Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Qu'est-ce qui a motivé l'infodémie de désinformation sur la Covid ?

1 Novembre 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Covid-19

Qu'est-ce qui a motivé l'infodémie de désinformation sur la Covid ?

 

Joan Conrow*

 

 

 

 

L'Alliance Cornell pour la Science vient de publier une analyse des médias qui identifie les sujets brûlants et les principaux acteurs de l'« infodémie » de désinformation qui a accompagné la pandémie de Covid-19.

 

L'étude, qui a évalué 38 millions d'articles publiés par les médias traditionnels de langue anglaise dans le monde, a identifié plus de 1,1 million d'articles de presse qui ont diffusé, amplifié ou rapporté des informations erronées liées à la pandémie. La conversation reposant sur la désinformation a été dominée par 11 sujets principaux, allant des théories de conspiration aux attaques contre le Dr Anthony Fauci, directeur de l'Institut National des Allergies et des Maladies Infectieuses des États-Unis d'Amérique.

 

« Nous étions intéressés par cette question car l'Organisation Mondiale de la Santé a identifié la désinformation au sujet de la Covid, qu'elle a qualifiée d'"infodémie", comme une préoccupation importante dans la lutte contre la pandémie », a déclaré l'auteur principal, Sarah Evanega, directrice de l'Alliance Cornell pour lar Science. « Si les gens sont induits en erreur par des affirmations non scientifiques et non fondées sur la maladie, ils risquent d'être moins enclins à respecter les directives officielles et donc de propager le virus. »

 

Le sujet le plus populaire était ce que les auteurs de l'étude ont appelé les « remèdes miracles ». Ce sujet est apparu dans 295.351 articles – plus que les 10 autres sujets combinés.

 

L'étude a révélé que les commentaires du président américain Donald Trump ont provoqué des pics importants dans la désinformation sur les « remèdes miracles », en raison de sa réflexion du 24 avril sur la possibilité d'utiliser des désinfectants en interne pour guérir le coronavirus. Le plaidoyer de Trump en faveur de traitements non éprouvés tels que l'hydroxychloroquine, ainsi que son aveu qu'il utilisait ce médicament pour tenter de repousser le virus, ont également provoqué des pics importants dans la conversation fondée sur la désinformation.

 

Ces résultats suggèrent que le président Trump a très probablement été le plus grand responsable de la désinformation pendant la pandémie de Covid à ce jour, ont noté les auteurs de l'étude.

 

« L'un des aspects les plus intéressants du processus de collecte de données a été de découvrir le volume stupéfiant de la couverture obtenue par la désinformation directement liée aux commentaires publics d'un petit nombre de personnes », a déclaré le co-auteur Jordan Adams, analyste de données chez Cision Insights.

 

Le deuxième sujet le plus répandu était l'allégation selon laquelle la pandémie de Covid avait été créée pour faire avancer un « nouvel ordre mondial/l'État profond » (« deep State »). L'allégation selon laquelle la pandémie était un canular perpétré à des fins politiques par le Parti démocrate était le troisième sujet le plus fréquent, suivi par les conspirations prétendant que le nouveau coronavirus était une arme biologique libérée intentionnellement ou accidentellement par un laboratoire de Wuhan, en Chine.

 

« Les médias jouent, consciemment ou non, un rôle majeur dans la diffusion de la désinformation car ils amplifient les voix des personnalités, même si ces sources sont incorrectes », a noté Mme Evanega. « Il est important que les médias mettent en avant les véritables experts et les représentants des institutions scientifiques. »

 

Toutes les conversations fondées sur la désinformation n'ont pas diffusé ou amplifié des inexactitudes factuelles ou des théories de conspiration. Près d'un tiers de la couverture médiatique a été qualifiée de « vérification des faits » (« fact-checking ») par les auteurs de l'étude parce qu'elle visait spécifiquement à corriger la désinformation.

 

« Malheureusement, la désinformation dans le domaine de la santé publique n'est pas inhabituelle, mais nous avons vu d'énormes volumes d'informations fausses et potentiellement dangereuses se répandre en rapport avec la Covid-19 au cours des derniers mois », a déclaré la co-auteure Karinne Smolenyak, responsable du secteur de la santé à Cision Insights. « Il est important que les organisations médiatiques, les communicateurs et les professionnels de la santé publique comprennent l'ampleur du problème afin qu'ils puissent y répondre en connaissance de cause. »

 

L'étude n'a pas évalué l'ensemble de la conversation fondée sur la désinformation sur les réseaux sociaux, mais elle a recensé les nombres d'utilisateurs des réseaux sociaux qui ont relayé des récits des médias traditionnels. Les auteurs ont constaté que les messages ont suscité 36 millions d'engagements sur les réseaux sociaux, dont 75 % sur Facebook. Le sujet des « remèdes miracles » représentait 42 % de l'ensemble des engagements.

 

« Les résultats suggèrent une relation compliquée entre la désinformation dans les médias traditionnels et la désinformation sur les plate-formes de réseaux sociaux comme Twitter ou Facebook. D'autres études analysant l'impact de la désinformation sur les réseaux sociaux et la vérification des faits seront extrêmement utiles pour comprendre l'impact complet de la désinformation sur le discours de santé publique », a déclaré M. Adams.

 

L'étude a été réalisée à l'aide de la plate-forme Next Generation Communications Cloud de Cision Media, qui regroupe des contenus provenant de plus de 7 millions de sources dans le monde. Cette base de données a été interrogée à l'aide d'une chaîne de recherche en anglais sur des sujets de désinformation dans le contexte de la Covid-19, en utilisant un cycle itératif de différents mots clés.

 

_____________

 

* Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/2020/10/what-drove-the-covid-misinformation-infodemic/

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Joletax 01/11/2020 12:44

C'est trop drôle...
la citation sur Fauci, qui déconseillait le port du masque...
Et bien sur le "méchant "Trump, pas compliqué de savoir qui est derrière "l'étude"
Bref , encore une daube,qui a fait tourner des heures d'ordinateurs, au grand dam des ours polaires.
Notre monde est malade de cette clique qui prolifère, qui se cherche une raison d'exister à nos dépens , en claquant un pognon de dingue, en études, colloques, le plus souvent ridicules,pour promouvoir leur agenda,
Saura-t-on un jour ce que nous coûte le barnum climatiques, rien qu'en "chercheurs"?

Mireille Gary 01/11/2020 10:24

Les media ont une grande part de responsabilité. Mais la multiplication de prises de parole de nombreux "experts" plus ou moins pertinents a encore embrouillé le message. Une autre étude s'est intéressée aux réseaux sociaux : les gens ont besoin de se rassurer en l'absence de certitudes scientifiques, mais quand la menace est vraiment là, ils se tournent vers des infos fiables.
"L'analyse de plus de 100 millions de Tweets du monde entier suggère que la diffusion d'informations peu fiables sur le COVID-19 a précédé la montée des infections au début de 2020. Des chercheurs italiens ont étudié les messages des réseaux sociaux de janvier à mars et en ont mesuré la fiabilité. des nouvelles diffusées. À mesure que les infections ont commencé à augmenter, ils ont constaté que le contenu de Twitter s'est orienté vers des informations plus fiables provenant de sources crédibles. Les auteurs affirment que l'élaboration de «signaux d'alerte précoce» sur l'activité des médias sociaux pourrait contribuer aux efforts de lutte contre la désinformation en ligne."
https://www.nature.com/articles/s41562-020-00994-6