Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Enfer et damnation ! la France finance aussi des projets de développement agro-industriels dans le monde !

26 Novembre 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Activisme

Enfer et damnation ! la France finance aussi des projets de développement agro-industriels dans le monde !

 

 

C'est un article dans le Monde. Planète évidemment... Le titre révèle à lui seul la teneur et l'orientation (ce qui en fait un bon titre, admettons-le) : « Ecologie : la France finance aussi des projets agro-industriels dans le monde ».

 

En chapô :

 

« Si la France se présente en défenseuse de la transition agroécologique dans les instances internationales, la réalité des financements publics est plus contrastée, selon une étude menée par trois associations. »

 

Donc :

 

« ...une étude menée par trois associations – Action contre la faim (ACF, )CCFD-Terre solidaire et Oxfam France –, qui ont passé au crible dix ans de financements publics bilatéraux de la France dans l’agriculture (hors investissements dans des institutions multilatérales, comme le FIDA), la réalité des fonds publics engagés est contrastée. Selon les conclusions d’un rapport qui sera rendu public au début de décembre et que Le Monde a pu consulter, un quart des projets financés directement par la France bénéficient de facto à des projets agro-industriels. »

 

Mais c'est scandaleux ! Comment la France peut-elle financer des «  projets agro-industriels » ? Qui seraient implicitement antinomiques avec le développement, l'agro-écologie et l'écologie ?

 

Soutenir l'« agrobusiness », ce serait axiomatiquement aux dépens de l'agriculture « familiale » (voir par exemple ici)... La Banque Africaine de Développement (BAD) n'est pas de cet avis (voir par exemple ici).

 

Nous avons hâte de voir ce « rapport » – établi grâce à des financements en partie publics (y compris par les réductions d'impôts) et en partie privés, des dons de gens pensant investir dans le développement des pays en développement plutôt que dans la critique de la politique de développement agricole de la France.

 

Un commentateur a écrit :

 

« On ne dispose même pas du rapport de ces ONG, la presse en parle sans que le citoyen puisse évaluer. La Pravda verte dans ses œuvres , le seul but est de diffuser toujours les mêmes éléments de langage pour en saturer l'espace de débat démocratique et donner l'impression que c'est "l'avis des experts". En plus, le résultat exposé ici est trivial, l'aide au développement concerne aussi l'agro-industrie. Encore heureux ! Vous croyez que l'Afrique va nourrir son abondante population dans 30 ans et dégager des excédents évitant l'assignation agraire des masses sur la base de la seule agro-écologie ? »

 

On peut s'arrêter au présent : croyez-vous que l'Afrique peut nourrir son abondante population urbanisée sur la base de la seule « agro-écologie » ? Que le poulet bicyclette, même vendu à bon prix pour le consommateur, est compétitif par rapport aux viandes fraiches ou congelées, de poulets plumés et vidés, éventuellement découpés ?

 

Si vous voulez en savoir plus sur la rhétorique gouvernementale en matière de « Sécurité alimentaire, nutrition et agriculture durable », c'est ici.

 

Parmi les cinq axes d'action, il y a tout de même :

 

« Appuyer la structuration de filières agroalimentaires durables pour favoriser la création d’emplois décents dans les territoires ruraux, notamment pour les jeunes. En effet, dans les pays en développement, ces filières agro-alimentaires représentent un gisement d’emplois à soutenir. L’inclusion des agricultures familiales dans ces filières est un enjeu clé. »

 

Mais vous aurez du mal à trouver le mot « industrie » dans le plan d'action détaillé (une occurrence, et encore, de manière incidente).

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Francois Tursan 26/11/2020 22:23

Les donateurs de ces trois associations (entre autres) croient aider les paysans et populations pauvres, or ils participent à financer de l'activisme anticapitaliste primaire.

Utilisateur de Facebook, vu que je m'intéresse aux sujets agricoles et écologistes, l'algorithme publicitaire farcit mon écran de propagande pour ce genre d'associations - qui ont les moyens financiers de payer la multinationale Facebook- et d'entreprises du bio-business cherchant à orienter nos achats, nos dons, notre épargne...

Fm06 27/11/2020 06:44

Tres juste. La communication d’Oxfam est bien connue et c’est haro sur les riches, pointés du doigt car coupables de dépouiller les pauvres (un raisonnement stupide mais cela ne les arrête pas). Le CCFD est aussi spécialiste de la culpabilisation. Leur idéal ce sont des petits paysans pauvres qui survivent en cultivant leur lopin de terre à la houe. Tout cela à cause des riches occidentaux, coupables encore. C’est indigent mais très efficace pour appeler aux dons.