Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Le point au 23 novembre 2020 : quels vaccins sont en tête de course pour maîtriser la pandémie de Covid-19 ?

28 Novembre 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Covid-19

Le point au 23 novembre 2020 : quels vaccins sont en tête de course pour maîtriser la pandémie de Covid-19 ?

 

Mark Lynas*

 

 

 

 

Ma note : la partie « L'AZD122 d'Oxford/AstraZeneca » est modifiée par rapport au texte précédent.

 

 

Une dizaine de vaccins contre le coronavirus sont actuellement en essai de phase 3, la dernière étape des tests d'efficacité avant qu'un vaccin puisse être pleinement déployé dans l'ensemble de la population. Nous présentons ci-dessous un bref profil des développeurs et des plate-formes utilisées par les vaccins candidats. Ce document est une mise à jour de notre précédente publication sur les vaccins candidats les plus prometteurs et les plate-formes – de l'ARN aux virus de la Covid inactivés – qu'ils utilisent.

 

En bref :

 

  • Lors des essais précliniques/phase 1, les vaccins candidats sont testés sur des animaux puis sur un petit nombre de personnes afin d'en tester la sécurité et le dosage.

 

  • Dans les essais de phase 2, les vaccins sont administrés à des groupes plus importants de personnes pour vérifier la stimulation immunitaire et si différents groupes (par exemple, définis par le sexe, l'origine ethnique ou l'âge) présentent des réponses différentes.

 

  • Lors des essais de phase 3, les vaccins sont administrés à des dizaines de milliers de personnes en situation d'épidémie, un grand groupe recevant le vrai vaccin et un autre un placebo. Si le vaccin fonctionne, les personnes recevant le placebo seront les seules à être infectées.

 

Les experts ont souligné que la transparence est cruciale en ce qui concerne la manière dont les vaccins sont développés et testés, d'autant plus que les derniers sondages montrent une baisse de confiance du public dans les éventuels vaccins contre la Covid – un signe extrêmement inquiétant si nous voulons qu'un vaccin soit utilisé de manière suffisamment large pour stopper la pandémie.

 

Le résultat : les données des essais de la phase 3 ont commencé à être disponibles (voir ci-dessous), ce qui signifie que la fabrication à grande échelle des principaux vaccins candidats peut commencer en parallèle. Nous pensons que les premières doses pourraient être administrées avant la fin de l'année 2020 – un résultat assez extraordinaire si tout se passe bien, étant donné que le développement des vaccins prend traditionnellement plus d'une décennie.

 

 

BioNTech/Pfizer

 

Comme l'a rapporté notre collègue Justin Cremer, BioNTech/Pfizer a remporté une grande victoire grâce aux premiers résultats de ses essais de phase 3. Selon les données publiées le 18 novembre, leur vaccin à base d'ARNm s'est révélé efficace à plus de 90 % pour prévenir l'infection par le virus de la Covid-19 après des tests effectués sur plus de 43.000 personnes. Le régime d'essai comprenait une première injection suivie d'un rappel. Il est important de noter que les moniteurs de l'étude n'ont signalé aucun problème sérieux de sécurité.

 

Les vaccins à ARNm sont une technologie entièrement nouvelle, qui utilise l'ARN messager pour amener les cellules humaines à produire des protéines virales Covid dans le corps afin de déclencher une réponse immunitaire, plutôt que de les injecter de l'extérieur. Les essais de phase 1 et 2 ont produit des données prometteuses, les résultats subséquents ayant été publiés dans Nature en août. Les vaccins à ARNm présentent l'avantage d'être faciles et rapides à modifier en cas de mutation importante du virus.

 

Les États-Unis et de nombreux pays d'Europe étant au milieu d'une deuxième vague dévastatrice de Covid, il est d'un grand intérêt de savoir quand un vaccin sera mis à disposition. Les entreprises affirment qu'elles « prévoient de produire jusqu'à 50 millions de doses de vaccins dans le monde en 2020 et jusqu'à 1,3 milliard de doses en 2021 ». De nombreux pays, comme le Royaume-Uni, qui ont déjà pré-commandé des millions de doses du vaccin, prévoient déjà qui seront les premiers à le recevoir – les personnes âgées et celles qui travaillent dans le secteur des soins de santé. Pfizer affirme qu'il soumettra à la FDA une demande d'autorisation d'utilisation d'urgence vers la troisième semaine de novembre.

 

 

Moderna/NIAID

 

Le 16 novembre, Moderna a également fait état de données préliminaires de phase 3 – et les nouvelles étaient tout aussi bonnes que pour le vaccin de Pfizer, avec un taux d'efficacité d'environ 95 % dans la prévention de la Covid-19. Les deux vaccins utilisent une technologie ARNm similaire.

 

Cette analyse provisoire était basée sur 95 cas, dont 90 cas de COVID ont été observés dans le groupe placebo contre 5 cas dans le groupe qui a reçu le vaccin ARNm-1273 de Moderna. Cela équivaut à un taux d'efficacité du vaccin de 94,5% avec une valeur p de <0,0001, ce qui signifie qu'il y a moins de 1 chance sur 10 000 que ces résultats ne soient dus qu'au hasard. Il est important de noter que sur les 11 cas graves de COVID-19, aucun n'est survenu dans le groupe vacciné, ce qui suggère que le vaccin pourrait protéger contre les maladies graves pour ceux qui sont infectés. Aucun problème de sécurité important n'a été signalé.

 

Moderna a déclaré qu'il allait demander une "autorisation d'utilisation d'urgence" à la FDA "dans les semaines à venir", qui sera informée par les données complètes de l'essai qui seront publiées lorsque l'essai aura franchi le cap de sa fin. La société affirme qu'elle aura 20 millions de doses d'ARNm-1273 prêtes à être expédiées d'ici la fin de 2020, et qu'elle reste en bonne voie pour fabriquer 500 millions à 1 milliard de doses dans le monde en 2021.

 

Un autre acteur de l'ARNm est CureVac, qui a affiché des résultats prometteurs de la phase 1 début novembre. Bien qu'il soit loin derrière Moderna et Pfizer, il prétend avoir produit une meilleure réponse immunitaire et sera bien placé pour fournir un grand nombre de vaccins à faible dose au cours du deuxième trimestre 2021.

 

 

L'AZD122 d'Oxford/AstraZeneca

 

Le vaccin prospectif contre la Covid-19 d'AstraZeneca utilise une forme affaiblie d'un virus du rhume commun qui infecte généralement les chimpanzés. Il est génétiquement modifié pour porter une partie du code des protéines clés du virus SARS-CoV-2, déclenchant ainsi une réponse immunitaire protectrice chez l'Homme.

 

Ce vaccin est actuellement en phase 3 d'essais au Royaume-Uni, au Brésil, en Afrique du Sud et aux États-Unis. [Nouveau] Les données préliminaires publiées le 23 novembre ont suggéré que – pour un régime d'une dose au moins – l'efficacité pourrait être de 90 %, alors que la moyenne sur deux régimes de dose le taux d'efficacité était de 70 %.

 

[Ma note] C'est sibyllin. Voici le texte pertinent du communiqué de presse :

 

« Un schéma posologique (n=2.741) a montré une efficacité de 90 % lorsque l'AZD1222 était administré en demi-dose, suivie d'une dose complète à au moins un mois d'intervalle, et un autre schéma posologique (n=8.895) a montré une efficacité de 62 % lorsqu'il était administré en deux doses complètes à au moins un mois d'intervalle. L'analyse combinée des deux schémas posologiques (n=11.636) a donné une efficacité moyenne de 70 %. Tous les résultats étaient statistiquement significatifs (p<=0,0001). D'autres données continueront à s'accumuler et des analyses supplémentaires seront menées, affinant la lecture de l'efficacité et établissant la durée de la protection.

 

[Retour à l'ancien] Auparavant, le 16 novembre, l'équipe d'Oxford a annoncé les résultats d'un essai de phase 2 qui a montré que le vaccin ChAdOx1 nCoV-19 était efficace pour stimuler une réponse immunitaire chez les personnes âgées. Les résultats, publiés dans The Lancet, ont montré des réponses des cellules T et des anticorps.

 

[Deux paragraphes anciens supprimés – nouveau paragraphe] AstraZeneca déclare qu'elle s'oriente vers une capacité de production mondiale de 3 milliards de doses en 2021 sur une base continue, en supposant que l'approbation réglementaire soit obtenue – elle commencera par demander à l'Organisation Mondiale de la Santé un référencement pour une utilisation d'urgence pour accélérer la mise à disposition du vaccin pour les pays en développement. Contrairement aux vaccins à ARNm produits par Moderna et Pfizer, qui nécessitent une congélation à très basse température, le vaccin Oxford peut être stocké, transporté et manipulé dans des conditions de réfrigération normales (2-8 degrés Celsius/36-46 degrés Fahrenheit) pendant au moins six mois et administré dans les établissements de santé existants.

 

 

Sinovac et Sinopharm

 

[Retour à l'ancien] Ces candidats vaccins chinois contre la Covid utilisent la méthode éprouvée des virus inactivés. Sinopharm mène actuellement un essai de phase 3 auprès de 15.000 personnes à Abu Dhabi, tandis que Sinovac mène un essai auprès de 9.000 professionnels de la santé au Brésil. Cet essai a été interrompu le 10 novembre en raison du décès d'un participant ; toutefois, lorsqu'il s'est avéré qu'il s'agissait d'un suicide, l'essai a été repris le lendemain. Les résultats de la phase 1/2 de l'essai ont été publiés dans The Lancet Infectious Diseases à la mi-novembre – les auteurs de l'étude ont indiqué que le vaccin était sûr et qu'il « générait des réponses anticorps robustes » chez les patients.

 

En novembre, l'entreprise publique Sinopharm a déclaré que sur les 56.000 personnes qui avaient reçu son vaccin et voyagé à l'étranger, aucune n'avait été infectée par le coronavirus – une preuve anecdotique qui vient compléter les essais officiels de phase 3 actuellement en cours aux Émirats Arabes Unis, en Égypte, à Bahreïn, au Pérou et au Maroc. Des centaines de milliers de Chinois ont déjà reçu le vaccin, selon les rapports.

 

 

Johnson & Johnson

 

Comme le vaccin d'Oxford, le vaccin de J&J utilise comme vecteur un adénovirus génétiquement modifié, une technologie qu'il a déjà déployée avec succès dans son vaccin contre Ebola entièrement approuvé. En septembre, la société a lancé des essais de phase 3 avec 60.000 volontaires sur trois continents pour étudier l'efficacité de son vaccin contre la Covid par rapport à un placebo. La société augmente sa production et prévoit de disposer d'un milliard de doses l'année prochaine, qui pourraient être déployées après l'obtention de l'autorisation d'utilisation d'urgence au début de 2021. Le vaccin, dont le nom accrocheur est JNJ-78436735, est le premier vaccin candidat contre la Covid-19 à dose unique à entrer en phase 3 des essais. Tous les autres candidats nécessiteront probablement une première injection suivie d'un rappel.

 

 

Le « Spoutnik V » russe

 

La Russie, bien sûr, prétend avoir déjà gagné la course au vaccin. Lancé comme toujours dans un but de propagande de type soviétique, le vaccin dit « Spoutnik V » n'avait pas encore terminé les essais standard des phases 1 et 2 et l'organisme de réglementation russe est revenu sur cette annonce par la suite. Les résultats des tests ont depuis été publiés dans le Lancet et semblent rassurants – le profil de sécurité était bon et une forte réponse immunitaire a été observée. Cependant, certains chercheurs ont depuis soulevé des questions sur les duplications apparentes dans les données et d'autres préoccupations.

 

Le vaccin est une autre approche du vecteur adénoviral et est développé par l'Institut de Recherche Gamaleya, qui fait partie du ministère russe de la santé. Un essai formel de phase 3 sur 40.000 personnes est actuellement en cours en Russie.

 

______________

 

* Source : Which vaccines are winning the race to tame the COVID-19 pandemic? - Alliance for Science (cornell.edu)

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article