. On comprend que la mort dans l'âme, la plupart des propriétaires de moulins choisissent la destruction de leurs installations. Il y avait 80 000 moulins hydrauliques dans la France du début du XIXème et cela n'empêchait pas d'avoir des poissons y compris migrateurs. Il est vrai que les cours d'eau avaient alors une fonction de dépotoirs qu'on a du mal à imaginer actuellement et il y avait dans les cours d'eau beaucoup plus à manger qu'aujourd'hui pour les poissons carnivores ou non comme pour les crustacés.
Là où passe l'écologie, la raison défaille et la civilisation trépasse.

un physicien 02/11/2020 11:30

Ce qui n'empêche pas les écolos de prôner le microhydraulique pour l'électricité ...

Bebop76 01/11/2020 13:25

J'ai toujours partagé les analyses et propositions de Daniel Sauvaître. Si tous les agris pouvaient être comme lui.
Il suffit de survoler l'Espagne pour voir, dans un pays où il pleut bien moins que chez nous, comment l'eau est maîtrisée, stockée et in fine non gaspillée.
Mais, lorsque l'idéologie dominante française prône encore et toujours la décroissance par la réduction de la production à l'unité de surface, voilà on on en est toujours.
Ce sont à peu près les mêmes qui nous tenaient le discours idyllique sur l'immigration... mais le ton change... il y a de l'espoir....

un physicien 01/11/2020 16:11

C'est une jolie métaphore de comparer l'immigration à l'irrigation. Un apport extérieur qui réveille, stimule la croissance et la production de fleurs et de fruits.

un physicien 01/11/2020 11:46

Accessoirement, chaque molécule d'eau qui participe à la photosynthèse capture une molécule de CO2 et libère une molécule d'O2.

ROBERT MARLET 04/11/2020 12:01

Nul ne devrait ignorer qu'il existe deux types de photosynthèse:
- la photosynthèse bio avec du bon CO² et du bon H²O
- la photosynthèse industrielle avec du caca (de synthèse)