Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Les engrais azotés mettent en péril les objectifs climatiques, selon une nouvelle étude

23 Novembre 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Article scientifique

Les engrais azotés mettent en péril les objectifs climatiques, selon une nouvelle étude

 

Alliance Cornell pour la Science*

 

 

Image : Shutterstock/Singkham

 

 

L'utilisation croissante des engrais azotés dans l'agriculture pousse les émissions d'oxyde nitreux à des niveaux qui mettent en péril les objectifs climatiques et les objectifs de l'accord de Paris, selon une nouvelle étude publiée dans Nature.

 

L'oxyde nitreux – un gaz à effet de serre 300 fois plus puissant que le dioxyde de carbone – reste dans l'atmosphère plus longtemps qu'une vie humaine. Son utilisation a augmenté de 20 % par rapport aux niveaux préindustriels et s'est accélérée au cours des dernières décennies, avec des conséquences alarmantes sur le changement climatique, ont constaté les chercheurs.

 

« Le principal moteur de l'augmentation de l'oxyde nitreux atmosphérique provient de l'agriculture, et la demande croissante de nourriture et d'aliments pour animaux va encore augmenter les émissions mondiales d'oxyde nitreux », explique l'auteur principal de l'étude, Hanqin Tian, directeur du Centre International pour la Recherche sur le Climat et le Changement Global de l'Université Auburn en Alabama. « Il y a un conflit entre la façon dont nous nourrissons les gens et la stabilisation du climat. »

 

L'étude, qui visait à produire l'évaluation la plus complète à ce jour de toutes les sources et de tous les puits de ce puissant gaz à effet de serre, a été entreprise par un consortium international de 57 scientifiques de 14 pays et 48 institutions de recherche, avec l'Institut International pour l'Analyse des Systèmes Appliqués (IIASA) dans un rôle clé. Elle a été dirigée par l'Université d'Auburn sous l'égide du Projet Mondial sur le Carbone et de l'Initiative Internationale sur l'Azote.

 

L'étude a également déterminé que les plus grands contributeurs aux émissions mondiales d'oxyde nitreux proviennent de l'Asie de l'Est, de l'Asie du Sud, de l'Afrique et de l'Amérique du Sud. Les émissions provenant des engrais de synthèse dominent les rejets en Chine, en Inde et aux États-Unis, tandis que les émissions provenant de l'application de fumier comme engrais dominent les rejets en Afrique et en Amérique du Sud, selon l'étude. Les taux de croissance les plus élevés des émissions se trouvent dans les économies émergentes, en particulier au Brésil, en Chine et en Inde, où la production agricole et le nombre de têtes de bétail ont augmenté.

 

Le résultat le plus surprenant de l'étude a été la découverte que les tendances actuelles des émissions d'oxyde nitreux ne sont pas compatibles avec les voies pour atteindre les objectifs climatiques de l'accord de Paris.

 

« Les émissions actuelles suivent la trajectoire de l'augmentation de la température mondiale au-dessus de 3°C, soit le double de l'objectif de température de l'accord de Paris », a déclaré le co-auteur de l'étude, Robert Jackson, professeur à l'Université de Stanford et président du Projet Mondial sur le Carbone.

 

Cependant, il existe des possibilités de réduire les émissions d'oxyde nitreux, selon le co-auteur de l'étude, Wilfried Winiwarter, chercheur principal dans le cadre du programme sur la qualité de l'air et les gaz à effet de serre de l'IIASA et ancien directeur du centre européen de l'Initiative Internationale sur l'Azote.

 

« L'Europe est la seule région du monde qui a réussi à réduire les émissions d'oxyde nitreux au cours des deux dernières décennies », déclare Winiwarter. « Les politiques industrielles et agricoles visant à réduire les gaz à effet de serre et la pollution atmosphérique et à optimiser l'efficacité de l'utilisation des engrais se sont avérées efficaces. Néanmoins, des efforts supplémentaires seront nécessaires, tant en Europe que dans le reste du monde. »

 

« Cette étude montre que nous avons maintenant une compréhension complète du budget de l'oxyde nitreux, y compris des impacts climatiques », ajoute Rona Thompson, une scientifique senior de l'Institut Norvégien pour la Recherche sur l'Air, co-directrice de l'étude. « Nous sommes en mesure d'évaluer et de quantifier les mesures visant à réduire les émissions d'oxyde nitreux, et nombre de ces mesures permettront également d'améliorer la qualité de l'eau et de l'air, ce qui profitera à la fois à la santé humaine et aux écosystèmes. »

 

Josep "Pep" Canadell, co-directeur de l'étude, scientifique en chef au Climate Science Center de l'Organisation de la Recherche Scientifique et Industrielle du Commonwealth, basée en Australie, et directeur exécutif du Projet Mondial sur le Carbone, convient que la recherche est importante et urgente.

 

« Cette nouvelle analyse appelle à repenser en profondeur la manière dont nous utilisons et abusons des engrais azotés à l'échelle mondiale et nous invite à adopter des pratiques plus durables dans la manière dont nous produisons les aliments, y compris la réduction des déchets alimentaires », note-t-il. « Ces conclusions soulignent l'urgence et les possibilités d'atténuer les émissions d'oxyde nitreux dans le monde entier afin d'éviter les pires impacts climatiques. »

 

______________

 

* Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/2020/10/nitrogen-fertilizers-are-jeopardizing-climate-goals-new-study-finds/

 

Ma note : Arrêtons de nous nourrir, éliminons tous les animaux producteurs de fumier... et tout ira bien... Une recherche peut-être intéressante, certainement hors-sol.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Il est là, fils spirituel de Seppi 23/11/2020 13:49

Du coup c'est quoi les solutions pour réduire les GES dus aux engrais azotés ? Parce que l'article dit qu'elles existent sans en citer. Ce serait bien d'avoir des exemples...

douar 23/11/2020 12:32

Un exemple de plus que la "lutte contre le changement climatique", c'est du n'importe quoi.
Il ne faut pas être grand clerc pour y voir une forme de malthusanisme, d'anticapitalisme.
la part des émissions anthropiques de GES (CO2 et CH4, on ne parle pas de H2O, le plus important!) est très faible sur le total.
D'ailleurs dans les faits, on ne voit absolument rien dans l'évolution du CO2 atmosphérique mesuré sur le Mauna Loa (la référence pour la mesure du CO2), alors que l'humanité a réduit drastiquement ses émissions suite à la chute de l'activité industrielle en 2020. On me répondra qu'il y a un temps de latence mais bon...
Depuis longtemps, on pense que c'est la hausse des températures qui provoque la hausse du CO2 et non l'inverse (et les GES ).
Dans ces conditions, tous ces modèles sont des calculs d'apothicaires mobilisant des énergies folles et aboutissant à des décisions stupides: la feuille de route de l 'UE pour l'agriculture en est un exemple.

ange et démon 23/11/2020 10:17

bizarre ce renvoi sur l'alimentation des animaux? un article pro-vegan? car je ne pense pas que la culture de soja soit exempte d'engrais?

ROBERT MARLET 23/11/2020 14:38

Le soja est une légumineuse, donc pas d'engrais azoté... ou pas plus de 30 kg/ha N.