Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Néonicotinoïdes, glyphosate... ces surtranspositions qui pénalisent la France » de Mme Emmanuelle Ducros dans l'Opinion

28 Octobre 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Politique

« Néonicotinoïdes, glyphosate... ces surtranspositions qui pénalisent la France » de Mme Emmanuelle Ducros dans l'Opinion

 

Glané sur la toile 599

 

 

L'annonce par l'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l'Alimentation, de l'Environnement et du Travail (ANSES) des nouvelles « règles du jeu » pour l'utilisation d'herbicides à base de glyphosate a donné à Mme Emmanuelle Ducros l'occasion de dénoncer – une fois de plus – la politique suicidaire d'une France « meilleure élève de la classe » en matière – prétendument – agro-environnementale.

 

Cela a donné : « Néonicotinoïdes, glyphosate... ces surtranspositions qui pénalisent la France », du 12 octobre 2020.

 

Si vous voulez vous informer, lisez... Si vous voulez garder le moral et vos illusions sur l'état de l'agriculture (de la production alimentaire) française, abstenez-vous... et ne lisez pas la suite.

 

La conclusion de l'article :

 

« Pendant ce temps, les filières françaises tombent au champ d’honneur, telles ces fameux "héros morts" [de Mme Christiane Lambert]. La filière betteravière a sauvé sa peau – si elle trouve une alternative aux NNI sous trois ans. Le colza, privé lui aussi d’enrobage de semences insecticides, a vu ses surfaces se réduire d’un tiers en trois ans, alors que l’indépendance en oléoprotéagineux n’a jamais été aussi cruciale. Nos vergers ont perdu 40 % de leurs surfaces en 20 ans. Nos productions de légumes se ratatinent. Des filières d’excellence comme la noisette et la moutarde sont sans solution face aux ravageurs. En 2019, la France, ex-fer de lance de l’Europe agricole, est devenue dépendante de ses voisins européens, plus pragmatiques face à la nécessité de défendre les cultures, pour se nourrir. »

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
De l'autre coté on à Foucart qui nous répond un article sur une étude qui se veut alarmante. Étude coécrite par Bretagnolle et dont la concentration maximal est de 1360,7 ng/g (les nanogramme, ça doit être pour gonfler les chiffres, 1,3 microgramme ça le fait moins).
On comprend qu'il parle aussi bien de science sous influence vu son expérience personnelle dans ce domaine.

https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/10/29/des-niveaux-alarmants-de-pesticides-mesures-dans-les-sols-et-les-vers-de-terre_6057724_3244.html
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0167880920303534
Répondre
D
Je rajoute la féverolle dans la liste: pourtant tès bonne matière première pour l'aliment aquacole (après extrusion).
Mais "en même temps", on balance "un pognon de dingue" pour des projets très incertains genre production d'insectes pour l'alimentation animale et même engrais organique (honnêtement, c'est la pire valorisation pour une source de protéines, impossible à rentabiliser une installation industrielle).
Liste non exhaustive malheureusement.
Répondre
U
Comme pour l'électronucléaire ...
Répondre