Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

La fille du fermier : cinq choses que j'ai apprises sur l'élevage

27 Octobre 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #élevage

La fille du fermier : cinq choses que j'ai apprises sur l'élevage

 

Amanda Zaluckyj, AGDAILY*

 

 

Les employés du service de marketing agricole de l'USDA se forment à la ferme de recherche agricole de l'Université de Géorgie pour acquérir des compétences en matière de corrélations avec le bétail. Les corrélations relatives au bétail sont un moyen pour l'USDA de garantir l'exactitude et la cohérence de ses rapports. (Image :USDA)

 

 

Aveu : avant de commencer à bloguer, je ne savais pas grand-chose sur l'élevage. Ma famille est dans les productions végétales – des fruits, des légumes, des cultures de rente. Nous n'avons jamais eu d'animaux de ferme, à part le chien de la famille et quelques chats de grange, bien sûr. Ne vous méprenez pas : je connais beaucoup de fermiers qui ont des animaux. Et ce sont tous des gens vraiment géniaux. Je n'ai donc jamais eu l'illusion que toute la filière était mauvaise ou malfaisante.

 

Ce n'est qu'en 2013, alors que je me trouvais à l'autre bout du monde pour visiter une ferme laitière ukrainienne, que je me suis rendu compte à quel point l'élevage était génial. Lorsque nous sommes rentrés chez nous, j'étais impatiente de commencer à écouter et à apprendre. Et il y avait beaucoup d'éleveurs sur les réseaux sociaux qui offraient ce que je cherchais.

 

Après sept ans d'engagement, voici donc cinq grandes choses que la fille de cet agriculteur a apprises sur l'élevage :

 

 

1. C'est un autre mode de vie.

 

Les productions végétales n'impliquent pas le même rapport au temps que les animaux. Nous avons généralement des « périodes chargées » dans notre ferme familiale. Le printemps et l'automne impliquent souvent des journées de 12 heures, sept jours sur sept, car nous couvrons lentement et méthodiquement chaque hectare. Lorsque nous avions notre stand au bord de la route, nous passions les mois d'été à le tenir, à récolter et à vendre des produits frais.

 

Mais les animaux ont besoin de soins chaque jour, y compris le matin de Noël. Si les éleveurs ne passent pas 12 heures par jour dans l'étable, ils doivent néanmoins se mettre au travail quotidiennement. Vous voulez des vacances ? Il vous faudra trouver quelqu'un pour vous remplacer pour les tâches quotidiennes. Je ne dis pas que c'est un travail plus facile ou plus difficile, ni même plus ou moins de travail, mais c'est différent.

 

 

2. La gestion de l'environnement est un sujet important.

 

Malheureusement, l'élevage a la réputation (non méritée) d'être super-destructrice pour l'environnement. Mais mes amis éleveurs se soucient tout autant d'être de fidèles intendants que leurs homologues cultivateurs. Les choses ont l'air différentes et les préoccupations sont différentes. Pourtant, j'ai aussi vu des moyens innovants de transformer les problèmes en solutions, comme l'utilisation du fumier comme source d'énergie.

 

 

Quel que soit le temps, les éleveurs doivent toujours s'occuper de leurs animaux. (Image : Paula R. Lively, Flickr)

 

 

3. Les droits des animaux ne sont pas la même chose que la protection des animaux ou le bien-être animal.

 

C'est difficile à expliquer aux gens. Parfois, les pratiques semblent violer les « droits » d'un animal. Mais elles font en fait partie d'une bonne gestion de l'élevage. C'est-à-dire de la science de la protection et de l'élevage des animaux de ferme.

 

Par exemple, des militants ont fait grand cas de l'utilisation de cages de contention pour les truies. Les truies sont mises dans ces espaces étroits après la mise bas. À première vue, l'indignation semble même raisonnable : la maman cochon ne peut pas bouger ! Mais, en réalité, cette pratique protège les petits porcelets. Ils peuvent facilement être écrasés par leur mère – qui pèse probablement une bonne centaine de kilos – pendant qu'ils têtent. Les cages peuvent donc faire partie d'un bon élevage, même si cela viole les soi-disant droits de la truie.

 

 

4. Les attaques des végans sont effrayantes.

 

Je n'oublierai jamais le soir où j'ai aidé une amie dont les comptes sur les réseaux sociaux étaient attaqués par un groupe de végans. Apparemment, son billet était partagé dans un groupe qui comptait des milliers de membres. Ces membres ont alors décidé d'exprimer en masse leurs sentiments très laids.

 

Elle m'a demandé de l'aider à supprimer les commentaires et à bloquer les gens. C'était de la folie. « Vous êtes un meurtrier ! » ; « Vous violez des vaches ! » ; « Vous possédez des esclaves ! » ; « Je vais venir voler tes enfants et voir si tu aimes ça ! » C'était au-delà de tout ce à quoi j'étais habituée.

 

 

Les robots de traite de la Twin Brook Creamery permettent d'améliorer l'efficacité opérationnelle et la santé du troupeau, à Lynden, État de Washington. (Image : USDA)

 

 

5. La technologie peut aider à prendre soin des animaux.

 

Il est plus facile de comprendre comment la technologie peut nous aider à faire produire des cultures de manière plus efficace et plus rentable. Mais il peut sembler un peu plus obscur de savoir comment elle peut faire de même pour l'élevage.

 

Pourtant, c'est le cas ! Les fermes laitières utilisent des robots de traite. Les chercheurs développent des animaux génétiquement modifiés qui ne produisent pas de cornes dangereuses. Des capteurs biométriques et le GPS permettent de mieux surveiller les animaux de ferme. La technologie révolutionne également l'élevage.

 

 

Je profite de ce moment pour remercier tous les éleveurs qui partagent leur histoire sur les réseaux sociaux. C'est fascinant de les suivre, de continuer à apprendre et d'apprécier davantage leur travail !

 

_____________

 

* Amanda Zaluckyj blogue sous le nom The Farmer's Daughter USA. Son objectif est de promouvoir les agriculteurs et de lutter contre la désinformation qui tourbillonne autour de l'industrie agroalimentaire américaine.

 

Source : https://www.agdaily.com/insights/farmers-daughter-things-i-learned-about-animal-agriculture/

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

ROBERT MARLET 27/10/2020 18:46

ça fait un peu Martine à la ferme.... mais c'est quand même une utile bonne démarche.
Amanda devrait faire un tour dans quelques sombres étables entravées de nos massifs montagneux, ça changerait du gnagna habituel des "camps de concentration" (sic) des 1000 vaches.